Toulouse-sud - Fusillade au péage lors de l'interception d'un go-fast (2015).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Toulouse-sud - Fusillade au péage lors de l'interception d'un go-fast (2015).

Message  Alain Vasseur le Ven 19 Juin 2015 - 22:02

Des coups de feu ont été tirés au péage de l'A62 lors d'une opération pour intercepter le conducteur d'un go-fast. Il n'y a pas eu de blessé. Deux personnes ont finalement été interpellées.

Une fusillade a eu lieu vendredi soir vers 20H30 au péage de Toulouse-sud sur l'A62 lors de la tentative d'interpellation d'un go-fast sans faire de blessé, a-t-on appris de source policière.

Un dispositif police-gendarmerie était en place pour intercepter le go-fast mais à son arrivée à proximité du péage le conducteur a voulu échapper aux policiers, a fait demi-tour sur l'autoroute et a tenté de rouler à contre-sens. Il a alors percuté un autre véhicule. C'est à ce moment-là que des coups de feu ont été échangés entre les policiers et les occupants du véhicule, un 4x4 noir au vitres fumées.

Il n'y a pas eu de blessé malgré la présence de nombreux automobilistes à cet endroit ce vendredi soir. Le conducteur et le passager du véhicule ont finalement été interpellés.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/midi-pyrenees/2015/06/19/fusillade-au-peage-de-toulouse-sud-lors-de-l-interpellation-d-un-go-fast-752075.html


Dernière édition par Alain Vasseur le Mar 6 Juin 2017 - 3:37, édité 1 fois
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Drogue : la guerre totale

Message  Alain Vasseur le Mar 23 Juin 2015 - 4:50

L'interception très mouvementée d'un transport de drogue vendredi soir à Baziège constitue un nouvel épisode de la lutte contre la drogue. Une guerre totale.

Un Porsche Cayenne à contresens sur l'autoroute, une poursuite digne du cinéma et au final, deux arrestations de personnalités «connues» et 90 kg de résine saisis. L'interception de ce «go-fast» par la police judiciaire vendredi soir entre Toulouse et Baziège a marqué les esprits. Cet épisode mouvementé illustre surtout le combat que les autorités, de la préfecture à la police en passant par le parquet et la gendarmerie mènent depuis plusieurs mois contre la drogue. Nerf de l'économie souterraine, les «stups» ont toujours constitué une priorité mais ces derniers mois, les coups portés se multiplient, sur les têtes de réseaux comme sur les dealers des halls d'immeuble.

«C'est un combat», disait fin janvier le procureur Pierre-Yves Couilleau. «Un combat dans lequel il ne faut pas désespérer.» Force est de constater que la pression ne retombe pas. Les têtes de pont, du moins ceux qui sont considérés comme tels, dorment en prison notamment grâce à deux belles enquêtes des gendarmes de la section recherches de Toulouse . Et au quotidien, à Caffort ou aux Izards, à La Daurade comme à Reynerie, la pression est continue. Une lutte sans fin ?

«Il y a tellement d'argent en jeux. On coupe des têtes mais d'autres ressortent presque immédiatement», admet un spécialiste. Sur douze mois, la brigade des stupéfiants de la sûreté a saisi 600 000 € d'avoirs criminels, argent liquide, voitures ou motos Les saisies sont parfois spectaculaires comme à Caffort où 85 000 € en liquide ont été confisqués. Énorme ? «Certaines journées, la vente de stupéfiants atteint les 15 000 € sur Caffort, une petite cité», prévient un policier. Avec des vendeurs de plus en plus jeunes. «A 100 € la journée, c'est mieux que l'ANPE et y a pas de chômage», s'inquiète un observateur. Les poussées de fièvre des dernières semaines dans les cités, avec le retour des violences urbaines notamment à La Reynerie, sont une autre illustration de l'âpreté du combat mené. «Quand les cités sont calmes, le business se porte bien, confie un ancien un uniforme. Si les caillassages reprennent, ça signifie sans doute que nous gênons au quotidien. Est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ?»

--------------------------------------------------------------------------------

Des «figures» à l'ombre

Ils bénéficient de la présomption d'innocence mais leur passé, et les deux instructions en cours à la Jirs de Bordeaux, ne plaident pas en leur faveur. Entre mars 2014 et janvier 2015, les gendarmes de la SR de Toulouse ont pris dans leurs filets Kamel Benabadji, 32 ans, Moshine M'Rabet, 33 ans et Dani Hadj, 29 ans. Trois personnalités et des organisations différentes qui sont présentées comme de «gros» fournisseurs de la place toulousaine — 1 650 kg de cannabis saisis ! Ces réseaux manquent aujourd'hui à la Ville rose.

http://www.ladepeche.fr/article/2015/06/23/2129851-drogue-la-guerre-totale.html


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/06/22/97001-20150622FILWWW00372-a61course-poursuite-2-toulousains-ecroues.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Go-fast et contresens à 180 km/h : jusqu'à 10 ans ferme pour les dealers.

Message  Alain Vasseur le Mar 6 Juin 2017 - 3:41

Publié le 05/06/2017 à 07:19


Plusieurs véhicules percutés et une course-poursuite de 18 km à 180 km/h, à contresens sur l'autoroute A61… Nous sommes en juin 2015 et les policiers du SRPJ de Toulouse et de la BRI de Montpellier «attendent» un Porsche Cayenne au péage du Palays à Toulouse. À son bord, une importante cargaison de résine de cannabis en provenance du Maroc.


Le conducteur, encerclé par les voitures de police et des policiers à pied, n'entend pas se laisser interpeller. Thomas Duval, 29 ans aujourd'hui, tente de faucher les policiers. Il percute volontairement des voitures et reprend l'autoroute à contresens, sur la bande d'arrêt d'urgence, à 180 km/h jusqu'au péage de Montgiscard… 18 kilomètres d'une course folle au cours de laquelle des balles sont tirées dans les pneus du fuyard.


Au final, une arrestation rocambolesque à Baziège et 94 kg de drogue retrouvés dans le Porsche Cayenne.


Sept hommes étaient jugés jeudi et vendredi devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Non seulement pour ce go fast mais aussi pour d'autres «voyages» dont l'un, en octobre 2014, au cours duquel 155 kg de résine avaient été retrouvés dans des valises par les policiers sur l'A9. Investigations téléphoniques, empreintes, ADN… les enquêteurs étaient parvenus à remonter jusqu'à ce réseau bien organisé.


Six de ces sept hommes dont Thomas Duval, au casier lourd de 19 condamnations, se sont présentés dans le box des accusés. Défendus par des ténors du barreau toulousain dont Mes Parra-Bruguière, Martin, Le Bonjour, Etelin ou Raynaud de Lage, ils ont tenté de minimiser leur rôle dans ce trafic d'envergure.


Pour la procureur de la République, Hélène Gerhards, il n'y a cependant aucun doute sur la présence de ces jeunes dans la voiture «puisque plusieurs traces ADN ont été retrouvées sur le volant et sur divers objets retrouvés dans le véhicule». Elle explique que les versions avancées ne l'ont pas convaincue : «On a essayé de nous faire croire qu'on jugeait une équipe de footballeurs. Des footballeurs qui se sont appelés 80 fois en 7 jours, et ce n'était sûrement pas pour programmer des entraînements !»


Elle ajoute : «Normalement, dans ce genre d'affaire, on joue, on perd et on assume, or là ce n'est pas le cas. On a voulu faire de l'argent facile au détriment de la vie d'autrui !» Elle requiert des peines de 2 à 12 ans d'emprisonnement.


Farid Oujrahni, le seul absent à l'audience, a été condamné à 10 ans de prison. Un mandat d'arrêt a été décerné à son encontre. Thomas Duval a écopé de 8 ans de prison ; Djilali Nouar et Samir Sofi, 5 ans ferme ; Mehdi Nouar, 4 ans ; Malik Sebbah et Karim Ouahbi, 3 ans ; et Cheikh Diop, 18 mois.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/05/2587851-go-fast-contresens-180-km-h-jusqu-10-ans-ferme.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum