Marseille - Nîmes - Un Gardois jugé pour avoir saboté un avion de l'armée à Saint-Gilles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Marseille - Nîmes - Un Gardois jugé pour avoir saboté un avion de l'armée à Saint-Gilles.

Message  Alain Vasseur le Lun 15 Mai 2017 - 22:59

Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Gard Lozère
Lundi 15 mai 2017 à 21:57

L'an dernier sur la plateforme aéroportuaire de Nîmes-Garons ce salarié de 33 ans a coupé plusieurs câbles d'un ravitailleur de l'Armée française. Il a été jugé ce lundi au tribunal correctionnel de Marseille.

"Dans ma longue carrière d'avocat c'est la première fois que j'ai à plaider une affaire de cette nature" assure Maître Bruno Lombard, l'avocat du Ministère de la Défense. Un Gardois de 33 ans est poursuivi pour avoir, il y un an, dans son entreprise, saboté un avion ravitailleur de l'Armée française. Les faits se sont déroulés à Saint-Gilles sur la plateforme aéroportuaire de Nîmes-Garons.

Il coupe plusieurs câbles de l'appareil


Le mis en cause est un ancien salarié d'une entreprise de Saint-Gilles spécialisée dans la maintenance d'avions. Une entreprise privée ayant un marché public avec l'Armée française. Le 12 mai 2016, ce salarié prend son service à six heures du matin, il est affecté à l'aile droite du ravitailleur pour réaliser les opérations de maintenance.

Le salarié se dirige alors dans le cockpit de l'appareil puis dans la soute et c'est là qu'il va commettre le sabotage. Il coupe plusieurs câbles de l'appareil avec une pince de l'entreprise. Un sabotage qui aurait de toute façon empêché l'avion de décoller selon Maitre Bruno Lombard, l'avocat du Ministère de la Défense.

Il avoue les faits un an plus tard


Le salarié, placé en garde à vue deux mois après les faits, nie le sabotage. Ce sont les caméras de l'entreprise qui ont conduit les enquêteurs à le mettre en cause. Le salarié n'a avoué les faits qu'en avril dernier soit presque un an après le sabotage. Au tribunal correctionnel de Marseille ce lundi après-midi il parle "d'un coup de folie, d'une grosse bêtise" , il évoque à la fois des problèmes familiaux et met en cause ses collègues avant eu des propos racistes à son égard.

Il n'a pas du tout pris conscience de la réalité des faits, il s'est posé en victime — Me Bruno Lombard

L'ancien salarié est notamment poursuivi pour atteintes aux intérêts fondamentaux de la nation et destruction de matériel militaire. La pénalité prévue pour ce type d'infraction est de cinq ans, le Procureur a ce lundi requis trois ans de prison dont deux ans avec sursis.

L'Etat, par la voix de son avocat, demande 50 mille euros de dommages et intérêts.Le salarié a été depuis licencié. Le jugement a été mis en délibéré au 19 juin.

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/un-gardois-juge-pour-avoir-sabote-un-avion-saint-gilles-1494875926
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

3 ans de prison dont un ferme contre un mécanicien avion de Nîmes-Garons pour sabotage.

Message  Alain Vasseur le Mar 20 Juin 2017 - 16:40

L'homme avait sectionné 180 fils sur un avion ravitailleur en vol de l'armée française en maintenance sur l'aéroport de Nîmes. Ce mécanicien avion a été condamné, lundi, par la chambre des affaires militaires du tribunal correctionnel de Marseille, à trois ans de prison dont deux ans avec sursis.
Par FD avec afpPublié le 20/06/2017 à 11:24


Salarié de l'entreprise privée Sabena Technics, spécialisée dans l'entretien aéronautique, cet homme de 32 ans, avait reconnu en avril avoir volontairement commis ces dégradations sur un Boeing KC 135 qui subissait un contrôle à Nîmes-Garons, dans le Gard.


"Mon acte n'était pas prémédité, j'étais très en colère, j'avais perdu le contrôle dans mon cerveau", avait-il raconté lors de l'audience, le 15 mai."


Son employeur venait de refuser à ce salarié embauché depuis mars 2007, une formation très pointue en matière de radiographie des avions.

Les faits ont été commis le 16 mai 2016. Le salarié et son équipe intervenaient sur l'appareil, l'un des 14 avions ravitailleurs en vol de l'armée française. La section de recherches de la gendarmerie de l'Air avait assez vite abandonné l'hypothèse d'un acte terroriste pour s'orienter vers un différend entre un salarié et un prestataire de services.


Les services du renseignement militaire mobilisés par peur d'un acte terroriste


Dans son réquisitoire, le procureur Etienne Perrin avait souligné combien l'affaire avait préoccupé les services du renseignement militaire pouvant redouter l'existence d'un individu à même de mettre en danger l'action militaire.
Le tribunal a condamné le prévenu à verser 20.000 euros de dommages et intérêts à l'agent judiciaire de l'Etat dont l'avocat Me Bruno Lombard avait souligné que "les forces stratégiques avaient été obérées dans leur efficacité".


Haine ou sabotage ?


Partie civile, Sabena Technics s'est vu allouer 135.703 euros de dommages et intérêts, une inspection minutieuse de plusieurs appareils présents sur la base ayant due être conduite.

Licencié en juin 2016, à la suite d'une altercation avec un cadre supérieur de Sabena Technics, le mécanicien-avion a reconnu "une grosse bêtise". Pour son avocat, "ce n'est pas un terroriste, ce n'est pas un saboteur, il a eu un moment de haine".



http://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/gard/nimes/3-ans-prison-dont-ferme-contre-mecanicien-avion-nimes-garons-sabotage-1282877.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum