Beaumont-sur-Oise : des incidents après l'incarcération de deux des frères d'Adama Traoré (2016).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Beaumont-sur-Oise : des incidents après l'incarcération de deux des frères d'Adama Traoré (2016).

Message  Alain Vasseur le Jeu 24 Nov 2016 - 3:23

Le Monde le 24/11/2016 à 00:46


La préfecture du Val-d’Oise fait état d’un bus et de six véhicules incendiés, mercredi soir. Près de 90 gendarmes interviennent sur la commune de plus de 9 000 habitants.

Des échauffourées ont éclaté mercredi 23 novembre soir à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise), quelques heures après le placement en détention provisoire de deux frères d’Adama Traoré, mort en juillet lors de son interpellation, a appris l’AFP de sources concordantes.

Les incidents ont commencé vers 22 h 45, selon la préfecture du Val-d’Oise. Selon un premier bilan, « un bus a été incendié, ainsi que six autres véhicules », a-t-elle précisé. Selon les gendarmes, « une trentaine de jeunes » étaient impliqués dans ces violences.

« Les gendarmes sont en train de se déployer, il y aura d’ici une demi-heure, 90 hommes sur le terrain et un hélicoptère », a ajouté la préfecture.

Deux frères d’Adama Traoré soupçonnés de violences et outrages Mercredi, Bagui Traoré, 25 ans, et Yssoufou, 22 ans, ont été placés en détention provisoire dans l’attente de leur procès le 14 décembre. Ils sont accusés de violences et outrages contre des policiers en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise mi-novembre.

Ce jour-là, la séance avait dû être levée après que des heurts eurent opposé des soutiens de la famille Traoré aux forces de l’ordre devant l’hôtel de ville.
Qualifiée de « bavure » policière par son entourage, la mort d’Adama Traoré, le 19 juillet lors de son interpellation par les gendarmes, avait entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont-sur-Oise et dans les communes alentours.


http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/mort-d-adama-traore-nouvelles-violences-a-beaumont-sur-oise-7785946704


Dernière édition par Alain Vasseur le Mar 25 Avr 2017 - 21:40, édité 2 fois
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Violences contre huit policiers et gendarmes : deux frères d’Adama Traoré devant le tribunal.

Message  Alain Vasseur le Mar 13 Déc 2016 - 18:54

Deux frères d’Adama Traoré, dont la mort il y a cinq mois lors d’une interpellation continue de susciter des tensions, comparaissent mercredi à Pontoise (Val-d’Oise) pour des violences, menaces de mort et outrages présumés contre huit policiers municipaux et gendarmes.

Les faits se sont produits le 17 novembre en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise, où Adama Traoré, 24 ans, avait été interpellé par les gendarmes qui étaient venus arrêter son frère Bagui. Ce soir-là, une soixantaine de personnes, des membres de la famille Traoré et leurs soutiens, se rassemblent devant l’Hôtel de Ville pour protester contre l’inscription à l’ordre du jour du conseil municipal de la prise en charge par la commune des frais de justice de la maire UDI Nathalie Groux.

Celle-ci a déposé trois plaintes, après avoir été insultée et menacée de mort pour son soutien présumé aux gendarmes soupçonnés par la famille du jeune homme d’être responsables de sa mort.

La situation dégénère quand ces personnes réalisent qu’elles ne pourront pas toutes rentrer dans la salle. Les insultes fusent, une policière municipale reçoit un coup de poing au visage. Les manifestants sont dispersés à coup de gaz lacrymogène et le conseil annulé.

Quelques jours plus tard, Bagui et Ysoufou Traoré, 25 et 22 ans, sont interpellés sur la base de deux vidéos et de témoignages des policiers. Bagui Traoré, déjà condamné à douze reprises pour des vols avec violence, est accusé d’avoir frappé la policière municipale. Présentés à un juge le 23 novembre, les frères nient les faits et demandent un délai pour préparer leur défense. Dans l’attente de leur procès, le tribunal a décidé de les placer en détention provisoire pour éviter qu’ils n’exercent des pressions sur les témoins.

Le tribunal de Pontoise sous bonne garde policière


Quelques heures plus tard, le quartier Boyenval à Beaumont où réside la famille Traoré s’enflamme. Depuis, chaque jour ou presque apporte son lot d’incidents. Ce regain de tensions, inédit depuis juillet – la mort d’Adama Traoré avait alors entraîné plusieurs nuits de violences à Beaumont et alentour – a poussé l’ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve à lancer un appel solennel au calme.

Pour renouer les liens avec la population, la préfecture a mis en place une brigade de médiation nomade. Et soucieux d’éviter une confrontation, les gendarmes surveillent de près la situation mais s’abstiennent de toute intervention.

Mercredi, la défense s’attachera à démontrer l’innocence des frères Traoré, victimes selon elle d’une “enquête à charge”. Me Noémie Saidi-Cottier, l’une des avocates de Bagui Traoré, assure n’avoir pas “reconnu” son client sur les vidéos. Elle promet de faire citer des témoins à décharge.

Alors que le tribunal de Pontoise sera sous bonne garde policière, le collectif “La vérité pour Adama” a appelé à un rassemblement à Paris en soutien aux prévenus, qualifiés de “prisonniers politiques”.
http://lessor.org/deux-freres-dadama-traore-juges-pour-des-violences-contre-des-policiers-et-gendarmes/


http://www.20minutes.fr/paris/1979779-20161213-mort-adama-traore-deux-freres-juges-mercredi-rassemblement-prevu-paris
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Beaumont-sur-Oise : prison ferme requise contre les frères Traoré.

Message  Alain Vasseur le Mer 14 Déc 2016 - 22:49

Le procureur de la République vient de requérir, ce mercredi soir, dix mois de prison ferme et 6 mois dont 3 avec sursis mise à l’épreuve avec une interdiction de séjour conjointe, durant trois ans, à l’encontre de Bagui Traoré, 24 ans et de son frère Ysoufou, 22 ans.


La parole est désormais à l’avocat de la défense avant que les juges ne partent délibérer.


Deux des frères d’Adama, ce jeune homme décédé le 19 juillet dernier suite à son interpellation par les gendarmes, sont jugés pour des faits d’outrages, menaces, et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique. Ils sont survenus en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise le 17 novembre dernier. Ce soir-là, ils sont présents comme une cinquantaine de soutiens à Adama Traoré. Le maire Nathalie Groux souhaitait faire voter une délibération pour faire payer ses frais de justice sur le budget communal. Face à l’impossibilité de faire entrer tout le monde dans la salle, des heurts éclatent.


Hier, huit gendarmes et policiers municipaux étaient sur le banc des parties civiles. Neuf témoins ont été entendus et près de huit heures d’audience ont occupé les juges qui n’ont rien laissé au hasard. Dans le box, Bagui Traoré s’explique : « J’ai rien fait, tout ça est faux, c’est un complot. Si je lui avais mis un coup de poing, elle aurait plus de tête », lâche-t-il alors qu’il est prévenu d’avoir asséné un coup de poing à une policière municipale. Des faits corroborés par plusieurs collègues de la victime, qui s’est vue accorder un jour d’ITT. Le regard dur et plein de colère, Bagui explique « qu’il a voulu entrer dans la mairie. « C’est parti de derrière moi, il y a eu un coup de gazeuse ». Il reconnaît des insultes : « mais à ses amis parce qu’ils foutaient le bordel ».

Son petit frère, plus calme et posé, nie quant à lui les insultes et les menaces. Pour leur défense, Me Bouzrou pilonne tour à tour les versions des victimes appelées à la barre. Il pointe les contradictions dans les témoignages des victimes, les doutes qui se transforment en certitudes d’une déposition à une autre.
« On a deux témoins qui disent clairement que Bagui Traoré a insulté le chef de la police municipale. Oh oui, il était pas tout seul, mais lui, on le connaissait», contre attaque Me Caty Richard, l'avocate des parties civiles. On est pas dans le cadre d'une vendetta ou d'un complot, s'insurge l'avocate. Il est plus difficile d'être victime dans ce dossier. C'est terrible d'être sali, notamment sur les réseaux sociaux. Mes clients, je les admire, et je veux leur rendre hommage », conclut-elle.

http://www.leparisien.fr/beaumont-sur-oise-95260/beaumont-sur-oise-prison-ferme-requise-contre-les-freres-traore-14-12-2016-6456504.php


http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/12/14/01016-20161214ARTFIG00313-proces-des-freres-traore-je-n-ai-rien-fait-c-est-un-complot.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Affaire Traoré: un grand frère d'Adama condamné à 8 mois ferme pour violences sur forces de l'ordre.

Message  Alain Vasseur le Jeu 15 Déc 2016 - 4:01

Bagui Traoré, 25 ans, un grand frère d'Adama, a été condamné à 8 mois ferme pour violences sur les forces de l'ordre, a-t-on appris dans la nuit de mercredi à jeudi. Une peine assortie de son maintien en détention et deux ans d'interdiction séjour à Beaumont-sur-Oise.

Egalement poursuivi pour des outrages et menaces de mort à l'encontre de deux agents de police en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise le 17 novembre, son frère Ysoufou, 22 ans, a été reconnu coupable de tous les faits qui lui été reprochés. Il a été condamné à trois mois ferme, mais sans maintien en détention. Il est donc libre ce soir, la peine est aménageable.

Selon nos informations, ils envisageaient de faire appel.

Le procès des les deux jeunes hommes s'est déroulé dans un contexte tendu, cinq mois après le décès suspect d'Adama Traoré lors de son interpellation dans le Val-d'Oise. Adama Traoré, 24 ans, est mort le 19 juillet dans l'heure qui avait suivi son interpellation par les gendarmes, venus arrêter son frère Bagui pour des faits présumés d'extorsion.

avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Exclusif : l’autre vérité sur l’affaire Adama Traoré.

Message  Alain Vasseur le Jeu 12 Jan 2017 - 9:42

Par Auteur  Louis de Raguenel
 
/ Jeudi 12 janvier 2017 à 08:02




Enquête. Présentée comme une “bavure” par l’extrême gauche, la mort d’Adama Traoré après son interpellation par les gendarmes, le 19 juillet 2016, a mis le feu à Persan et à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise). Pendant trois semaines, nous avons enquêté. Nos révélations remettent en cause la version de la famille Traoré.


Un habitant de Beaumont-sur-Oise qui connaît bien l’affaire n’en revient toujours pas. Le 5 janvier, alors qu’il regarde le Gros Journal sur Canal Plus, présenté par Mouloud Achour, ce dernier se rend dans sa ville et donne la parole à Assa et Youssouf Traoré, la soeur et le frère d’Adama. Le présentateur ne cache pas son parti pris contre les gendarmes : « Tous nos combats sont cristallisés dans cette histoire et dans le combat d’Assa Traoré. » Il conclut l’émission en offrant un cadeau à la jeune femme : « Je te confie une arme. C’est cette caméra. Je te propose de devenir officiellement reporter au Gros Journal. » Le symbole est tout aussi fort que celui offert par Mediapart quelques jours plus tôt.


La version des Traoré relayée dans tous les médias


Le site dirigé par Edwy Plenel a demandé à Assa Traoré de présenter ses “voeux présidentiels” aux internautes du journal en ligne dans une vidéo. Évoquant son frère, ses accusations sont graves : « Il a rendu l’âme dans les locaux de la gendarmerie de Persan. Ces gendarmes ne l’ont pas aidé à vivre, mais l’ont aidé à mourir. » Elle surenchérit sur les « violences physiques d’État » et cite Sivens ou encore Notre-Dame-des-Landes qui « ont vu couler le sang des manifestants, à coups de Flash-Ball, de grenades [...]. » Si la jeune femme exprime sa souffrance légitime pour son petit frère mort, un détail interpelle : elle profite de chaque intervention pour embrayer sur un discours beaucoup plus politique.

La suite de l'article en cliquant sur le lien ci-dessous.


https://www.valeursactuelles.com/societe/exclusif-lautre-verite-sur-laffaire-adama-traore-59738
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Beaumont -sur-Oise : en appel, Bagui Traoré clame toujours son innocence.

Message  Alain Vasseur le Mar 25 Avr 2017 - 21:32

Alain Vasseur a écrit:
Bagui Traoré, 25 ans, un grand frère d'Adama, a été condamné à 8 mois ferme pour violences sur les forces de l'ordre, a-t-on appris dans la nuit de mercredi à jeudi. Une peine assortie de son maintien en détention et deux ans d'interdiction séjour à Beaumont-sur-Oise.

Egalement poursuivi pour des outrages et menaces de mort à l'encontre de deux agents de police en marge du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise le 17 novembre, son frère Ysoufou, 22 ans, a été reconnu coupable de tous les faits qui lui été reprochés. Il a été condamné à trois mois ferme, mais sans maintien en détention. Il est donc libre ce soir, la peine est aménageable.
Selon nos informations, ils envisageaient de faire appel.
Le procès des les deux jeunes hommes s'est déroulé dans un contexte tendu, cinq mois après le décès suspect d'Adama Traoré lors de son interpellation dans le Val-d'Oise. Adama Traoré, 24 ans, est mort le 19 juillet dans l'heure qui avait suivi son interpellation par les gendarmes, venus arrêter son frère Bagui pour des faits présumés d'extorsion.


25 avril 2017, 21h00

Il comparaissait à Versailles pour outrages et violences en marge d'un conseil municipal à Beaumont-sur-Oise. Son frère Ysoufou, dit Youssouf, était également cité.



« C'est une affaire qui n'a rien d'extraordinaire. C'est malheureusement le lot de commun de tous les tribunaux correctionnels», a déclaré l'avocat général au procès de Bagui Traoré devant la cour d'appel de Versailles. Celui-ci comparaissait une seconde fois, après sa condamnation le 12 décembre à 8 mois de prison, deux ans d'interdiction de paraître à Beaumont-sur-Oise, pour outrages et violences en marge d'un conseil municipal dans cette même ville. Son frère Ysoufou, dit Youssouf, a été condamné à trois mois de prison aménageables. Il a contesté uniquement les dommages et intérêts réclamés.


Une cinquantaine de personnes étaient présentes à l'appel du comité Adama, du nom du frère de Bagui Traoré, décédé le 19 juillet dernier après son interpellation par les gendarmes. Sa mort, qui avait entrainé plusieurs jours de violences urbaines, fait l'objet d'une information judiciaire et n'a toujours pas été expliquée.
 
Depuis cette date, sa famille qui considère qu'il y a eu une bavure dénonce un « acharnement judicaire » contre ses frères.


Le 17 novembre, ils se sont présentés à la mairie de Beaumont-sur-Oise pour assister au conseil municipal, où le maire voulait faire voter la prise en charge de ses frais de justice pour pouvoir attaquer en diffamation Assa Traoré, porte-parole de la famille, qui l'avait accusé d'être « du côté des gendarmes » et « des violences policières ». Les policiers municipaux bloquent la porte et retiennent l'assemblée à l'extérieure faute de places dans la salle du conseil. Des personnes tentent de rentrer malgré tout, s'en suit une confusion où policiers municipaux et gendarmes sont injuriés. Ces derniers mentionnent aussi un coup de poing et un crachat, attribués à Bagui Traoré.


« Ils se sont concertés pour donner mon nom, se défend l'intéressé. Il n'y a rien dans ce dossier. J'ai été condamné sur des faits qui ne sont pas fondés. » C'est le point de vue qu'a développé son avocat Yassine Bouzrou qui a sévèrement critiqué les motivations du jugement rendu à Pontoise. « Nous sommes dans un dossier où il n'y a pas de preuve irréfutable, a-t-il souligné. C'est paroles contre paroles. Je constate qu'il y a des éléments contradictoires dans ce dossier. »


Après avoir critiqué les insuffisances de l'enquête, il a pointé les approximations et incohérences des policiers municipaux et gendarmes.


Caty Richard, avocate de ces derniers, s'est évertuée à rappeler au contraire que les déclarations des témoins convergeaient pour désigner Bagui Traoré comme l'auteur d'insultes, du coup de poing et du crachat. « Ce soir-là, ils ont fait leur travail. Ce soir-là ils, ont gardé leur calme. La seule fois où Mme F. a utilisé sa gazeuse c'était pour protéger son collègue et elle a reçu un coup de poing », a-t-elle souligné. « C'est impossible, a contesté Bagui Traoré. Si je lui avais mis un coup de poing, elle aurait eu beaucoup plus qu'un jour d'interruption temporaire de travail. »


L'affaire a été mise en délibéré au 6 juin. Même en cas de décision favorable, ces deux frères Traoré n'en ont pas fini avec la justice. Bagui est actuellement mis en examen pour tentatives d'assassinat suite aux violences de cet été. Et Youssouf a appris ce jour qu'il faisait l'objet d'une plainte pour outrage de la part d'un des policiers municipaux présents à l'audience.


  leparisien.fr


http://www.leparisien.fr/beaumont-sur-oise-95260/beaumont-sur-oise-en-appel-bagui-traore-clame-toujours-son-innocence-25-04-2017-6889734.php



Beaumont-sur-Oise - Deux frères d’Adama Traoré arrêtés (2016).
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Un frère d’Adama Traoré condamné en appel à 6 mois de prison ferme.

Message  Alain Vasseur le Mar 6 Juin 2017 - 17:21

 Publié le 06/06/2017 à 16:03


Un frère d’Adama Traoré, jeune homme mort en 2016 alors qu’il était interpellé par des gendarmes, a été condamné ce mardi par la cour d’appel de Versailles à six mois de prison ferme pour des violences à l’encontre de forces de l’ordre.


Huit mois de prison ferme, soit l’équivalent de la peine prononcée contre lui en première instance, avaient été requis à l’audience le 25 avril contre Bagui Traoré, dont le casier judiciaire porte mention de 12 condamnations et qui comparaissait détenu pour d’autres faits.


Le jeune homme de 25 ans avait été condamné en première instance par le tribunal correctionnel de Pontoise pour outrages et violences à l’égard de cinq policiers municipaux et de trois gendarmes en marge d’un conseil municipal de Beaumont-sur-Oise et fait appel de cette décision.
Le tribunal de Pontoise avait également décidé d’une interdiction de séjour de deux ans dans cette ville du Val-d’Oise, où vit une partie de sa famille. Mais la cour d’appel n’a, elle, pas prononcé de peine complémentaire.


« Une enquête lacunaire » pour la défense



Les faits qui étaient reprochés à Bagui Traoré remontent au 17 novembre : des heurts avaient éclaté ce soir-là, quand des membres et soutiens de la famille Traoré s’étaient vus refuser l’accès à la salle du conseil municipal de Beaumont-sur-Oise. Ils voulaient y assister pour protester contre une délibération visant à faire prendre en charge par la commune les frais de justice de la maire qui avait déposé plainte pour des menaces après la mort d’Adama Traoré.


Une policière municipale avait notamment reçu un coup de poing au visage. Les manifestants avaient été dispersés à coups de gaz lacrymogène et le conseil annulé.


Me Yassine Bouzrou, l’un des avocats de la défense, avait plaidé la relaxe, pointant notamment du doigt une « enquête lacunaire », alors que son client avait, lui, contesté les faits, estimant que les policiers municipaux et gendarmes qui l’incriminaient avaient « une dent contre (sa) famille ».


Son frère Ysoufou Traoré, 22 ans, avait été condamné à Pontoise à 6 mois de prison, dont trois avec sursis, pour outrages et menaces de mort à l’encontre de policiers. Ressorti libre, il n’avait pas fait appel de cette condamnation.


http://www.ouest-france.fr/societe/justice/un-frere-d-adama-traore-condamne-en-appel-6-mois-de-prison-ferme-5043127
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum