Grande-Synthe : un conducteur tente de renverser un policier lors d’un contrôle.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Grande-Synthe : un conducteur tente de renverser un policier lors d’un contrôle.

Message  Alain Vasseur le Lun 24 Avr 2017 - 22:08

PUBLIÉ LE 24/04/2017
Le Phare Dunkerquois

Ce lundi 24 avril vers 19h15, un conducteur a tenté de renverser un policier lors d’un contrôle. Les forces de l’ordre ont dû faire usage de leur arme. Le conducteur a été interpellé.


Vers 19h15 ce lundi soir, une patrouille de police tente de contrôler une Peugeot 406 bleu marine. Le conducteur du véhicule refuse d’obtempérer et engage son véhicule en direction d’un policier. Celui-ci évite la voiture.

Dans le cadre de la légitime défense, les forces de l’ordre font usage de leur arme de service et tirent en direction du moteur du véhicule. La Peugeot 406 termine sa course contre un candélabre du rond-point de l’avenue Hubert-Dubedout, au croisement de la rue de la Paix, à proximité de la médiathèque Nelson-Mandela.

Le conducteur, seul à bord du véhicule, a pris la fuite à pied avant d’être interpellé par les policiers. Il a été placé en garde à vue au commissariat de Dunkerque. Il serait déjà connu des services de police pour d’autres faits.

À 20h30, un important dispositif était encore en place et bouclait l’avenue Dubedout entre la rue de la Paix et la rue Denis-Papin, pour les besoins de l’enquête.

http://www.lepharedunkerquois.fr/fait-divers/grande-synthe-un-conducteur-tente-de-renverser-un-ia685b0n207037
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Grande-Synthe: deux ans ferme pour avoir foncé délibérément sur les policiers.

Message  Alain Vasseur le Jeu 22 Juin 2017 - 23:32

PUBLIÉ LE 22/06/2017


Mercredi 21 juin, une deuxième audience a permis de juger Kamal Jmiai, le Grand-Synthois de 40 ans qui avait foncé délibérément sur quatre policiers le 24 avril.


Mercredi 21 juin, Kamal Jmiai est appelé à la barre du tribunal de Dunkerque pour répondre de ses actes du lundi 24 avril : refus d’obtempérer, violences volontaires, menaces de mort, rébellion ou encore transport illégitime d’une barre à mine et d’un couteau. Absent, il a préféré rester dans sa cellule à Sequedin.
Ce jour-là, vers 19 h 30, une équipe de quatre policiers le reconnaît au volant de sa Peugeot 406, garée rue Denis-Papin à proximité du cinéma Le Varlin. Le Grand-Synthois de 40 ans, bien connu des services de police, fait l’objet d’un ordre à comparaître pour de précédents délits.

« De toute façon, je hais la police »

Les forces de l’ordre souhaitent alors procéder à son interpellation. Mais le Grand-Synthois ne l’entendra pas cette oreille. Évidemment, il refuse d’obtempérer et, plutôt que de fuir, il décide de foncer délibérément sur les policiers. Dans le cadre de la légitime défense, ces derniers sont obligés de faire usage de leur arme et tirent en direction du moteur du véhicule. Le pneu à plat, le véhicule continue sa course sur quelques mètres avant de s’arrêter contre un candélabre du rond-point de l’avenue Hubert-Dudebout, non loin de la médiathèque Nelson-Mandela. Si Kamal Jmiai tente de prendre la fuite à pied, il est rapidement interpellé pas les forces de l’ordre. Mais il se rebelle et les menace de mort. Pour l’immobiliser, ils sont obligés de lui faire une clé de bras.

Sur le trajet le menant au commissariat, il tiendra des propos violents. « La vengeance sera terrible. C’est facile de se procurer des armes, explique-t-il. Un coup de kalach’ sur le commissariat et je peux tuer une rafale de policiers. De toute façon, je hais la police. »

Deux audiences pour le juger

La condamnation du Grand-Synthois aurait pu tomber plus tôt, lors d’une première audience le 26 avril. Mais son avocate Me Faïza Elmokretar avait demandé, à l’époque, un délai pour le juger afin d’établir une expertise psychiatrique. Une demande « fondamentale » selon elle. Ce que la présidence a accepté. À l’époque, seul un mandat de dépôt est prononcé pour éviter une récidive, mais aussi pour assurer la sécurité des policiers.

Ainsi, mercredi 21 juin, date de la seconde audience, le tribunal a en mains l’expertise psychiatrique. Celle-ci révèle que Kamal Jmiai est d’une intelligence normale, mais qu’il a des idées délirantes le poussant à devenir dangereux. Ce qui n’émeut pas le ministère public. « Le problème, c’est que c’est la énième fois qu’il se comporte ainsi », remarque-t-il. Et de continuer : « Il est maître des faits et réussit à manipuler la juridiction. » Le Ministère public demande 4 ans ferme, avec maintien en détention. Le délibéré sera un peu plus clément. Au regard des expertises psychiatriques, Kamal Jmiai prend deux ans ferme.

http://www.lepharedunkerquois.fr/fait-divers/grande-synthe-deux-ans-ferme-pour-avoir-fonce-ia685b0n213538
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum