Contre cette manie dangereuse et coûteuse qui consiste à transformer des bouches incendie en geysers, la ville va taper au portefeuille. Ceux qui ouvrent ces accès et ceux qui en profitent devront payer 500 €.