Guadeloupe - Martinique - Guyane - Algues sargasses : l'Anses alerte sur le risque de contamination aux métaux lourds.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Guadeloupe - Martinique - Guyane - Algues sargasses : l'Anses alerte sur le risque de contamination aux métaux lourds.

Message  Alain Vasseur le Ven 28 Avr 2017 - 5:15

26 avril 2017 



Dans un nouvel avis publié le 24 avril, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de proscrire l'utilisation des algues sargasses pour l'alimentation humaine ou animale en raison de leur capacité à piéger les métaux lourds. Et ce, dans l'attente d'études plus approfondies sur la contamination de ces algues retrouvées en grandes quantités sur le littoral de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane.

L'Anses réitère par ailleurs ses recommandations, émises en 2016, relatives à la prévention des risques liés à l'exposition au sulfure d'hydrogène (H2S) dégagé par les algues en décomposition. Ces recommandations portent sur une limitation de l'exposition du public par un ramassage régulier des algues échouées, un balisage des chantiers de ramassage et une information sur les risques sanitaires liés à l'exposition à ce gaz toxique. Les mesures de protection concernent aussi les travailleurs chargés du ramassage, du transport et du traitement des algues : port de détecteur d'H2S et d'équipements de protection individuels (EPI), recours à des moyens mécaniques pour la ramassage, formation et information des personnels, mise en place d'une traçabilité des travaux à risques.

Le sulfure d'hydrogène présente des effets sanitaires de gravité croissante avec la concentration allant de symptômes d'irritation oculaire et respiratoire jusqu'à des troubles cardiovasculaires pouvant conduire à la mort, en passant par des troubles neurologiques. Depuis le mois d'août 2014, date des premiers échouages massifs d'algues, les signalements de médecins liés à ces effets sanitaires et les plaintes du public relatives aux problèmes d'odeurs ont augmenté de façon notable, rapporte l'Anses.

https://www.actu-environnement.com/ae/news/algues-sargasse-anses-risque-contamination-metaux-lourds-28885.php4
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Guadeloupe - Sargasses en vue, le phénomène est désormais sous surveillance.

Message  Alain Vasseur le Ven 16 Juin 2017 - 3:54

Une arrivée massive d'algues sargasses sur nos îles est annoncée. Elle pourrait impactée Marie-Galante, La Désirade, Saint-François, Saint-Anne et le Gosier. Cette année, de nouveaux outils permettent de mieux tracer ces algues tant redoutées.



  • FJO avec G. Desmalles, M-L. Plaisir et P. Labéca
  • Publié le 15/06/2017 à 18:02


Pour La Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement, la DEAL, le risque fort d'échouage existe et les prémices de cette nouvelle invasion sont déjà visibles sur certaines plages. Mais cette année, la DEAL a choisi de prévenir pour guérir. Elle s'est donnée les moyens d'études et d'observations des sargasses pour mieux appréhender le phénomène. Même si rien ne dit aujourd'hui que cela permettra effectivement aux communes de parer à ces nouvelles arrivées de sargasses.

Les conséquences de 2015 sont encore dans les têtes...Un chiffre qui devrait marquer les esprits : sur le plan économique la perte estimée uniquement pour les 6 premiers mois de 2015 aurait été de près de 5 millions d'euros. Plusieurs secteurs d'activité ont souffert de cette invasion de sargasses. 


En 2015 ce sont près de 148 entreprises dans le secteur de la restauration et de l'hôtellerie qui ont été touchés par l'échouage des sargasses soit un impact financier chiffré à près de 5 millions d'euros.
Et pour  les opérations de ramassage, de stockage et de traitement, c'est en tout 3,5 millions qui ont été débloqués par l'Etat et les collectivités locales.


http://la1ere.francetvinfo.fr/guadeloupe/sargasses-vue-phenomene-est-desormais-surveillance-485053.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Départ de l'expédition Sargasses de Cayenne en Guyane.

Message  Alain Vasseur le Mar 20 Juin 2017 - 3:49

Du 19 juin au 13 juillet, des chercheurs vont partir en expédition pour tenter de découvrir l'origine des algues sargasses qui s'échouent régulièrement en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane. A bord de l'Antea, le navire océanographique de l'IRD, ils vont emmagasiner le plus de données possibles.




© IRD GILDAS ROUDAUT L'Antea, le navire de l'IRD



  • Par Cécile Baquey
  • Publié le 19/06/2017 à 10:34



Départ de Cayenne ce lundi 19 juin. Le navire océanographique Antea de l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement) voguera à la rencontre des algues sargasses. Cette expédition menée par Thierry Thibaut, professeur à l’université d’Aix-Marseille et spécialiste des algues brunes vise à comprendre l’origine des ces sargasses qui empoissonnent régulièrement la vie des habitants de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane.


Consortium de recherche



Depuis deux ans, ce chercheur travaille au montage de cette mission Sargasses. "La France a les moyens d’étudier ce phénomène, explique Thierry Thibaut à La1ère. Nous avons créé un consortium de recherche dans ce but. Il ne faut pas tout attendre des Américains. Nous avons obtenu le feu vert de Nicolas Hulot, le ministre de l’Environnement qui nous a soutenu dans ce projet".
 

Retour des sargasses



Cette expédition est d'autant plus intéressante que les sargasses sont déjà revenues sur les côtes de la Guadeloupe comme en témoignent ces images filmées à Petit-Bourg : 

Christophe Langlois @boisergent
[ltr]Plage de Viard Petit-Bourg Guadeloupe : les sargasses sont là https://www.pscp.tv/w/bBWfCDE1MTk4NXwxbW5HZUV6V1BQTEdYjkc0xPcZ3nZdqQ73D9ZhjDNwiRy5GApfW0_BBnWJFR8= …[/ltr]
00:04 - 19 Jun 2017


Hydrogène sulfuré


Les chercheurs français ne savent toujours pas expliquer pourquoi et comment des algues sargasses viennent régulièrement s’échouer depuis 2011 sur les plages de Martinique, de Guadeloupe et de Guyane. Or quand elles ne sont pas ramassées ces algues pourrissent et libèrent de l’hydrogène sulfuré. Non seulement ces gaz sentent particulièrement mauvais, mais en plus ils sont dangereux pour les populations qui vivent à proximité.


Nouvelle mer des sargasses



Première étape de l’expédition : aller à la source en explorant la petite mer des sargasses, ainsi surnommée par les scientifiques. L’équipe de chercheurs menée par Thierry Thibaut souhaite identifier cette nouvelle mer située à environ 500 kilomètres au large des côtes de la Guyane. Les chercheurs ne connaissent pas son origine "A-t-elle été créée grâce à des bouts de sargasses qui se sont détachées de la mer des sargasses dans l’Atlantique nord ? se demande Thierry Thibaut. Grâce à des prélèvements et de la recherche génétique, les scientifiques de l’expédition Sargasses espèrent répondre à cette question.
 

Escale à Pointe-à-Pitre



L’expédition fera ensuite route vers Pointe-à-Pitre en Guadeloupe. L’équipage est attendu le 30 juin et doit rester sur place jusqu’au 2 juillet. Curieusement, l’expédition Sargasses ne fera pas escale en Martinique. Elle ira enfin étudier la mer des Sargasses dans l’Atlantique nord jusqu’au 13 juillet. Les scientifiques espèrent ainsi comprendre pourquoi les sargasses ont déferlé sur les côtes des Antilles tous les ans depuis 2011 sauf en 2014 et en 2016.  Comment, notamment, expliquer le manque de régularité du phénomène ?


L'influence des grands fleuves



Autre question : l’influence des grands fleuves du Brésil. "Pour se développer, les algues ont besoin de soleil, de chaleur et d’engrais, précise le chef de l’expédition Sargasses". Les fleuves Orénoque et Amazone qui charrient des engrais favorisent-ils la prolifération des algues sargasses au large du Brésil ? En prélevant des échantillons de sargasses dans l'Atlantique sud, et en analysant leur teneur en azote et en carbone, les chercheurs pourront peut-être apporter une réponse à cette question.


Influence des brumes de sable



L’expédition Sargasses devrait aussi permettre d’en savoir plus sur l’influence des brumes de sable sur les sargasses. "Les sables du Sahara apportent du fer nécessaire aux plantes pour faire leur photosynthèse", explique Thierry Thibaut à La1ère. Avec nos analyses, nous allons creuser cette question", conclut-il.


Sargasses et température de l'eau



Les chercheurs vont aussi s’intéresser à la température de l’eau et à son influence sur les algues sargasses. Mathilde Guéné de l’Université des Antilles travaillera sur  la pollution des radeaux de sargasses par les micro plastiques. Amandine Bordin du GEPOG (Groupe d’étude et de protection des oiseaux en Guyane), spécialiste des cétacés s’intéressera en particulier au suivi de deux espèces emblématiques : le mérou et le dauphin géant de Guyane. 


Emmagasiner des données



La dizaine de chercheurs embarqués à bord de l’Antea va donc emmagasiner le plus d’échantillons et de données possibles afin de répondre aux multiples questions que posent les sargasses. Ces scientifiques viennent à la fois de l’IRD, de l’Université d’Aix-Marseille, de l’université des Antilles, de l’université de Bretagne et du GEPOG. 



http://la1ere.francetvinfo.fr/depart-expedition-sargasses-cayenne-guyane-486383.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum