Les drones dans les forces armées.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les drones dans les forces armées.

Message  Alain Vasseur le Lun 29 Mai 2017 - 15:42

29.05.2017.

"Ouvrir le débat" sur les drones...: c'est comme vouloir les faire voler en marche arrière

Les sénateurs Cédric Perrin (LR) et Gilbert Roger (PS) ont co-présidé le groupe de travail qui a rédigé un rapport d'information présenté le 23 mai et intitulé "Drones d'observation et drones armés : une révolution militaire".

Les rédacteurs préconisent "l’armement des drones MALE de l’armée de l’air" et le passage "au standard export block 5, et la mise à niveau des drones block 1, permettant de s’affranchir d’un certain nombre de contraintes sur la maintenance et l’emploi des drones, et incluant notamment une capacité d’imagerie haute définition et une capacité d’emport de charge ROEM".
Que retirer de ce rapport?
- Faut-il parler de "révolution militaire"? A croire que le sujet est éminemment neuf.... Ce qui n'est pas le cas. Mais à force de procrastiner, on en arrive à redécouvrir l'eau tiède.
- Ce passage au standard export block 5 est déjà entériné par les USA (lire ici mon post du 12 décembre 2016). 
- La préconisation d'armer nos drones MALE n'est pas nouvelle. Sur ce point, la France reste toujours en retrait par rapport à ses alliés européens. Le Royaume-Uni utilise 10 drones Reaper armés. L’Italie a obtenu à la fin de 2015 l’autorisation américaine d'armer ses 6 Reaper. En janvier 2016, l’Allemagne a annoncé la location à partir de 2018 de 3 à 5 drones Héron TP israéliens armés. L’Allemagne a d’ailleurs demandé expressément que le projet de drone MALE européen soit armable. L'Espagne se réserve la possibilité d'armer ses quatre Reaper.

Conclusion (soupir): Il ne s'agit plus "d'ouvrir le débat" mais d'avancer et d'équiper nos forces des armes dont elles ont besoin et qui correspondent aux conditions actuelles d'engagement.

Ce rapport est à consulter ici.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/05/29/drones-18143.html


http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2016/12/12/les-prochains-reaper-francais-et-espagnols-17314.html


https://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201705/les_drones_dans_les_forces_armees.html


http://www.gendxxi.net/t5114-union-europeenne-financement-d-equipements-pour-la-gendarmerie-dont-le-gign?highlight=drones
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les drones dans les forces armées.

Message  Alain Vasseur le Mar 30 Mai 2017 - 17:10

Les sénateurs veulent ouvrir un débat public sur les drones MALE armés

http://www.opex360.com/2017/05/30/les-senateurs-veulent-ouvrir-un-debat-public-sur-les-drones-male-armes/



Info “l’Essor”: les drones militaires intéressent la Gendarmerie.





Un rapport du Sénat s’inquiète du risque de « sur-spécification » du futur drone MALE européen

http://www.opex360.com/2017/05/30/un-rapport-du-senat-sinquiete-du-risque-de-sur-specification-du-futur-drone-male-europeen/

avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Un rapport pointe la « très grande dépendance » française en matière de drones.

Message  Alain Vasseur le Mer 31 Mai 2017 - 16:00

31 mai 2017 à 12h12


Un rapport sénatorial pointe la dépendance de la France en matière de drone Male (Moyenne altitude longue endurance) un sujet que ce blog a très tôt abordé. Voici un extrait de ce rapport qui résuem bien la situation des Reaper américains mis en oeuvre par l’armée de l’air :


« L’enjeu de souveraineté est primordial et trop méconnu. Notre dépendance à l’égard des États-Unis est aujourd’hui très grande, à de multiples titres. La décision a été prise au cours de l’été 2013 d’équiper l’armée de l’air de drones Reaper, fabriqués par l’industriel américain General Atomics et disponibles « sur étagère », étant donné les volumes produits pour l’armée américaine. (...)


Le choix en urgence du Reaper a eu pour conséquence l’absence de maîtrise sur la maintenance et sur l’architecture des systèmes, ainsi que sur la formation et sur l’emploi de nos drones.


En ce qui concerne la maintenance, pour raccourcir les délais de livraison, l’US Air Force a autorisé une ponction sur la chaîne de production de systèmes initialement prévus pour son usage, donc au standard « block 1 », celui des deux premiers systèmes livrés à la France. En conséquence, les techniciens français n’ont pas accès à ces systèmes, dont la maintenance ne peut être effectuée que par l’industriel américain, présent sur site.


À propos de l’absence de maîtrise de l’architecture des systèmes, je veux citer l’exemple de l’acquisition d’une charge utile de renseignement d’origine électromagnétique (ROEM), prévue par la loi de programmation militaire actualisée. L’acquisition d’une charge américaine a été engagée, ce qui veut dire que la confidentialité du flux de données captées n’est absolument pas garantie.


Quant à la formation des pilotes, elle est assurée pour l’essentiel sur une base américaine du Nouveau-Mexique, où les besoins de la France sont en concurrence avec ceux, importants, de l’armée de l’air américaine. La livraison à Cognac d’un vecteur et, prochainement, d’un simulateur devrait toutefois nous permettre de nous extraire au moins partiellement de cette dépendance.


En ce qui concerne la zone de déploiement autorisée, à savoir, à l’étranger, la bande sahélo-saharienne, tout autre usage devrait faire l’objet d’une nouvelle autorisation dans le cadre d’une procédure passant par le Congrès américain, d’où de possibles aléas politiques. Même si cela reste à confirmer par la nouvelle administration américaine, il est aussi probable qu’il faille une autorisation du Congrès pour armer nos drones, qui nous ont été vendus à des fins d’observation.


Le passage au standard « block 5 », c’est-à-dire au standard export, pour les deux systèmes à livrer en 2019 doit permettre de réduire au moins partiellement notre dépendance : les mécaniciens français pourront intervenir sur les appareils - on ignore encore si cela s’appliquera à tout ou partie du Reaper - ; l’armée de l’air devrait devenir autonome pour la formation des pilotes ; l’adaptation de charges utiles différentes, non américaines, s’agissant notamment des charges ROEM, sera facilitée ; enfin, ce standard ne devrait plus être assorti de restrictions concernant les zones de déploiement.


Ces évolutions doivent encore être confirmées. Si la situation actuelle des relations franco-américaines nous permet d’accepter aujourd’hui un certain degré de dépendance, à court et moyen terme, peut-on y consentir durablement ? Nous ne le pensons pas. »

Ajoutons que à Niamey (Niger), au moins dans un premier temps, les drones Reaper de l’armée de l’air ne pouvaient décoller et atterrir qu’avec la participation de techniciens américains.


http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/rapport-pointe-tres-grande-dependance-francaise-en-matiere-drones-127930



http://www.senat.fr/rap/r16-559/r16-559_mono.html



http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/drones-sahel-si-on-veut-bouger-il-faut-l-accord-americains-25155
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Va-t-on armer les drones français?

Message  Alain Vasseur le Lun 5 Juin 2017 - 3:33

Par Olivier Fourt   RFI


Diffusion : dimanche 4 juin 2017


C’est l’un des dossiers que devra trancher la nouvelle ministre de la Défense, Sylvie Goulard : l’autorisation d’armer les drones français. Le précédent locataire de l’hôtel de Brienne, Jean-Yves Le Drian s’y était toujours opposé. Aujourd’hui, les drones Reaper achetés aux Etats-Unis, après l’intervention française au Mali, n’embarquent pas d’armement. Mais un rapport parlementaire de la commission de la Défense du Sénat, rédigé par un parlementaire de gauche : Gilbert Roger (PS) et un autre de droite :  Cédric Perrin (LR), plaide pour que ces machines volantes puissent le plus rapidement possible emporter des bombes et des missiles, comme c’est le cas chez les alliés de la France. Cinq Reaper sont aujourd’hui employés dans la guerre contre les mouvements armés terroristes au Sahel et au Sahara, mais, à ce stade, ils ne servent qu’à récolter du renseignement, voire désigner des cibles. Olivier Fourt reçoit Cédric Perrin.


http://www.rfi.fr/emission/20170604-vers-armement-drones-francais
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum