Défense - La députée européenne Sylvie Goulard nommée ministre des Armées.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Défense - La députée européenne Sylvie Goulard nommée ministre des Armées.

Message  Alain Vasseur le Mer 17 Mai 2017 - 16:43

L’eurodéputée centriste de 52 ans a rallié dès 2016 le mouvement En marche ! et oeuvrait jusqu’ici comme poisson pilote pour Emmanuel Macron sur les questions européennes, sa grande spécialité.
LE MONDE | 17.05.2017 à 15h17 • Mis à jour le 17.05.2017 à 16h24 | Par Philippe Ricard

Sylvie Goulard espérait au minimum les affaires européennes. Elle sera ministre des armées, un poste plutôt inattendu vu son profil. L’eurodéputée MoDem est une nouvelle venue sur la scène gouvernmentale française, mais elle dispose, à 52 ans, d’une expérience européenne fournie.


Sylvie Goulard s’est ralliée au mouvement En marche ! dès 2016, bien avant l’alliance entre Emmanuel Macron et le créateur du MoDem, François Bayrou, scellée en février. De ces mois de campagne, elle garde un grand souvenir du meeting de la porte de Versailles, le 10 décembre 2016, lorsque le candidat a fait vibrer sa fibre proeuropéenne. « C’était fabuleux. Il fallait voir comment la salle a réagi », se souvient l’ancienne conseillère du président de la commission européenne Romano Prodi au moment de la convention sur la constitution européenne, peu avant l’élargissement de l’Union.

Fédéraliste ? Mme Goulard l’est de longue date, par conviction, mais l’ancienne présidente du Mouvement européen en France sait que cette étiquette n’est pas facile à porter par les temps qui courent en raison de la montée en puissance des forces europhobes. « Au-delà du débat sur les structures, l’idée est de redonner confiance, d’apporter de la sérénité dans le débat sur l’Europe », dit cette habituée des think tanks, souvent sollicitée pour exposer ses analyses, qu’elle sait défendre avec pugnacité, à Berlin, Londres ou Rome. « L’approche d’Emmanuel Macron vis à vis de l’Europe ne concerne pas que la zone euro », disait-elle avant l’investiture du nouveau chef de l’Etat, « l’objectif est aussi de faire progresser la défense européenne, de mieux gérer nos frontières ou d’aller, par exemple, vers un commerce loyal ».

Cette juriste de formation a été élue au Parlement européen en 2009, sur les listes de l’Ouest puis réélue en 2014, sur celles du Sud-Est. Elle s’est spécialisée sur les questions économiques et monétaires, non sans regretter la marginalisation du parlement de Strasbourg par les Etats au plus fort de la crise des dettes souveraines. De cette expérience amère, elle a tiré plusieurs essais, dont un cosigné avec le président du Conseil italien de l’époque, Mario Monti (De la démocratie en Europe, Flammarion, 2012). « Même en italien, elle était plus efficace que moi pour présenter notre livre », se rappelle le dirigeant italien: « Mme Goulard est capable à la fois d’être très pédagogue auprès du grand public et de multiplier les contacts de haut niveau pour bâtir des majorités ».

« Grande gueule »


Sylvie Goulard est polyglotte – elle parle couramment l’allemand, l’anglais et l’italien en plus du français –, et n’a pas sa langue dans sa poche. « Elle est tout sauf diplomate, et cultive un côté grande gueule », dit un de ses homologues de droite qui préfère ne pas être cité, « elle ne sait pas se faire des amis et regarde tout le monde de haut, quitte à surestimer ses capacités ». Ainsi s’est elle lancée avec panache, et beaucoup d’improvisation, dans la course à la succession, en janvier, de l’Allemand Martin Schulz à la présidence du Parlement européen. Son propre chef de groupe, le Belge Guy Verhofstadt, avec qui elle entretient des relations exécrables, s’est mis en travers de sa route pour la forcer à renoncer.

Ses idées libérales ne lui ont pas toujours valu que des amitiés. Au moment de la crise de l’euro, ses collègues eurodéputés de gauche se souviennent l’avoir vu emboîter le pas aux grandes banques françaises pour torpiller l’éventuelle séparation de leurs activités de détails et d’affaires, comme suggérée par le commissaire français de l’époque Michel Barnier. « Elle est assez germano-germanique dans sa façon de plaider pour le respect des règles communes sur le plan budgétaire », critique Philippe Lamberts, le président du groupe des Verts au Parlement européen.

Mme Goulard, elle, revendique sa proximité avec Wolfgang Schäuble, le grand argentier de la chancelière Angela Merkel – dont elle a fait la connaissance lors de la réunification de l’Allemagne, pour ses débuts au Quai d’Orsay. Cette catholique est également associée à la Convention chrétienne européenne, née en 2015 afin d’étendre en Europe les grandes rencontres politico-œcuméniques qui attirent les foules outre-Rhin (les Kirchentage): l’eurodéputé vert Sven Giegold, lui-même protestant, qui dirige cette initiative, apprécie « l’engagement social » de celle qui a créé à Strasbourg un intergroupe consacré à la pauvreté. Nul doute qu’Emmanuel Macron pourra aussi s’appuyer sur ses liens pour retisser la relation entre la France et l’Allemagne.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/05/17/la-deputee-europeenne-sylvie-goulard-nommee-ministre-des-armees_5129158_823448.html#Y4ePI0xOQjBIU824.99


http://www.bfmtv.com/politique/sylvie-goulard-nommee-ministre-des-armees-1165811.html

https://www.contrepoints.org/2017/05/17/289673-drian-aux-affaires-etrangeres-goulard-aux-armees-drole-de-couple


Dernière édition par Alain Vasseur le Sam 20 Mai 2017 - 1:20, édité 1 fois
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Sylvie Goulard, ministre des armées ou ministre désarmée ?

Message  Alain Vasseur le Jeu 18 Mai 2017 - 2:39

17 mai 2017 à 21h36

Sylvie Goulard remplace Jean-Yves Le Drian, avec un nouvel intitulé qui posent de nombreuses questions.


Sylvie Goulard est donc nommée ministre des Armées. Le nom de son portefeuille surprend. Il n’avait plus été utilisé depuis 1974. Selon l’historien Philippe Vial, le dernier « ministre des Armées » a été Robert Galley dans le gouvernement Messmer. Depuis lors, on parle de ministre de la Défense. L’appellation n’est pas aussi ancienne qu’on pourrait le croire puisqu’elle ne date que de 1945, avec Edmond Michelet. On parlait auparavant de ministre de la Guerre, aux côtés du ministre de la Marine, puis de l’Air. Le « ministre de la Défense » n’apparaît qu’en 1932 (François Pietri) et la dénomination ne cesse de changer des années trente aux années cinquante. Le général De Gaulle impose l’appellation de ministère des Armées, puisque, dans sa vision politique, la défense nationale, forcément globale comme le préciseront les ordonnances de 1959, ne peut relever que du chef de l’État et du chef du gouvernement. Le grand ministre des Armées a évidemment été Pierre Messmer (1960-1969) mais son successeur Michel Debré exigea de porter le titre de ministre d’État, en charge de la Défense nationale (1969-1973) ;


L’appellation « ministre des Armées » renforce encore le caractère martial et régalien qu’affectionne Emmanuel Macron depuis dimanche. Il entend manifestement être un vrai chef des Armées.


En son temps, qui revient, le ministre des Armées a souvent fait l’objet de plaisanterie, en jouant avec les mots pour parler de « ministre désarmé » Qu’en sera-t-il de Sylvie Goulard, nommée aujourd’hui ? Il est évidemment trop tôt pour savoir si elle sera une ministre toute-puissante, comme Jean-Yves Le Drian l’a été, ou une ministre s’occupant, non de toute la défense, mais des seules Armées sous la responsabilité directe de leur chef, le président de la République ? Clairement, la haute hiérarchie militaire et civile de l’ex-ministère de la Défense était hier soir dans l’expectative sur les raisons et les conséquences - s’il y en a - de ce changement de dénomination. Les industriels de la défense, eux aussi, s’interrogent, même si les grandes heures industrielles du gaullisme ont mis en œuvre par un ministre des Armées.


Ces questions seront l’affaire des prochaines semaines et des prochains mois, si la situation reste en l’état à l’issue des législatives du 18 juin. Quoi qu’il en soit, la nomination de Sylvie Goulard, 52 ans, (sa bio, par elle-même) est une surprise, car l’impétrante est quasi-inconnue dans les milieux de la défense, dont elle n’est pas une spécialiste. Européenne convaincue, elle devrait évidemment mettre l’accent sur la défense européenne, dont on connaît les limites. Elle va surtout devoir rapidement affronter Bercy sur les questions budgétaires.


http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/sylvie-goulard-ministre-armees-ministre-desarmee-127041



http://www.opex360.com/2017/05/17/sylvie-goulard-nommee-ministre-des-armees/



http://lemamouth.blogspot.fr/2017/05/sylvie-goulard-ministre-des-armees.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Ministère des Armées : quel rôle pour Sylvie Goulard ?

Message  Alain Vasseur le Ven 19 Mai 2017 - 3:03

Libération, publié le jeudi 18 mai 2017 à 17h14

Le changement de dénomination n'est pas anodin. Là où son prédécesseur, Jean-Yves Le Drian, était ministre de la Défense, la député européenne Sylvie Goulard hérite, elle, du titre de ministre des Armées.

Un titre tombé en désuétude depuis 1974. Et, au sein de l'état-major, les hauts gradés y voient une reprise en main souveraine. Au président de la République, chef suprême des armées, il incombe de défendre l'intégrité du territoire et la sécurité de la Nation. Un rôle dans lequel le nouveau chef de l'Etat s'est très vite glissé en mulitpliant les symboles. Une remontée des Champs-Elysées dans un command-car généralement utilisé uniquement pour les défilés du 14 juillet, laissant au garage l'élégante SM présidentielle carossée par Chapron et…

Lire la suite sur Libération

http://www.liberation.fr/france/2017/05/18/ministere-des-armees-quel-role-pour-sylvie-goulard_1570483


Sylvie Goulard, l'inattendue ministre des Armées

http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/sylvie-goulard-l-inattendue-ministre-des-armees-716094.html




  • Sylvie Goulard aux Armées : vers une défense européenne?

  • http://info.arte.tv/fr/sylvie-goulard-aux-armees-vers-une-defense-europeenne





Europe de la défense, Syrie : avec Le Drian et Goulard, quelle diplomatie pour la France ?

https://francais.rt.com/opinions/38563-europe-defense-syrie-avec-drian-goulard-quelle-diplomatie-pour-france





 VIDÉO Dans les coulisses de l'éviction de Le Drian du ministère de la Défense
http://www.europe1.fr/politique/dans-les-coulisses-de-leviction-de-jean-yves-le-drian-du-ministere-de-la-defense-3335171
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Sylvie Goulard: «Nous serons obligés de casser certaines facilités industrielles» françaises.

Message  Alain Vasseur le Jeu 8 Juin 2017 - 21:21

08 juin 2017 à 18h11  L(Opinion - Blog Secret Défense


Dans un entretien vidéo avec Le Talk stratégique du Figaro.fr, la ministre des Armées Sylvie Goulard a détaillé sa vision des questions de défense. Ses propos sur la défense européenne, qui est l’une de ses priorités affichées, résonne d’un ton nouveau. Selon elle, un « tabou » a été levé à Bruxelles où la défense européenne s’était « ensablée » depuis des années. L’annonce, faite hier par la Commission européenne, de la création d’un Fonds européen de défense va dans ce sens. Pour l’instant, il s’agit de « faire de la recherche ensemble » mais à terme le « volet capacitaire » sera concerné.

Souhaitant sortir d’«une vision étriquée », la ministre a assuré qu’ « il est souhaitable que nous achetions ensemble des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi. Je l’assume. Si nous voulons faire l’Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, faire des choix de compatibilité et, à terme, des choix qui pourraient passer dans un premier temps pour aboutir à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders ». (C’’est nous qui soulignons).

Interrogée sur le budget, elle a réaffirmé des2% du PIB en 2025, rappellant toutefois qu’ « il ne faut pas oublier l’équipe France » et son « effort de remise à flots des finances publiques ». Qualifiant les décisions précédentes de « rattrapage assez artisanal », elle a parlé de « choix douloureux » à propos de la future loi de programmation militaire.

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/sylvie-goulard-nous-serons-obliges-casser-certaines-facilites-128466


http://premium.lefigaro.fr/international/2017/06/08/01003-20170608ARTFIG00249-sylvie-goulard-invitee-exceptionnelle-du-talk-strategique.php


http://www.lefigaro.fr/elections/legislatives/2017/06/08/38001-20170608ARTFIG00339-sylvie-goulard-les-europeens-doivent-relever-ensemble-le-defi-du-terrorisme.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum