Guyane - Le projet minier Montagne d'or en bonne voie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guyane - Le projet minier Montagne d'or en bonne voie.

Message  Alain Vasseur le Mer 1 Fév 2017 - 19:08

Il s'agit du plus grand projet industriel de Guyane et il pourrait booster l'économie : la création d'une mine d'or à ciel ouvert dans la région de Paul Isnard à 125 km de Saint-Laurent du Maroni. Cela pourrait permettre la création de près de 800 emplois directs d'ici 2020.

Le potentiel aurifère de la Montagne d'or est très élevé, c'est ce qu'a révélé la première campagne de sondages dans la région. Une nouvelle phase d'exploration a été lancée pour mieux jauger le potentiel du gisement. Il avoisinerait les 155 tonnes d'or annonce le président de la compagnie minière Montagne d'or, Rock Lefrançois. Mais sa compagnie espère que le chiffre monte à 200 tonnes.

Ce projet industriel apparaît comme une opportunité économique pour la Guyane avec la création de 800 emplois directs pour l'exploitation de la mine. La création d'un centre de formation doit être envisagé rapidement à Saint-Laurent pour être opérationnel dans un an car 90% des employés seront formés et recrutés localement.


L'exploitation devrait démarrer en 2020. Quarante millions d'euros ont, aussi, été investis par les sociétés canadienne et russe Colombus Gold et Nordgold.



http://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/projet-minier-montagne-bonne-voie-438761.html



http://la1ere.francetvinfo.fr/guyane/2015/04/22/les-promesses-de-la-montagne-d-or-249971.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Dix-huit associations demandent un moratoire sur le projet Montagne d’or en Guyane.

Message  Alain Vasseur le Ven 10 Mar 2017 - 18:50

Dix-huit associations s’opposent au projet Montagne d’or en Guyane. Porté par un consortium russo-canadien, ce vaste projet minier situé au sud de Saint-Laurent du Maroni doit entrer en fonctionnement en 2020 et produire plusieurs tonnes d’or par an en Guyane. 


C’est un vaste projet auquel des élus de Guyane ou encore Emmanuel Macron ont souscrit. Le projet Montagne d’or se situe à 125 km au sud de Saint-Laurent du Maroni.
Porté par un consortium russo-canadien composé des sociétés NordGold et Colombus Gold, ce vaste projet minier doit démarrer en principe en 2020.

Projet industriel

Il ferait entrer la Guyane dans une phase industrielle d'extraction de l'or. La Montagne d'or devrait, selon ses promoteurs, permettre de produire plusieurs tonnes d’or par an et créer 800 emplois sur place. Un centre de formation doit être mis en place afin de préparer les futurs techniciens nécessaires au succès de ce projet. Regardez ce reportage de Guyane 1ère : 





La montagne d'or et ses promesses

 

"Impacts humaines et environnementaux"

Du côté des opposants au projet, on s’organise. [url=http://www.france-libertes.org/IMG/pdf/cp_non-mega-mine_guyane_fev2017.pdf?utm_medium=email&utm_campaign=CP - Montagne]L’association France-Libertés[/url], créée par en 1996 par Danielle Mitterrand, a pris l’initiative en dénonçant dans un communiqué les "impacts humains et environnementaux graves, souvent irréversibles" de ce type de projet minier.

"On ne peut accepter de détruire une partie de l’exceptionnelle biodiversité guyanaise et prendre le risque d’accidents majeurs pour l’extraction d’une substance dont l’utilité sociale et industrielle est secondaire aujourd'hui", dénonce France-Libertés.



Non-consultation des populations amérindiennes

Selon France Libertés, le Conseil Consultatif des Populations Amérindiennes et Bushinengué (CCPAB) n’a pas été consulté dans ce dossier, "au mépris de la législation française".

Pour Thibaud Saint-Aubin, président de l’association Ingénieurs sans frontières SystExt : il faut arrêter le projet minier aurifère industriel de la Montagne d'Or car selon lui, "Les garanties techniques ne suffisent pas à en faire une solution de développement pérenne pour la Guyane et ses habitants".

"De plus, ajoute-t-il, ce projet ouvre la porte à des projets titanesques dans toute l'Amazonie. D'autres voies de développement économiques sont possibles pour la région si nous ne détruisons pas ses ressources écologiques inestimables", conclut-il.



Dix-huit associations mobilisées dans l'Hexagone et en Guyane

En plus de France Libertés etIingénieurs sans frontières, 16 autres associations se sont ralliés à ce combat parmi lesquels Les amis de la terre, Colibris de Guyane, La fondation Nicolas Hulot, La ligue des Droits de l’homme, Sauvons la forêt, GuyaneMopeyi, la FOAG, le collectif Couach, Or de question, Maïouri nature, La compagnie des guides de Guyane, G-Crew Music, Mama Bobi, Réseau Makandi Makandra, Aquaa et le CCPAB. 



http://la1ere.francetvinfo.fr/dix-huit-associations-demandent-moratoire-projet-montagne-guyane-451437.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Guyane - Projet « Montagne d’Or » : première étape franchie, des milliers d’emplois en perspective.

Message  Alain Vasseur le Dim 2 Juil 2017 - 3:00

De source proche de la Compagnie Minière de la Montagne d’Or, on indique que l’étude de faisabilité est positive. Le financement économique de l’opération est validé. Cette étape capitale dans le lancement du projet doit être annoncée ce vendredi à Cayenne.




  • Alain JEANNIN avec Bruno SAT
  • Publié le 30/06/2017 à 16:13, mis à jour le 30/06/2017 à 16:48



Le plus grand gisement aurifère français s’appelle Montagne d’Or, et il porte bien son nom. En Guyane, le lancement de cette exploitation minière créerait immédiatement près de 900 emplois directs, dans une région où le taux de chômage atteint 40 %. Quadrature du cercle : il faut aussi protéger l’environnement.


1550 emplois directs

La Guyane, assise sur sa « Montagne d’Or », à Paul-Isnard, ambitionne de concilier emploi et environnement. Avec un investissement total d’environ 600 millions d’euros, Montagne d’Or est l’un des plus grands projets industriels étrangers en Outre-mer. Les producteurs espèrent extraire du sous-sol guyanais près de 95 tonnes d’or, pour une valeur de plus de deux milliards d’euros. Longue de  2,5 kilomètres, large de 800 mètres et profonde de 400, ce serait la plus grande mine à ciel ouvert du département. Le projet est porté par la Compagnie Minière de la Montagne d’Or. C’est une co-entreprise du Russe Nordgold (55,01%) et du Canadien Columbus Gold (44,00 %). L’autorisation d’exploitation est attendue pour fin 2018. La construction du projet et la phase de production de l'or s'étendraient de 2019 à 2034.

Les 2 opérateurs annoncent la création de 900 emplois directs auxquels s’ajouteraient ensuite 650 autres au cours de la phase de production. On peut attendre aussi près de 3000 emplois indirects.

L’objectif ambitieux est d’arriver à 90 % de recrutements locaux. Montagne d’Or entend lancer une formation aux métiers de la mine, avec des partenaires locaux, nationaux et internationaux. 57 métiers liés à l’exploitation minière seraient concernés. Les retombées économiques s’élèveraient à plus d’ 1 milliard d’euros. A peu près la même chose que celles du grand complexe de nickel du Koniambo, en province Nord de la Nouvelle-Calédonie


Mine responsable

Les perspectives pour la Guyane et surtout pour la région et la commune de Saint Laurent du Maroni semblent donc énormes. Mais, concilier créations d’emplois et défense de l’environnement n’est pas simple tant il est vrai qu’il n’y a pas d’industrie sans pollution.
Le consortium russo-canadien affirme avoir pris toutes les précautions. Igor Klimanov, directeur du développement de Nordgold déclare : "la mine de la Montagne d’Or sera le premier projet français conforme aux recommandations du livre blanc sur la mine responsable".
Les 2 sociétés prévoient notamment un traitement du minerai en cuves, sans risque de fuite. Le vrai défi sera la taille des digues de retenue. Elle devra être adaptée aux fortes pluies du climat équatorial de la Guyane.



Par ailleurs, Nordgold et Columbus collaborent avec des experts guyanais pour les demandes d’autorisations légales, et notamment celle de travaux miniers en raison de l’utilisation de dynamite et du classement du site en Seveso 2. Autre obligation : l’identification de la faune et de la flore. Nordgold et Columbus  s’engagent enfin à revégétaliser  les vastes zones dévastées par l’orpaillage clandestin tout autour du site.


Arbitrage

Mais sur place, des associations environnementales sont sceptiques. Jeudi, le mouvement Jeunesse autochtone de Guyane a envahi la chambre de commerce de St-Laurent où  se tenait la conférence de presse de Colombus Gold. Selon les protestataires,  le projet n’est  "pas en faveur des Guyanais et de la terres des ancêtres".

De source gouvernementale, on reconnait que « l’impact économique et social, envisagé par le consortium Nordgold-Colombus Gold, vecteur de développement, suscite aussi des craintes de risques écologiques et sanitaires. Ce développement économique induit par l’exploitation de l’or en Guyane doit être encouragé, mais pas au détriment de l’écologie ».

Des enquêtes publiques débuteront dès la fin de l’année et se poursuivront l’année prochaine. Le feu-vert définitif n’interviendra pas avant fin 2018.




http://la1ere.francetvinfo.fr/projet-montagne-guyane-premiere-etape-franchie-milliers-emplois-perspective-489767.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Des emplois qui valent de l’or : le grand projet de Nordgold en Guyane.

Message  Alain Vasseur le Mer 5 Juil 2017 - 5:34

Le dossier a valeur de symbole. À proximité de Saint-Laurent-du-Maroni, la plus importante réserve d’or de Guyane valorise une approche minière "propre et durable". Le projet Nordgold permet de "donner du boulot aux gens". Et il est rentable.




  • Par Alain Jeannin
  • Publié le 04/07/2017 à 16:01, mis à jour le 04/07/2017 à 16:16


C'est un coin de verdure où coule une rivière, un vaste massif isolé au bout d'une piste qui traverse la forêt équatoriale guyanaise. Le site de la Montagne d'or est situé dans les limites administratives de la commune de Saint-Laurent-du-Maroni. Une ville en état d'urgence économique et sociale où près de 48 % de la population est au chômage.


Mine responsable

La constance paie. Vendredi 30 juin, Nordgold a validé son étude de faisabilité. La société russe a mis en avant la création de 3.750 emplois dans la région de Saint-Laurent-du-Maroni et affirme que l’extraction de l’or sera « propre ». L’ouverture de la première mine d’or industrielle en Guyane devrait coûter près de 800 millions d’euros à ses investisseurs. Mais l’affaire est viable.


Les producteurs pensent extraire près de 85 tonnes d’or du sous-sol guyanais, pour une valeur de plus de 2 milliards d’euros. Michel Jebrak, géologue et consultant estime qu’il faut « optimiser l’impact social de l’exploitation dans une région où le taux de chômage atteint 40 % ». Un argument non-négligeable pour les autorités locales et notamment pour Léon Bertrand. Le maire de Saint-Laurent-du-Maroni, favorable au complexe minier, souhaite en substance « une consultation des guyanais qui doivent s’exprimer sur le projet ».


Vivre et travailler en Guyane

Pour les dirigeants russes de Nordgold et leurs associés canadiens de Columbus Gold, la Guyane à l’opportunité de choisir un avenir meilleur, porteur de développement. Pour eux, la région de Saint-Laurent-du-Maroni, « l’Ouest Guyanais », s’animera d’une vie nouvelle. Et sur ses routes, dans ses campagnes, les emplois industriels du projet Montagne d’ Or deviendront un facteur essentiel de libération de la population locale du joug du chômage et de la précarité.

Le projet minier est, en effet, comparable à celui de la mine de nickel du Koniambo qui a permis le décollage économique et social de la province Nord de la Nouvelle-Calédonie.


L'impact pour la Guyane est, pour sa part, évalué, selon des chiffres préliminaires, à plus de 1 milliard d'euros comprenant les rémunérations et les taxes et redevances versées pendant la durée de vie du projet. 95 % des employés seront guyanais.


Ecosystème de développement

Le consortium russo-canadien a dévoilé ses cartes. Il soigne son approche « sociale et environnementale ". Il propose de mettre en application toutes les recommandations, et donc les contraintes, du label « mine responsable » lancé en avril 2015 par Emmanuel Macron, avec des méthodes d’extraction écologiques. Mais, il reconnaît qu’il n’y a pas d’industrie, même propre, sans un minimum de conséquences pour l’environnement.

Aujourd’hui à l’Élysée, le chef de l’État est donc face à un choix. Soit, il autorise le décollage industriel de la Guyane, soit il donne raison aux mouvements écologistes qui dénoncent le projet Montagne d'or pour ses risques de pollution.



http://la1ere.francetvinfo.fr/emplois-qui-valent-grand-projet-nordgold-guyane-491243.html


http://la1ere.francetvinfo.fr/pdg-vale-songerait-fermer-son-usine-nickel-nouvelle-caledonie-491281.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum