Boulogne : un gendarme poursuivi pour avoir agressé sexuellement sa nièce.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Boulogne : un gendarme poursuivi pour avoir agressé sexuellement sa nièce.

Message  Alain Vasseur le Jeu 15 Juin 2017 - 22:17

PUBLIÉ LE 15/06/2017     Louise Hazelart                     

Un gendarme maritime a dû répondre de gestes plus que déplacés sur sa nièce de 17 ans.



Un gendarme maritime boulonnais de 49 ans, J-M.B., a dû s’expliquer pour des faits d’agression sexuelle qui se seraient déroulés à l’été 2015, en Dordogne.

À l’époque, le père de famille part en vacances avec ses deux fils, sa femme et leur nièce âgée de 17 ans. Le soir de leur arrivée, ils décident de regarder un film ensemble dans le canapé. Seule la mère de famille monte se coucher. C’est lors de cette soirée que la jeune mineure atteste que son oncle en aurait profité pour lui toucher les fesses et le ventre, sous le plaid, à l’abri des regards. Elle portera plainte plusieurs mois après, suite aux confidences de sa sœur qui évoque des « paroles déplacées » qu’aurait tenues ce même oncle à son égard.

Des aveux extorqués par ses anciens collègues ?

Entendu dans les locaux implantés zone de Capécure, là même où il avait exercé auparavant, le mis en cause aurait contesté avant d’avouer. Mais à la barre, son conseil revient longuement sur la façon dont se serait déroulée la garde à vue : des « aveux extorqués », des déclarations imaginées de toutes pièces par les enquêteurs, des PV signés dans la précipitation etc... « On aurait pu lui faire signer n’importe quoi, il aurait signé tellement il était à bout. Aujourd’hui, il est en arrêt maladie et on lui a déjà demandé de faire ses valises. Peu importe la sentence, sa carrière est finie. Il n’a aucun intérêt à mentir à cette barre, il est déjà à terre », déclare Me Marcourt. Car aujourd’hui, le gendarme nie en bloc et explique s’être assoupi ce soir-là et n’avoir jamais eu de geste déplacé.

Hormis les déclarations de la jeune fille, des centaines de SMS entre l’oncle et la nièce ont été décortiquées. Des éléments qui intriguent les juges et qui mettent à mal la défense. « Excuse-moi pour lundi, je n’aurais jamais dû faire ce que j’ai fait. Je m’en veux terriblement, ça ne se reproduira plus », peut-on notamment lire sur l’un d’eux. D’autres parlent de caresses, de papouilles, de bisous... À la barre, l’homme assure qu’il s’agit de « plaisanteries » et que leur rapport était très fusionnel. « C’est un peu le père qu’elle n’a jamais eu, on était constamment ensemble », explique notamment l’un des fils, aujourd’hui majeur et qui soutient son père dans ce procès.

La victime reste, quant à elle, sur ses premières déclarations et regrette l’explosion de la famille suite à ses révélations. Son avocat réclame 8 000 euros de dommages et intérêts. Verdict le 11 juillet prochain.

avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum