Toulouse - Les policiers tirent sur un chauffard : l'homme est decédé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Toulouse - Les policiers tirent sur un chauffard : l'homme est decédé.

Message  Alain Vasseur le Mar 30 Mai 2017 - 9:36

Publié le 30/05/2017 à 06:23, Mis à jour le 30/05/2017 à 09:15


Il est 4h15 ce mardi matin, lorsque les policiers de la BAC repèrent en plein centre-ville un véhicule roulant tous feux éteints. Ils font signe au conducteur de s’arrêter mais celui-ci percute leur véhicule, blessant l’un des policiers, et poursuit sa route.

Quelques secondes plus tard, à l’angle des rues Baour-Lormian et Pantaléon, une voiture de police sérigraphiée et gyrophare allumé, croise à son tour le même véhicule. Les agents de la compagnie de sécurisation et d’intervention qui sont à son bord demandent à nouveau à son conducteur d’obtempérer, ce qu’il refuse.

Les agents de police n’ont alors d’autre choix que d’ouvrir le feu à plusieurs reprises sur le chauffard pour lui faire stopper sa course. Celui-ci est grièvement blessé à la tête et au torse. Les policiers lui prodiguent les premiers soins sur place avant l’arrivée des secours : l’homme, dont le pronostic vital est engagé, est transporté à l’hôpital en état de déchocage.

Son identité et son âge ne sont pas encore connus mais on sait d’ores et déjà qu’il conduisait un véhicule volé. La police judiciaire de Toulouse a été saisie de l’enquête.

http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/30/2584230-policiers-tirent-chauffard-refuse-obtemperer-homme-est-entre-vie-mort.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

A Toulouse, les policiers tirent sur un chauffard et le tuent.

Message  Alain Vasseur le Mar 30 Mai 2017 - 16:45

Publié le 30/05/2017 à 06:23, Mis à jour le 30/05/2017 à 14:54


Il est 4h15 ce mardi matin, lorsque les policiers de la BAC repèrent en plein centre-ville un véhicule Citroën C1 roulant tous feux éteints. Ils font signe au conducteur de s’arrêter mais celui-ci percute leur véhicule, blessant l’un des policiers, et poursuit sa route.


Quelques secondes plus tard, à l’angle des rues Baour-Lormian et Pantaléon, une voiture de police sérigraphiée et gyrophare allumé, croise à son tour le même véhicule. Les agents de la compagnie de sécurisation et d’intervention qui sont à son bord demandent à nouveau à son conducteur d’obtempérer, ce qu’il refuse. Il s'est alors engagé dans une impasse où trois policiers à pied tentaient de l'arrêter. "C'est dans ces conditions que l'un d'entre eux a fait usage de son arme de service à une reprise en direction du pneu avant droit du véhicule, détaille le procureur de la République dans un communiqué. Il a continué néanmoins sa course et a percuté le véhicule de service de la BAC qui barrait sa route. L'un des fonctionnaires de police a alors été blessé en raison de la violence du choc", précise le procureur.


Les agents de police de la compagnie de sécurisation et d'intervention, arrivés en renfort, n’ont alors d’autre choix que d’ouvrir le feu à plusieurs reprises sur le chauffard pour lui faire stopper sa course. Celui-ci est grièvement blessé à la tête et au torse. Les policiers lui prodiguent les premiers soins sur place avant l’arrivée des secours : l’homme de 27 ans, transporté à l’hôpital Purpan, est décédé en début de matinée. Le policier blessé, est quant à lui à l'hôpital en observation.


L'identité du chauffard n'est pas encore connue mais on sait d’ores et déjà qu’il conduisait un véhicule volé. La police judiciaire (SRPJ) de Toulouse et l’inspection générale de la police nationale (IGPN) ont été saisies de l’enquête.


http://www.ladepeche.fr/article/2017/05/30/2584230-policiers-tirent-chauffard-refuse-obtemperer-homme-est-entre-vie-mort.html



http://www.francetvinfo.fr/faits-divers/police/toulouse-un-conducteur-abattu-par-la-police-lors-d-une-course-poursuite-une-enquete-ouverte_2213928.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Chauffard tué par la police : 12 balles tirées, le scénario se précise.

Message  Alain Vasseur le Ven 2 Juin 2017 - 10:05

Publié le 02/06/2017 à 07:50, Mis à jour le 02/06/2017 à 09:10


Au total douze balles ont été tirées par les policiers mardi, dans la nuit pour stopper Mickaël Simon, un chauffard en fuite, dans le centre-ville de Toulouse. Le scénario de la légitime défense se dessine mais les enquêtes se poursuivent.


Un scénario précis décrit par ses acteurs comme par les témoins et des images de vidéoprotection qui le corroboreraient. L'enchaînement des événements ayant conduit à la mort de Mickaël Simon, ce chauffard en fuite abattu par la police, dans la nuit de lundi à mardi, à deux pas du Capitole, se dessine.


Douze balles ont été tirées par les forces de l'ordre afin de stopper la progression de cet homme de 27 ans décidé à échapper aux policiers. Si la course-poursuite a débuté sur les boulevards, c'est rue Baour-Lormian que la situation devient critique. La Citroën C1 volée s'y engouffre poursuivie par la BAC. Dans cette rue plus qu'étroite, le fuyard se retrouve piégé. Il parcourt quelques dizaines de mètres avant de décider de faire demi-tour. Dans sa manœuvre, il percute des véhicules en stationnement et embouti un portail. Face aux hommes de la BAC il n'hésite pas et fonce. L'un d'entre eux tire la première des douze balles et fait éclater le pneu avant droit.


Mickaël Simon poursuit, roule sur le pied d'un fonctionnaire et percute la voiture banalisée. Face à lui, un fourgon de la compagnie de sécurisation et d'intervention vient de barrer la sortie de la rue. Les trois fonctionnaires en tenue commencent à avancer à pied. C'est là que le chauffard aurait accéléré. A-t-il l'intention de leur foncer dessus ? Pour les policiers, cela ne fait pas de doute. Trois balles d'une part, huit de l'autre… deux policiers ouvrent le feu. Atteint d'une balle à la tête, le fuyard parcourt quelques mètres. Sa voiture s'arrête. Il meurt un peu plus tard à l'hôpital. Le parquet de Toulouse n'a pas souhaité communiquer sur les résultats de l'autopsie pratiquée mardi.


L'IGPN est saisie de l'enquête pour «homicide volontaire par personne dépositaire de l'autorité publique». Le SRPJ de celles pour «tentatives d'homicides volontaires sur personnes dépositaires de l'autorité publique, refus d'obtempérer aggravé et recel de vol». Pour les syndicats de policiers, les fonctionnaires «ont fait leur travail». «Leurs gestes ont été maîtrisés, décrit Didier Martinez pour Unité-SGP-FO. Ils ont fait preuve de professionnalisme. Il était déterminé et aurait pu heurter d'autres personnes. Il fallait le stopper.» Même analyse pour Luc Escoda d'Alliance : «Il fonçait sur nos collègues qui n'ont pas eu le choix. Ils n'allaient pas tirer en l'air alors qu'il essayait de les tuer. Ça pouvait être un simple délinquant routier, comme quelqu'un sous stupéfiants ou un terroriste comme ont l'a vu dans divers attentats». Seule l'enquête de l'IGPN validera ou non le seul scénario décrit à ce jour.


http://www.ladepeche.fr/article/2017/06/02/2586414-tue-police-12-balles-tirees-scenario-precise.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum