Bas-Rhin - Eckwersheim -Une rame d'essai d'un TGV déraille près de Strasbourg (14.11.2015).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bas-Rhin - Eckwersheim -Une rame d'essai d'un TGV déraille près de Strasbourg (14.11.2015).

Message  Alain Vasseur le Sam 14 Nov 2015 - 17:34

le 14 novembre 2015 à 17h25.  MY tf1





Selon la préfecture du Bas-Rhin, une partie de rame d'essai d'un TGV qui roulait vers Strasbourg samedi après-midi a pris feu après avoir quitté la voie. "Le reste de la rame s'est disloqué", précisent les Dernières nouvelles d'Alsace. Un bilan provisoire fait état d'au moins 7 morts.


Une rame non commerciale d'un TGV, qui effectuait des essais sur la nouvelle ligne à grande vitesse au nord de Strasbourg, a déraillé samedi après-midi à Eckwersheim (Bas-Rhin), faisant "au moins cinq morts", a indiqué à l'AFP la préfecture.

Cette rame d'essai qui, selon la SNCF, circulait avec des techniciens à bord, aurait "déraillé en raison d'une vitesse excessive", a précisé Dominique-Nicolas Jane, directeur de cabinet du préfet d'Alsace.

Une soixantaine de techniciens étaient à bord, selon une source proche de l'enquête. Les raisons du déraillement n'étaient pas déterminées samedi en milieu d'après-midi, selon les gendarmes.

Sur place, la rame argentée du train était visible, couchée au bas d'un pont dans un canal large d'une quarantaine de mètres.

Une équipe de plongeurs de la gendarmerie, des hélicoptères de la sécurité civile, ainsi que plusieurs dizaines de véhicules de secours, ont été dépêchés sur les lieux de l'accident.

Le secrétaire d'État chargé des Transports Alain Vidalies, ainsi que sa ministre de tutelle Ségolène Royal ont annoncé qu'ils allaient se rendre sur place.



Dernière édition par Alain Vasseur le Mer 24 Mai 2017 - 4:02, édité 2 fois
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

10 morts, douze blessés graves, cinq personnes recherchées

Message  Alain Vasseur le Sam 14 Nov 2015 - 21:12

 une rame d'essai qui faisait la navette entre Baudrecourt et Strasbourg, 10 morts, 12 blessés grave



Les derniers éléments sur l'accident d'Eckwersheim ont été communiqués ce samedi soir à l'occasion d'une conférence de presse. 

Le bilan humain est de 10 morts, 22 blessés légers, 12 blessés dans un état grave, cinq personnes toujours recherchées.
49 personnes personnes se trouvaient à bord de la rame d'essai, mais ce chiffre n'est pas certain. La rame transportait des personnels de la SNCF et des invités, de leurs familles. Il y avait parmi les passagers des enfants.

L'accident est survenu à 15h15 environ alors que cette rame d'essai faisait la navette entre Baudrecourt (Moselle) et Strasbourg, sur la nouvelle LGV. La rame circulait en vitesse de pointe à 350 km/h. L'accident est survenu sur un ouvrage d'art qui franchit le canal de la Marne-au-Rhin.

Le bruit d'explosion qui a été entendu a pu être provoqué lorsque la rame, composée de six wagons, a heurté l'ouvrage d'art. Les deux motrices situées à l'avant et à l'arrière ont été projetées dans le canal.

Des recherches doivent se poursuivre demain.

L'hypothèse d'un accident est privilégiée ce samedi soir.



avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Alsace: 4 enfants étaient à bord du TGV.

Message  Alain Vasseur le Lun 16 Nov 2015 - 12:52

Quatre mineurs, âgés de 10 à 15 ans, se trouvaient à bord du TGV d'essai qui a déraillé samedi en Alsace, mais ils ne comptent pas parmi les 11 morts de la tragédie, ni parmi les blessés graves, a indiqué aujourd'hui le parquet.

Au total, 53 personnes se trouvaient à bord de ce train: 11 sont décédées et 42 ont été blessées, mais "ce bilan n'est peut-être malheureusement pas définitif, car il y a encore quatre personnes dont le pronostic vital reste engagé", a précisé lors d'un point de presse le procureur-adjoint de Strasbourg, Alexandre Chevrier.
"Il y avait un certain nombre d'invités dans le train à l'occasion de ce voyage-test. L'enquête devra déterminer les raisons de leur présence", a déclaré le magistrat. Parmi ces "invités", on compte "quatre mineurs entre 10 et 15 ans", qui "fort heureusement n'ont été blessés que légèrement".

Ce week-end, le patron de la SNCFGuillaume Pepy s'était publiquement étonné de la présence à bord de ces enfants. "Ca n'est pas une pratique que la SNCF reconnaît. On n'est pas dans une phase touristique ou dans une phase amicale. Un train de test est un train de test", avait-il dit sur France Info. L'accident, le premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV depuis sa mise en service en 1981, a eu lieu à Eckwersheim, à une vingtaine de kilomètres au nord de Strasbourg, lors d'un essai sur la ligne à grande vitesse qui doit être mise en service au printemps 2016 et doit mettre Strasbourg à 1 heure 48 de Paris, contre 2 heures 20 actuellement.



http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/11/16/97001-20151116FILWWW00128-alsace-4-enfants-etaient-a-bord-du-tgv.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Accident du TGV Est : une erreur humaine et tragique.

Message  Alain Vasseur le Sam 5 Mar 2016 - 18:17

Selon nos informations, le déraillement d'une rame d'essai du TGV, qui a causé la mort de 11 personnes le 14 novembre 2015, serait dû à un non-respect de la feuille de route initiale.


C'est l'accident ferroviaire oublié. Le 14 novembre 2015, dans une France KO, qui peine à réaliser l'ampleur des attentats terroristes de Paris et de Saint-Denis intervenus la veille, un TGV d'essai déraille à Eckwersheim (Bas-Rhin).
Le bilan est dramatique : 11 morts, 42 blessés. Soit le plus grave accident ferroviaire de ces vingt-cinq dernières années.

Quatre mois après la catastrophe, les victimes et leurs proches — environ 90 personnes — sont réunis aujourd'hui, pour la première fois, à Paris, à l'initiative de la SNCF. L'occasion de leur présenter le protocole d'indemnisation, mais aussi d'évoquer l'enquête.


Changement de programme


Si la compagnie ferroviaire mais surtout le BEA-TT (Bureau d'enquêtes sur les accidents de transports terrestre) reconnaissent tous les deux que c'estla vitesse excessive du train, due à un freinage tardif, qui a conduit au déraillement du TGV, une question demeure : pourquoi le TGV duplex n° 814521, piloté et encadré par l'élite des conducteurs, n'a pas freiné à temps, alors que les premiers éléments de l'enquête ont écarté tout problème technique sur le train comme sur la voie ? Selon nos informations, la réponse pourrait venir de la décision du cadre transport traction de repousser d'un kilomètre la zone de freinage par rapport à la feuille de route établie. Ce cheminot, indispensable durant les essais, présent dans la cabine de commande lors de l'accident, supérieur hiérarchique du conducteur du TGV, est chargé de lui rappeler les vitesses à atteindre lors des phases d'essais. Or, dans des documents que nous avons pu consulter, il confie aux gendarmes qui l'interrogent avoir volontairement choisi de freiner au point kilométrique PK 401, alors que la feuille de route prévoyait de le faire un kilomètre plus tôt au point PK 400, afin de passer de 330 km/h à 176 km/h.

Pour justifier ce changement, il invoque le trajet aller, dans le sens Meuse-Strasbourg : « Tout s'est bien passé. On avait même beaucoup de marge. [...] On avait déjà atteint la vitesse de 160 km/h après seulement 2 km, alors que nous étions partis sur une distance de 4 km pour réduire notre vitesse. » Aux enquêteurs, il explique que, sur le trajet de retour, il a « demandé au conducteur de freiner à la vue du kilomètre 401 puisque au premier essai nous avions constaté que nous avions encore de la marge ».

Le déraillement s'est produit trois kilomètres plus loin, au PK 404, à 243 km/h, alors que le TGV aurait dû circuler à 176 km/h. Un scénario confirmé par le conducteur lors de son audition devant les gendarmes : « J'ai freiné précisément au point kilométrique qui m'a été demandé avant la courbe, mais j'ai rapidement observé que le train ne serait pas à la vitesse prévue au point kilométrique prévu. J'ai serré au maximum les freins, mais j'ai senti que la motrice, avec la force centrifuge, avait tendance à partir sur l'extérieur de la courbe jusqu'à ce qu'elle sorte de la courbe complètement et qu'elle finisse par taper le parapet gauche du pont. »

Des questions persistent sur l'organisation de l'essai


Selon une source proche du dossier, « cette décision de changer ce qui était prévu par rapport à la feuille de route est incompréhensible ». Il reste que l'enquête est loin d'être terminée. L'organisation de ces essais interpelle les enquêteurs et même les avocats : « Il n'est pas imaginable qu'une simple erreur humaine puisse entraîner une telle catastrophe, estime Me Chemla, qui défend plusieurs victimes. L'erreur humaine doit faire partie de la gestion de la sécurité et être anticipée. » Des questionnements partagés par le BEA-TT, qui, dans sa note d'étape rendue publique début février, s'interroge « sur les conditions de réalisation de ce type d'essais en survitesse ».

Le casse-tête de l'indemnisation des victimes

Moment douloureux aujourd'hui pour les proches des victimes du TGV d'essais d'Eckwersheim. Quatre mois après le drame, à l'invitation de la SNCF, ils se retrouvent à Paris, au Centre de conférence ministériel (Paris XVe). Une réunion qui rappelle étrangement celle organisée après l'accident ferroviaire de Brétigny avec Guillaume Pepy, président de la SNCF, Jacques Rapoport, président de SNCF Réseau, qui vient tout juste de démissionner, mais sans la présence d'un magistrat ni celle d'un représentant du ministère de la Justice. Au centre des discussions, le protocole d'indemnisation des victimes. Un véritable casse-tête. Car parmi ces hommes et ces femmes, mais aussi quatre enfants, blessés dans leur chair, figuraient une majorité d'employés de la SNCF et de Systra, filiale de la compagnie ferroviaire et de la RATP, mais aussi des personnes sans lien avec les deux entreprises, des personnes invitées à participer à ce dramatique test sur la nouvelle portion de ligne à grande vitesse du TGV Est et qui ne disposaient pas de billets.

Bref, les passagers étaient un mélange compliqué de personnes pour qui le déraillement relève de l'accident du travail quand, pour d'autres, il s'agit d'un accident de transport sans l'assurance que confère la possession d'un titre de transport. « L'enjeu de la réunion, c'est de les informer sur leurs droits mais aussi de rassurer ces familles et ces salariés qui hésitent à se constituer partie civile parce qu'il s'agit de leur employeur et de leur collègue de travail », explique Stéphane Gicquel, secrétaire général de la Fenvac (Fédération nationale des victimes d'attentats et d'accidents collectifs). Des choix compliqués. « C'est le TGV, fleuron de la SNCF, qui a été touché, résume un cheminot. Ce sont nos amis, nos collègues qui sont morts et, en leur mémoire, on se doit de savoir ce qui s'est passé. Mais dans la famille cheminote, certains vont devoir s'expliquer. C'est dur. »
http://www.metronews.fr/info/deraillement-du-tgv-est-le-conducteur-aurait-recu-l-ordre-de-freiner-trop-tard/mpce!h5M6LAeMpZI/
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Accident de TGV d'Eckwersheim : 3 salariés de la SNCF et de la filiale Systra mis en examen.

Message  Alain Vasseur le Mer 19 Oct 2016 - 21:49

Les suites du déraillement du TGV à Eckwersheim en novembre 2015 : 2 salariés de la SNCF et 1 salarié de Systra, la filiale chargée des essais, ont été mis en examen par un magistrat le 12 octobre dernier pour homicides et blessures involontaires. La nouvelle a été dévoilée ce mercredi soir.
Des premières mises en examen dans l’affaire du déraillement du TGV de la SNCF d’Eckwersheim qui avait fait 11 morts et des dizaines de blessés le 14 novembre dernier. La nouvelle a été dévoilée ce mercredi soir : trois salariés de la SNCF et de sa filiale Systra ont été mis en examen par un magistrat le 12 octobre dernier.

Les trois salariés avaient été entendus par les gendarmes de la section de recherche de Strasbourg : il s'agit de deux employés de la SNCF, un conducteur et un "cadre transport traction", ainsi qu'un "pilote traction" salarié de Systra, la filiale chargée des essais. Ils ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire par des juges d'instruction pour homicides et blessures involontaires.

La vitesse excessive, seule cause du déraillement

Maitre Gérard Chemla l'avocat de la famille des victimes est abasourdi d'avoir appris la nouvelle par la presse hier :
La véritable surprise, c'est que les victimes l'apprennent par la presse et non par le juge d'instruction. Il est regrettable que nous n'ayons pas eu cette information en temps réel, le 12 octobre. Pour le reste, on sait depuis l'origine qu'il y avait des poursuites, car les responsables du train n'ont pas respecté les consignes données.
L'enquête judiciaire a mis en évidence une vitesse excessive comme cause "unique" du déraillement du TGV, tombé dans un canal à la hauteur d’Eckwersheim après avoir abordé à 265 km/h une courbe où la vitesse était prévue à 176 km/h.
Cet accident, le premier déraillement mortel dans l'histoire du TGV, avait fait 11 morts, dont cinq experts de la société d'ingénierie Systra, et 42 blessés.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/accident-de-tgv-d-eckwersheim-3-salaries-de-la-sncf-et-de-la-filiale-systra-mis-en-examen-1476903019
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Déraillement du TGV à Eckwersheim : le freinage tardif dû à des erreurs d'appréciation.

Message  Alain Vasseur le Mer 24 Mai 2017 - 3:59

Par Aude RasoFrance Bleu AlsaceFrance Bleu Elsass et France BleuMardi 23 mai 2017 à 19:02

Le rapport final du BEA sur l'accident de TGV d'Eckwersheim a été rendu public mardi. Il confirme qu'une succession d'erreurs d'appréciation sont à l'origine du déraillement, qui a fait onze morts en novembre 2015.

Le rapport final du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) était attendu. Publié mardi 23 mai, il va dans le même sens que le rapport d'étape publié en février 2016. Ce texte de 130 pages confirme que le déraillement mortel d'un TGV d'essai à Eckwersheim (Bas-Rhin) en novembre 2015 a été provoqué par une succession d'erreurs d'appréciation de la part de l'équipage. Ces erreurs ont conduit à un freinage tardif et "inapproprié", qui lui aussi avait déjà été pointé du doigt.

Une "incompréhension" au sein de l'équipage


Le BEA-TT met en avant "une stratégie de freinage inadaptée", ainsi qu'une "incompréhension" au sein de l'équipage. Il évoque également un appel téléphonique susceptible d'avoir perturbé l'équipage, indique l'organisme chargé des enquêtes techniques. Conséquence de cet enchaînement d'erreur : le train d'essai circulait à 265 km/h à l'entrée de la courbe située en amont de l'accident, au lieu des 176 km/h requis.

"Ce rapport n'apporte rien de vraiment nouveau, souligne Me Chemla, avocat de familles de victimes. Il est une étape en attendant le dépôt du rapport judiciaire qui se fera en septembre prochain". Et d'ajouter :

Pour les familles, les blessures sont encore ouvertes. Il y a un besoin de savoir ce qui s'est très exactement passé.

Le rapport du BEA-TT est distinct de l’enquête judiciaire, menée par deux juges d’instruction du tribunal de grande instance de Paris. Deux employés de la SNCF - un conducteur et un cadre - et un salarié de Systra, filiale chargée de l’ingénierie, ont déjà été mis en examen en octobre dernier, pour homicides et blessures involontaires et placés sous contrôle judiciaire. L'accident de ce TGV d'essai à Eckwersheim, qui effectuait des tests en Alsace sur le nouveau tronçon de la ligne à grande vitesse Paris-Strasbourg, avait fait 11 morts et 42 blessés.


https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/deraillement-du-tgv-eckwersheim-le-freinage-tardif-du-des-erreurs-d-appreciation-1495558946


http://www.bea-tt.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_beatt_2015-016.pdf



http://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/accident-mortel-tgv-essai-eckwersheim-conclusions-presentees-ce-mardi-aux-familles-1259125.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum