Un règlement de comptes sans témoins