Le Havre - Rouen - Perquisition au siège des enquêteurs des douanes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Havre - Rouen - Perquisition au siège des enquêteurs des douanes.

Message  Alain Vasseur le Mer 14 Déc 2016 - 19:00

Les enquêteurs soupçonnent des agents des douanes, sur le terrain ou à l'état-major, d'avoir détourné des saisies d'argent ou de stupéfiants.

PAR AZIZ ZEMOURI
Modifié le 14/12/2016 à 17:07 - Publié le 14/12/2016 à 16:22 | Le Point.fr

Lundi, un peloton de la section de recherches de la gendarmerie de Paris a effectué toute une journée de perquisition au siège de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), à Ivry-sur-Seine (94). Les gendarmes intervenaient à la douane judiciaire, membre de la communauté du renseignement au même titre que la DGSI, sur commission rogatoire de la juge Aude Buresi du pôle financier du TGI de Paris.

Les enquêteurs soupçonnent des fonctionnaires d'avoir détourné de l'argent issu de saisies et des produits contrefaits à leur profit personnel, voire pour leur service sur ordre de leur hiérarchie. Ils visent plus particulièrement deux procédures dans lesquelles les gabelous auraient pu se « servir ». L'une concerne un trafic de kalachnikovs démantelé en 2015 et l'autre, de la contrebande de café réceptionnée au port du Havre.

Bidouillage


Un douanier a été placé en garde à vue lundi. Il a été remis en liberté mardi matin sans charge retenue contre lui, à ce stade de l'enquête. « Nous coopérons totalement avec l'autorité judiciaire. Nous n'avons rien à cacher », confie un membre de la direction.

D'ores et déjà, selon nos informations, plusieurs cadres sont en cours de mutation. « Il n'y a jamais eu autant de descentes de police que ces dernières semaines pour un service créé en 2008 ! » Depuis plusieurs mois maintenant, la DNRED est dans le collimateur de la justice comme de l'Ocrtis, office de lutte contre le trafic de drogue qui dépend, lui, de la police judiciaire, notamment pour connaître son rôle exact dans l'importation de stupéfiants, de cannabis ou de cocaïne en France. Des importations surveillées dont on saisit une partie afin de « faire du chiffre » et de satisfaire l'autorité politique mais dont on rétrocède une partie aux dealers pour les « remercier » de leurs tuyaux. L'affaire la plus emblématique de ces « bidouillages » avait été révélée par Le Point en novembre 2015.

http://www.lepoint.fr/societe/perquisition-au-siege-de-la-douane-judiciaire-14-12-2016-2090467_23.php


http://www.lepoint.fr/politique/hollande-prend-la-pose-devant-une-operation-anti-drogue-ratee-07-11-2015-1979986_20.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Le Havre : 800 000 € saisis en perquisition chez les douanes, un agent douanier se suicide.

Message  Alain Vasseur le Jeu 5 Jan 2017 - 19:00

Âgé de 45 ans, un agent des douanes a été retrouvé mort ce jeudi 5 janvier 2017 dans son bureau au Havre.



Comme le révèlent nos confrères de RTL, ce jeudi 5 janvier 2017 au matin, un agent des douanes au Havre s’est suicidé. L’homme a été retrouvé mort dans son bureau ce jeudi matin, nous indique le service communication des douanes à Paris. Selon nos informations, cet homme de 45 ans, qui travaillait à la direction des opérations douanières, était un père de famille de deux enfants. « Il avait été très affecté par la saisie » de 800 000 €...

http://www.paris-normandie.fr/accueil/le-havre--800-000--saisis-en-perquisition-chez-les-douanes-un-agent-douanier-se-suicide-HL7962108


http://www.lejsl.com/faits-divers/2017/01/05/cafe-contrefait-au-havre-un-douanier-se-pend-dans-son-bureau


https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/au-havre-un-douanier-se-suicide-sur-son-lieu-de-travail-1483629228


http://france3-regions.francetvinfo.fr/haute-normandie/seine-maritime/pays-de-caux/havre/havre-douanier-se-suicide-1167817.html



Sincères condoléances à sa famille, ses proches et ses collègues !
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Douze personnes en garde à vue pour importation de café contrefait.

Message  Alain Vasseur le Mer 19 Avr 2017 - 12:04

19/04/2017 à 10h55


Douze personnes dont six douaniers, ont été placées en garde à vue mercredi dans l'enquête sur les conditions d'importation de 43 tonnes de café contrefait saisies en juillet 2015, a appris l'AFP de sources proches de l'enquête.
    
Le 12 décembre dernier, les gendarmes de la Section de recherches de Paris avaient perquisitionné le siège de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) et les antennes locales des douanes au Havre et à Rouen, où ils avaient saisi près de 800.000 euros en liquide.
    
Une dizaine de personnes sont également entendues en audition libre par les gendarmes à Paris, au Havre et à Rouen, afin de déterminer les conditions dans lesquelles les 43 tonnes de café sont arrivées en France dans un conteneur de 120 tonnes et leur lien éventuel avec l'argent trouvé lors des perquisitions.

50.000 euros cachés dans un fauteuil



Ces investigations sont menées dans le cadre d'une information judiciaire ouverte au pôle financier de Paris. 
    
Mi-décembre, lors des perquisitions, les gendarmes avaient trouvé notamment dans les locaux de la direction des opérations douanières (DOD) plus de 700.000 euros dans une valise, environ 50.000 dans un fauteuil et 10.000 au domicile d'un douanier. Ce dernier avait été placé en garde à vue quelques heures avant d'être remis en liberté.

Techniques d'investigations spécialisées



Moins d'un mois plus tard, un autre agent, adjoint au chef de la Direction des opérations douanières (DOD) du Havre, âgé d'une quarantaine d'années, s'était suicidé sur son lieu de travail. Selon la Direction générale des douanes interrogée à ce sujet, l'agent n'avait pas été mis en cause dans cette affaire. Toutefois, "des éléments utiles à l'enquête avaient été découverts à son domicile" au moment des perquisitions, avait ajouté une source proche de l'enquête.
    
La Direction des opérations douanières constitue, avec la Direction du renseignement douanier et la Direction des enquêtes douanières, les trois directions fonctionnelles de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).
    
La DOD, chargée de la lutte contre la grande fraude douanière nationale et internationale, s'appuie sur la recherche de renseignements opérationnels et met en oeuvre des techniques d'investigations spécialisées.

http://www.bfmtv.com/police-justice/douze-personnes-en-garde-a-vue-pour-importation-de-cafe-contrefait-1145622.html
http://www.leprogres.fr/faits-divers/2017/04/19/importation-de-cafe-contrefait-six-douaniers-en-garde-a-vue
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Huit douaniers en garde à vue dans la vaste affaire du café contrefait.

Message  Alain Vasseur le Mer 19 Avr 2017 - 22:26

Par Bertrand Queneutte, France Bleu Paris Région, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France BleuMercredi 19 avril 2017 à 17:04 Mis à jour le mercredi 19 avril 2017 à 19:13


Huit douaniers ont été placés en garde à vue ce mercredi à Paris. Ils sont interrogés dans une vaste affaire de café contrefait : 43 tonnes avaient été découvertes dans un conteneur en juillet 2015, dans un entrepôt d'Argenteuil.


Quarante trois tonnes de café contrefaits saisies en France, en juillet 2015, dans un entrepôt d'Argenteuil (Val d'Oise). Cette affaire avait fait grand bruit, au moment de sa révélation, en décembre dernier. Pilotée par le pôle financier de Paris, l'enquête vient de connaître un nouveau rebondissement. Depuis ce mercredi, huit douaniers sont en effet en garde à vue, ainsi que quatre personnes de leur entourage. Dans le même temps, une dizaine d'individus est interrogée en audition libre, notamment dans les gendarmeries du Havre et de Rouen.

Alors que des perquisitions ont déjà été lancées en décembre dernier, notamment dans les antennes havraises et rouennaises des douanes, les enquêteurs poursuivent leurs investigations - 

Parmi les huit douaniers gardés à vuedeux haut responsables, et au moins quatre personnes de leur entourage. Les enquêteurs les interrogent sur la provenance des 43 tonnes de café et sur la manière dont elles sont arrivées en France, il y a maintenant près de deux ans. Ils cherchent aussi à savoir si la somme astronomique découverte lors des perquisitions de décembre dernier a un lien ou pas avec cette énorme affaire.


Pour rappel, 700.000 euros en liquide avaient été trouvés dans une valise, et 50.000 euros dans un fauteuil situés dans les locaux de l'antenne havraise. Ainsi que 10.000 euros au domicile d'un douanier. Tout ça, un mois avant que l'adjoint au chef des douanes du Havre ne mettent fin à ses jours sur son lieu de travail.


Par ailleurs, les enquêteurs se demandent si la hiérarchie était au courant de cette affaire. Enfin, les 43 tonnes de café ont été découvertes dans un conteneur pouvant en contenir 120. La justice du coup s'interroge : plusieurs tonnes de marchandise, café ou autre, n'avaient-elles pas déjà été écoulées avant la saisie.


https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/huit-douaniers-en-garde-vue-dans-la-vaste-affaire-du-contrefait-1492614298



https://actu.fr/normandie/havre_76351/importation-cafe-contrefait-12-personnes-garde-vue-dont-deux-douaniers-havre_842455.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Vrai faux marché de café : révélations sur les deux hauts cadres de la douane en garde à vue.

Message  Alain Vasseur le Ven 21 Avr 2017 - 15:22

Publié le jeudi 20 avril 2017 à 19h23
par France Inter avec, Emmanuel Leclère


Le n°1 et la n°2 de la direction des opérations douanières sont suspectées d'avoir orchestré des opérations de contrebande pour fausser positivement leurs statistiques.

Erwan G. et Magalie N., numéro 1 et numéro 2 de la direction des opérations douanières, sont toujours en garde à vue ce jeudi soir à Paris. Les deux cadres du service le plus prestigieux et le plus secret ont suspectés d'avoir, au moins, cautionné l'importation frauduleuse de café de contrebande, avec pour objectif de faire grimper leur statiques en 2015.

Perquisition inédite en décembre dernier

Emmanuel Leclère, journaliste au service police justice de France Inter, a eu connaissance de mails et d'autres indices concordants et accablants, saisis lors d'une perquisition inédite et spectaculaire en décembre dernier au siège de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières, à Ivry près de Paris.


L'opération visée concerne l'interception par les douaniers, deux ans plus tôt sur le port du Havre, de 43 tonnes de café de très mauvaise qualité. Le chef d'antenne du service des opérations douanières au Havre est d'ailleurs, lui aussi, toujours en garde à vue ce soir au pôle financicer du Tribunal de grande instance de Paris.

740.000 euros dans les faux plafonds

Les gendarmes avaient retrouvé dans son bureau, et plus précisément dans les faux plafonds, 740 000 euros en petite coupures de 10 et 20 euros. Une valise avec 40 000 euros supplémentaires, ainsi que 20 000 euros en cash à son domicile, ont également été retrouvés.


La juge d'instruction en charge de cette affaire, Aude Buresi, le soupçonne enfin, avec sa hiérarchie, d'avoir créé une caisse noire avec des fonds détournés. C'est là l'élément sans doute le plus grave de l'affaire. L'enquête doit déterminer si cette caisse noires est avérée et si les fonds proviennent de financements publiques ou s'ils sont liés à des saisies sur des trafics, de stupéfiant notamment.


L'autre interrogation, c'est sur la manière dont aurait pu être monté ce faux marché noir de café, un marché mis sur pied de toutes pièces, pour gonfler leur résultats..
Les trois chefs enquêteurs des douanes et deux de leurs aviseurs pourraient être mis en examen vendredi dans la matinée.


https://www.franceinter.fr/justice/faux-marche-de-cafe-deux-hauts-cadres-de-la-douane-en-garde-a-vue
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Pratiques d'enquête illégales: deux responsables des douanes mis en examen.

Message  Alain Vasseur le Ven 21 Avr 2017 - 22:44

Publié le 21/04/2017 à 20:18


Deux hauts responsables des douanes ont été mis en examen vendredi dans une affaire portant sur des pratiques d'enquête illégales, notamment autour de la saisie de 43 tonnes de café contrefait en juillet 2015, selon des sources judiciaire et proches de l'enquête.


Il s'agit de la numéro 3 de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), et du chef de la Direction des opérations douanières (DOD) du Havre, un service de la DNRED. Leur contrôle judiciaire leur interdit d'exercer leurs fonctions, a précisé la source judiciaire.


Le 12 décembre dernier, les gendarmes de la Section de recherches de Paris avaient perquisitionné le siège de la direction des opérations douanières (DOD) du Havre où ils avaient trouvé plus de 700.000 euros dans une valise, environ 50.000 dans un fauteuil ainsi que 20.000 euros au domicile du chef de la DOD du Havre.


L'enquête menée par la juge du pôle financier Aude Buresi s'intéresse notamment aux conditions dans lesquelles 43 tonnes de café contrefait étaient arrivées au Havre dans un conteneur de 120 tonnes, et au lien éventuel entre l'argent trouvé en perquisition et cette saisie.


Les enquêteurs se demandent si la livraison de café au Havre n'a pas permis de dissimuler l'acheminement de marchandises illicites au profit de possibles informateurs tout en permettant aux douaniers de réaliser une belle prise. L'intérêt même de cette saisie pose question, le café étant d'une si mauvaise qualité qu'il aurait difficilement pu être commercialisé, ont expliqué des sources proches de l'enquête.


http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/04/21/97001-20170421FILWWW00336-pratiques-d-enquete-illegales-deux-responsables-des-douanes-mis-en-examen.php



Le Havre. Le chef de la Direction des opérations douanières mis en examen
"""Interdiction d’exercer et 10 000 euros de caution"""
http://www.ouest-france.fr/normandie/le-havre-76600/le-havre-deux-hauts-responsables-des-douanes-mis-en-examen-4942363



"Escroquerie en bande organisée": deux responsables des douanes mis en examen
http://www.lexpress.fr/actualite/societe/justice/escroquerie-en-bande-organisee-deux-responsables-des-douanes-mis-en-examen_1901273.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

France - L’indic qui a coulé les douanes.

Message  Alain Vasseur le Jeu 25 Mai 2017 - 3:24

Par Emmanuel Fansten — 24 mai 2017 à 19:26


Zoran P. a pendant plusieurs années mis en place avec le service de renseignement douanier un système doublement fructueux, lui permettant de faire passer sa marchandise contrefaite en échange d’informations capitales. Après sa mise en examen, les chiffres des saisies ont dégringolé.



Ce matin de janvier 2016, il est un peu plus de 6 heures lorsque les policiers de la brigade financière font irruption dans un pavillon cossu de la banlieue est de Paris. Réveillée par le bruit et manifestement surprise de voir sa porte défoncée au pied-de-biche, la femme qui se trouve à l’intérieur bredouille ne pas savoir où se trouve son compagnon, recherché pour une sombre affaire de stups. Malgré son absence, la perquisition va rapidement s’avérer fructueuse.


Dans l’entrée, les policiers commencent par trouver une vingtaine de téléphones portables neufs, encore dans leur emballage. Sur la table basse, ils saisissent ensuite une enveloppe contenant 5 000 euros en petites coupures. Puis 750 euros dans un sac à main, et quasiment la même somme dans une amphore posée sur une étagère du salon. Après avoir passé le rez-de-chaussée au peigne fin, les limiers poursuivent leurs recherches à l’étage. Là, alors qu’ils fouillent le dressing, ils constatent que le meuble supportant les vestes bouge légèrement. Une porte coulissante donne accès à un espace confiné. A l’intérieur, un homme en slip les regarde éberlué. Sommé de sortir de sa cachette, il refuse d’abord d’obtempérer. Mais après avoir été plaqué au sol et menotté, il finit par décliner son identité : Zoran P.


La suite de la perquisition va tourner à la moisson miraculeuse : plus de 100 000 euros en cash, deux Rolex, trois cartes Gold, une dizaine de clés USB dissimulées dans un coffre, ainsi que des enveloppes estampillées «douanes» sont placés sous scellés. Les policiers repartiront aussi avec des faux papiers et une photo du suspect avec les frères Hornec, figures du milieu parisien.


Beau voyou



En garde à vue, le Serbe de 51 ans se montre d’abord taiseux. L’argent liquide retrouvé sur place ? «Un héritage de ma sœur.» Les Hornec ? «Des relations amicales.» Les faux papiers ? «Une deuxième identité que j’utilise dans le cadre de missions, mais dont je ne souhaite pas vous parler.» Puis, sous le feu roulant des questions, Zoran P. finit par lâcher le nom de son principal employeur. «Si vous voulez plus d’informations, rapprochez-vous de la hiérarchie des douanes», plastronne-t-il. Les policiers savent déjà qu’ils ont face à eux un des plus gros «aviseurs» (indics) de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED). «Un beau voyou, avec une capacité énorme», comme l’a décrit un de ses anciens agents traitants face aux enquêteurs, sans se douter que cet informateur hors pair se retrouverait au cœur d’un scandale sans précédent.


