L'escroc, arrêté début mai, avait déjà été condamné après s'être fait passer pour un infirmier dans le Rhône. Il nie en bloc, jurant être victime d'une usurpation d'identité.