La carrière de Zoran P. débute il y a près de trente ans. Condamné plusieurs fois pour vols et séjours irréguliers en France, le Serbe est «tamponné» dès la fin des années 90 par la brigade de répression du banditisme, avec qui il entame une collaboration régulière. Mais c’est surtout avec les douanes que Zoran P. va réaliser ses plus belles affaires à partir de 2007. Très introduit dans le milieu yougoslave et la mafia chinoise, il fait principalement dans la contrefaçon de produits alimentaires, vestimentaires et pharmaceutiques. Selon des fiches de renseignement interne, sa fiabilité est alors jugée «très bonne». Charismatique, l’homme a la réputation d’être capable de se fondre dans tous les milieux. Ses connexions dans les Balkans lui permettent d’avoir un pied dans le trafic d’armes. En novembre 2013, les douanes saisissent ainsi neuf kalachnikovs et 18 chargeurs grâce à un de ses tuyaux.


Entre-temps, Zoran P. est aussi devenu une source occasionnelle du renseignement intérieur. Pour compléter le tableau, son nom apparaît en marge du dossier «Opéra», portant sur l’importation de plusieurs centaines de kilos de cocaïne via le port du Havre, en lien avec un cartel colombien. Cette opération n’aurait finalement jamais vu le jour, mais Zoran P. sera à nouveau sollicité dans le cadre d’un autre dossier de stups, cette fois pour aider des douaniers à écouler discrètement plusieurs kilos de came.


Une affaire qui lui vaut d’être entendu une première fois par l’Office des stups en septembre 2014. A l’époque, Zoran P. se présente comme un «commercial international» dont le travail consiste à «négocier des contrats d’achat et de vente de tous types de biens, entre la France, la Serbie, la Chine et Madagascar». Il explique alors gagner «environ 2 800 euros par mois» et n’avoir pour seul bien qu’une «Clio deux places». A l’époque, le patron de la DNRED, Jean-Paul Garcia, vole lui-même au secours de l’aviseur pour éviter que la justice ne s’y intéresse d’un peu trop près. «Zoran P. est connu favorablement de la DNRED», écrit-il dans un courrier adressé aux juges. Officiellement, pourtant, l’indic est «blacklisté» depuis 2010. En clair, il n’est plus autorisé à travailler pour les douanes en raison de sa réputation jugée trop sulfureuse. Mais une réunion au siège de la DNRED, enregistrée en janvier 2011 par un de ses participants, semble démontrer tout le contraire. «Zoran, on nous interdit de travailler avec, soi-disant qu’il est blacklisté de partout», s’étonne un douanier. «Qu’il était…» rectifie un second, qui s’étrangle : «Les patrons nous ont interdit de travailler avec Zoran, et pendant ce temps ils le passent à tout le monde.»


Etrange micmac



De fait, l’aviseur indésirable va continuer à collaborer avec les principaux pontes du renseignement douanier, qui l’enregistrent sous différentes identités afin de brouiller les pistes. Le port du Havre sert alors de plaque tournante aux trafics en tout genre de Zoran P., qui importe ses produits prohibés par dizaines de tonnes, notamment des cigarettes de contrebande. En échange de ses tuyaux, le trafiquant obtient des «laissez-passer» pour ses propres marchandises. Un système rodé, qui va perdurer jusqu’au 3 juillet 2015. Ce jour-là, la douane saisit 43 tonnes de café contrefait dans un entrepôt du Val-d’Oise. Un record absolu.


Mais l’enquête du pôle financier de Paris va mettre au jour l’étrange micmac des douaniers. En décembre 2016, plus de 800 000 euros sont découverts lors d’une perquisition à l’antenne DNRED du Havre. Son responsable, Pascal Schmidt, explique benoîtement que l’argent appartient à Zoran P. Sans trop convaincre : soupçonné d’avoir trempé dans le trafic, le douanier a été mis en examen depuis pour «escroquerie en bande organisée», «détournement de fonds publics» et «corruption passive». S’agit-il de dérives individuelles ou d’un système couvert par la plus haute hiérarchie, comme semblent le penser les magistrats ? Egalement mis en examen, Zoran P. est ressorti libre après s’être acquitté d’une caution de 400 000 euros. Au cours des mois qui ont suivi sa mise à l’écart, les chiffres des douanes en matière de contrefaçons ont chuté de plus des deux tiers.


Emmanuel Fansten

http://www.liberation.fr/france/2017/05/24/l-indic-qui-a-coule-les-douanes_1572060
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum