Champs-Elysées - Un homme percute en voiture un fourgon de la gendarmerie mobile.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Champs-Elysées - Un homme percute en voiture un fourgon de la gendarmerie mobile.

Message  Alain Vasseur le Lun 19 Juin 2017 - 16:35

19 juin 2017, 16h18 | MAJ : 19 juin 2017, 16h25


Un homme a percuté en voiture un fourgon de la gendarmerie. La préfecture recommande d'éviter le secteur.


Un homme a percuté en voiture un fourgon de la gendarmerie sur les Champs-Élysées à Paris lundi après-midi, sans faire de blessés. «A terre, l'homme est actuellement inconscient» et son véhicule est en feu, ont indiqué ces mêmes sources, sans préciser dans l'immédiat s'il s'agissait d'un accident ou d'un acte volontaire.

Un important dispositif de sécurité a été déployé par la préfecture de police, qui recommande d'éviter le secteur. 

  T
Les autorités recommandent à la population d'éviter le secteur.
 

[ltr]  leparisien.fr[/ltr]
 

    http://www.leparisien.fr/faits-divers/champs-elysees-un-homme-percute-en-voiture-un-fourgon-de-la-gendarmerie-pas-de-blesses-19-06-2017-7067406.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Champs-Elysées : un homme fonce sur un fourgon de gendarmerie.

Message  Alain Vasseur le Lun 19 Juin 2017 - 16:48

16h35 , le 19 juin 2017, modifié à 16h42 , le 19 juin 2017
Un homme a percuté un fourgon de la gendarmerie sur les Champs-Elysées à Paris, lundi après-midi. Il n'y a pas de blessé. Le véhicule de l'homme est en feu et la zone a été bouclée.


Lundi après-midi sur les Champs-Elysées, à Paris, un homme a foncé sur un fourgon de la gendarmerie. Selon des sources policières, citées par l'AFP, il n'y a pas de blessé. Le véhicule de l'homme a pris feu feu. Selon l'AFP, qui cite une source proche du dossier, une arme a été retrouvée sur le conducteur. Sa voiture a explosé lors de l'impact avec le véhicule de la gendarmerie, un acte volontaire est privilégié, précise l'AFP. Un important dispositif de sécurité a été mis en place et la zone a été bouclée.

La préfecture de police recommande d'éviter le secteur

Selon un journaliste de Libération, sur place au moment des faits, la voiture a explosé alors que son conducteur se trouvait toujours à l'intérieur. Selon lui, ce sont les gendarmes qui l'ont sorti de l'habitacle en "le tirant au sol". Sur Twitter, la préfecture de police de Paris a recommandé d'éviter le secteur. Les faits se sont produits en bas de l'avenue parisienne, pas loin de l'Elysée.


http://www.lejdd.fr/societe/champs-elysees-un-homme-fonce-sur-un-fourgon-de-gendarmerie-3366200
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Champs-Élysées : une voiture explose en percutant un fourgon de gendarmerie.

Message  Alain Vasseur le Lun 19 Juin 2017 - 16:52

[*]Mis à jour le 19/06/2017 à 16:43   

[*]Publié le 19/06/2017 à 16:37

Les faits ont eu lieu lundi après-midi. Le conducteur a été grièvement blessé, il portait une arme. De sources concordantes, on évoque un acte délibéré. Il n'y a eu aucun autre blessé.

Un homme a percuté en voiture un fourgon de la gendarmerie sur l'avenue des Champs-Élysées à Paris lundi après-midi, sans faire de blessés, ont indiqué des sources policières. Selon plusieurs sources concordantes, la voiture a explosé lors de l'impact, et un acte volontaire serait privilégié. Une arme a été découverte sur le chauffeur, qui a été grièvement blessé.
[*]
«A terre, l'homme était inconscient» et son véhicule en feu, ont indiqué ces mêmes sources. Un important dispositif de sécurité a été déployé par la préfecture de police, qui recommande d'éviter le secteur.

[*]
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2017/06/19/01016-20170619ARTFIG00230-champs-elysees-un-homme-percute-en-voiture-un-fourgon-de-gendarmerie.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Fourgon percuté sur les Champs-Élysées: le conducteur était fiché S.

Message  Alain Vasseur le Lun 19 Juin 2017 - 17:16

19/06/2017 à 16h12


Une voiture a délibérément foncé sur un véhicule de la gendarmerie ce lundi sur les Champs-Élysées, à Paris. Des armes, dont une Kalachnikov, des cartouches et une bonbonne de gaz ont été retrouvées, selon des informations de BFMTV. L'homme était connu des services de renseignement.

La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête après qu'un véhicule a délibérément percuté une camionnette de la gendarmerie sur le rond-point des Champs-Élysées ce lundi après-midi.

À la suite du choc, le véhicule s'est embrasé. Une opération de déminage est en cours, a déclaré Johanna Primevert, porte-parole de la préfecture de police. Aucun membre des forces de l'ordre n'a été blessé, aucun passant n'a été touché.


"Très probablement, l'individu est mort"

Une bonbonne de gaz, des armes -dont une Kalachnikov- et de nombreuses cartouches ont été retrouvées, selon des informations de BFMTV. Le conducteur est un homme de 33 ans fiché S. Il a pu être extrait du véhicule par les pompiers mais est dans un état grave.


"Très probablement, l'individu est mort, il est allongé" sur le sol, a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet. "Comme une opération de déminage est en cours, les secours progressent lentement."



Un important dispositif de sécurité a été instauré mais la situation est sous contrôle et l'incendie a été éteint. Les autorités ont recommandé sur les réseaux sociaux d'éviter le secteur. Le quartier est bouclé et la circulation a été interrompue. La station de métro Champs-Élysées-Clemenceau est également fermée par mesure de sécurité.

Un journaliste de Libération qui était sur place au moment des faits a évoqué une "implosion" à l'intérieur de la voiture qui bloquait une colonne de véhicules de la gendarmerie.


"Je vois une implosion dans l'habitacle du véhicule à l'arrêt, avec un jet de flamme qui sort. Les gendarmes se précipitent dans leur camion pour prendre des outils et cassent les vitres de la voiture. Un motard les aide. Ils arrivent à ouvrir la voiture, qui est toujours en feu. Ils sortent un homme et ils le tirent jusqu'au sol pendant que d'autres utilisent des extincteurs."
http://www.bfmtv.com/police-justice/une-intervention-de-police-en-cours-sur-les-champs-elysees-1189729.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Champs-Élysées : deux kalachnikovs et deux bonbonnes de gaz retrouvées.

Message  Alain Vasseur le Lun 19 Juin 2017 - 19:54

L'assaillant fiché S est mort après avoir été extrait de la voiture. Les gendarmes visés appartiennent à un escadron mobile de Chaumont, en Haute-Marne.

PAR STÉPHANE SELLAMI ET AZIZ ZEMOURI
Modifié le 19/06/2017 à 19:39 - Publié le 19/06/2017 à 16:23 | Le Point.fr

Il était environ 15 h 45 quand une voiture de type Renault Mégane qui venait depuis la place de l'Étoile a foncé contre un véhicule de gendarmes au niveau du rond-point des Champs-Élysées, proche du Grand-Palais à Paris. La voiture a pris feu et a été envahie par une fumée orange et les gendarmes attaqués, qui étaient huit dans le fourgon et appartiennent à un escadron mobile de Chaumont (Haute-Marne), ont alors brisé les vitres de la voiture dont ils ont extrait l'assaillant. Selon nos informations, ce dernier est mort. Arrivés sur place, les pompiers ont ensuite maîtrisé les flammes. La préfecture de police déconseille de se rendre dans le quartier, qui a été sécurisé. Les démineurs se sont immédiatement rendus sur place craignant que le véhicule ne soit piégé. L'attaque a eu lieu à deux pas du square Marigny. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête de flagrance, alors que, selon une source proche du dossier et une source policière, il s'agit « a priori d'un acte volontaire ».

Selon nos informations, deux kalachnikovs, deux armes de poing, des munitions et deux bonbonnes de gaz ont été découvertes dans la voiture de l'assaillant. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a ajouté, lors d'un point de presse, que de « l'explosif » avait également été trouvé. L'homme est né en 1985 et fiché S. Plusieurs stations de métro ont été fermées par mesure de sécurité. Cette attaque intervient deux mois après la mort de Xavier Jugelé, abattu sur les Champs-Élysées en avril par un djihadiste français de 39 ans, et quelques jours après qu'un policier a été victime d'une attaque devant la cathédrale Notre-Dame.

http://www.lepoint.fr/societe/champs-elysees-une-voiture-fonce-sur-un-vehicule-de-gendarmes-19-06-2017-2136570_23.php




Champs-Élysées : qui était Adam D., l'auteur de l'attaque ?

Selon nos informations, l'homme est né en 1985 à Argenteuil. Il s'était vu délivrer un port d'arme en février 2017 par la préfecture de l'Essonne.

PAR AZIZ ZEMOURI, CLÉMENT PÉTREAULT ET STÉPHANE SELLAMI
Modifié le 19/06/2017 à 19:43 - Publié le 19/06/2017 à 19:27 | Le Point.fr

Il s'appelle Adam D. et était âgé de 31 ans, puisqu'il est né en 1985 à Argenteuil (Val-d'Oise), selon nos informations. C'est lui qui a foncé avec une Mégane Renault sur un fourgon de gendarmes posté près du rond-point des Champs-Élysées, à Paris. Adam D. était fiché "S" pour radicalisme par la Direction générale de la sécurité intérieure. Selon nos informations, il s'est vu délivrer un port d'arme en février 2017 par la préfecture de l'Essonne.

Il s'est déclaré commerçant dans le 2e arrondissement de Paris, puis artisan dans le département de l'Essonne. Dans sa voiture ont été retrouvés deux glocks, deux kalachnikovs et deux bonbonnes de gaz. Les gendarmes qu'il a attaqués l'ont extrait de son véhicule alors qu'une grosse fumée orange se répandait sur l'avenue des Champs-Élysées, près du square Marigny. Mais Adam D. n'aurait pas résisté à l'explosion et la fumée qui avait envahi la voiture qu'il conduisait.

http://www.lepoint.fr/societe/champs-elysees-qui-est-adam-d-l-auteur-de-l-attaque-19-06-2017-2136628_23.php



Les gendarmes racontent l'attaque


Sarah-Lou Cohen s'est informée de la manière dont les gendarmes avaient vécu l'événement:
"Un peu avant 16h, alors que leur fourgon s’apprêtait à rejoindre la Concorde pour sécuriser une manifestation contre la loi Travail, ils sont sur les Champs-Elysées percutés une première fois par un véhicule sur leur flanc droit. Cette voiture, les percute une seconde fois. Cette fois-ci, les gendarmes (ils étaient 8 dans leur camionnette) décident de s’arrêter. Le véhicule qui leur a foncé dedans est à l’arrêt. Le conducteur a l’air sonné. Pour le sortir, les gendarmes cassent la vitre de la voiture. C’est à ce moment-là qu’ils sentent une odeur de poudre et un effet de souffle. Ils se reculent. La voiture commence à prendre feu. L’automobiliste sort une arme dans la main, fait quelque pas et s’écroule sur la chaussée."

http://www.bfmtv.com/police-justice/attentat-sur-les-champs-elysees-perquisition-au-domicile-de-l-assaillant-1189868.html


http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/explosion-fumee-orange-dominique-rizet-decrypte-les-images-de-la-voiture-qui-a-percute-un-fourgon-de-gendarmerie-956455.html


http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/fourgon-de-gendarmerie-percute-a-paris-ce-qu-il-s-est-passe-956447.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Ce que l’on sait de l’homme qui a attaqué des gendarmes sur les Champs-Elysées.

Message  Alain Vasseur le Mar 20 Juin 2017 - 4:40

L’assaillant a rapidement été identifié grâce aux papiers retrouvés dans son véhicule. Il s’agit d’un Français de 31 ans originaire d’Ile-de-France.
Le Monde.fr avec AFP | 20.06.2017 à 01h38 • Mis à jour le 20.06.2017 à 02h15

Dans l’après-midi du lundi 19 juin, un homme a foncé sur un véhicule de gendarmes mobiles sur les Champs-Elysées, dans le 8e arrondissement de Paris. Une enquête a été confiée à la section antiterroriste de la police judiciaire parisienne et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) par le parquet de Paris.



  • Ce qu’il s’est passé

Les faits se sont déroulés vers 15 h 45, à proximité du square Marigny. Aucune personne n’a été blessée parmi les gendarmes ou les passants. La voiture, une Renault Mégane blanche, s’est embrasée lors de la collision avec le fourgon des gendarmes mobiles qui roulaient en convoi sur la grande artère très fréquentée.
A la suite du choc, une épaisse fumée orange – dont l’origine n’est pas encore déterminée – se dégageait de l’habitacle de la berline. Son conducteur en a été extrait. Des bonbonnes de gaz, des armes de poing, une kalachnikov et de l’explosif ont été retrouvés dans la voiture. Les enquêteurs ont également mis la main sur un ordinateur et deux téléphones portables, qui sont en cours d’exploitation.

Une opération de déminage a d’abord été menée sur les lieux des faits avant que les secours ne prennent en charge l’homme grièvement blessé. Il a succombé peu de temps après, ont rapporté des sources policières sans préciser les causes de la mort.

Sur les Champs-Elysées, un lourd dispositif policier et militaire a été déployé et la circulation coupée pendant quelque temps.


  • Qui est l’assaillant
  • L’assaillant a rapidement été identifié grâce aux papiers retrouvés dans son véhicule comme étant Adam D., un Français de 31 ans originaire d’Ile-de-France. Des sources concordantes ont rapporté à l’Agence France-presse (AFP) que celui-ci est issu d’une famille salafiste. Il n’avait jamais été condamné, mais était fiché S (pour sûreté de l’Etat) depuis 2015 pour son appartenance à la « mouvance islamiste radicale ». Adam D. est soupçonné de s’être rendu en Turquie avec femme et enfants en 2015, a précisé au Monde une source proche de l’enquête.


Selon son père, il « avait une arme qui était déclarée, il s’entraînait au tir ». Une source proche du dossier a confirmé que l’individu bénéficiait d’un permis. Celui-ci, délivré en 2012, avait été renouvelé en 2017.

Une perquisition était en cours, lundi soir, au Plessis-Pâté, dans l’Essonne, à son domicile. Des policiers de la Brigade de recherche et d’intervention (BRI) ont investi un pavillon de cette commune semi-rurale. Une voisine, qui a souhaité garder l’anonymat, a expliqué que l’homme était le cadet d’une fratrie « de trois frères et sœurs ». Sa famille était installée ici depuis une trentaine d’années.

« On pouvait voir en les croisant dans la rue qu’ils avaient une pratique religieuse très rigoureuse », a déclaré à l’AFP le maire PS du Plessis-Pâté, Sylvain Tanguy. L’édile parle d’une « famille très discrète, qui ne sortait pas beaucoup et n’a jamais fait parler d’elle. C’est la stupeur ». D’autant qu’il n’avait « pas eu de remontée d’informations » sur le profil du jeune homme.


  • Le contexte de l’attaque

Si le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a dénoncé une « tentative d’attentat », l’agression n’a pas été revendiquée à ce stade. Avec la bonbonne de gaz et l’arsenal trouvés, il y avait de quoi « éventuellement faire sauter cette voiture », a ajouté M. Collomb. Et le mode opératoire et ce type de cible sont préconisés par les djihadistes.

Cette nouvelle attaque dans un pays qui vit sous le régime exceptionnel de l’état d’urgence depuis les attentats de novembre 2015 survient deux jours avant la présentation en conseil des ministres d’une nouvelle loi antiterroriste. Depuis janvier 2015, la France est visée par une vague d’attentats qui a fait au total 239 morts.

Trois jours avant le premier tour de la présidentielle, les Champs-Elysées avaient déjà été le théâtre d’un attentat lorsque Karim Cheurfi avait assassiné un policier, Xavier Jugelé, et blessé deux autres. Une attaque revendiquée par le groupe Etat islamique (EI). Le 6 juin, Farid Ikken a attaqué un membre d’une patrouille de police sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame, un autre lieu emblématique de Paris, en se revendiquant « soldat du califat ».

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/06/20/ce-que-l-on-sait-de-l-attaque-visant-des-gendarmes-sur-les-champs-elysees_5147697_1653578.html#cd4DahK9Mqo0l0wm.99



http://www.bfmtv.com/police-justice/fiche-s-avec-un-permis-de-detention-d-arme-y-a-t-il-eu-des-manquements-1190081.html#xtor=AL-68



https://www.afp.com/fr/infos/334/attentat-rate-sur-les-champs-elysees-contre-des-gendarmes-par-un-islamiste-radicalise
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Champs-Élysées: se sachant surveillé, Adam Djaziri a-t-il précipité son attaque?

Message  Alain Vasseur le Mer 21 Juin 2017 - 17:11

 Par Iris Peron, publié le 21/06/2017 à 15:36 , mis à jour à 17:04


Il était convoqué pour la troisième fois par la DGSI, le jour même où il a délibérément foncé dans un fourgon de gendarmerie.


Entre 2015, date de l'émission d'une fiche S le concernant, et les jours précédant son attaque sur les Champs-Élysées, la surveillance des services de renseignement s'est largement resserrée autour d'Adam Lotfi Djaziri.  

Le jour où ce père de famille de 31 ans a délibérément foncé dans un fourgon de gendarmerie, il était convoqué pour la troisième fois par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure), n'ayant honoré aucun des rendez-vous précédents, organisés en mai. Se sachant surveillé par les services spécialisés, l'homme, qui a prêté allégeance à Daech dans un courrier, a-t-il accéléré son passage à l'acte terroriste?  

En 2013, l'organisation internationale de police Interpol avait émis une fiche sur Adam Lotfi Djaziri, à la demande de la Tunisie. À l'époque, ce Français né à Argenteuil en 1985 avait, selon une source proche du dossier contactée par L'Express, été "repéré dans un appartement où il y avait des armes et des gens proches de la mouvance djihadiste". Cette fiche, désactivée depuis, comportait selon Le Monde la mention "Ne pas attirer l'attention". En février 2015, c'est au tour des services de renseignement français de s'intéresser de plus près à cet homme en préservant cette discrétion. 


Pas assez d'éléments pour une assignation à résidence


Six mois plus tard, l'assaillant des Champs-Élysées est visé sans le savoir par une fiche S pour sa proximité avec le milieu salafiste dans l'Essonne, où il vit. Plusieurs voyages en Turquie, effectués entre 2015 et 2016 avec son ex-épouse et ses enfants, ont éveillé les soupçons des services de renseignement, même si la famille n'a jamais traversé la frontière pour se rendre en Syrie.  

En plein état d'urgence, les enquêteurs se posent alors la question de mener une perquisition administrative à son domicile, voire de l'assigner à résidence. Mais les éléments recueillis à l'époque sur Adam Lofti Djaziri ne permettent finalement pas l'ouverture d'une enquête judiciaire. 
 
La DGSI ne le lâche pourtant pas et mène pendant plusieurs mois une surveillance volontairement discrète, relate Le Monde, sans préciser le détail des mesures mises en place. Lorsque Adam Lotfi Djaziri, tireur sportif assidu et habilité par la préfecture de l'Essonne à détenir une arme depuis 2012, demande le renouvellement de cette autorisation à l'automne 2016, la DGSI est consultée, en raison de la fiche S concernant cet homme. 


"Des gendarmes sur place ça fait toujours parler"


Après discussions, l'habilitation lui est renouvelée par la préfecture: son casier vierge lui permet de remplir tous les critères requis. "Adam Lofti Djaziri était assidu aux stands de tir depuis six ans. La DGSI ne voulait pas qu'un refus de renouvellement non justifié éveille des soupçons sur sa surveillance", justifiait mardi une source proche du dossier.  

Dans la foulée, deux gendarmes se rendent dans son club de tir pour enquêter à son sujet. "J'en ai entendu parler dès que je suis arrivé à ma séance de tir, a relaté à L'Express un homme qui fréquente le même stand. Des gendarmes ou policiers qui descendent sur place ça fait toujours parler". Même si elle n'était pas diligentée directement par la DGSI, cette visite impromptue, que les gendarmes assurent être "légitime" lors de demandes de détention d'armes, a pu attirer l'attention d'Adam Lofti Djaziri. 
 
S'il ne se sait peut-être pas dans le viseur des autorités à ce moment-là, le trentenaire le saura dans tous les cas au mois de mai. Sans que l'on ne connaisse ses intentions, la DGSI met à jour sa surveillance restée discrète, en le convoquant pour un entretien administratif. À deux reprises, le suspect ne s'y rend pas, mais prend contact avec les services pour invoquer des problèmes de santé. Une heure après le moment prévu du troisième entretien, auquel Adam Lofti Djaziri avait annoncé avoir l'intention de se rendre, il fonçait dans le fourgon des gendarmes, provoquant sa propre mort. 


http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/champs-elysees-se-sachant-surveille-adam-djaziri-a-t-il-precipite-son-attaque_1920021.html


http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/champs-elysees-fallait-il-refuser-la-detention-d-arme-a-l-assaillant_1919622.html


http://www.lexpress.fr/actualite/societe/fait-divers/attaque-des-champs-elysees-adam-d-un-radicalise-assidu-des-stands-de-tirs_1919498.html


Dernière édition par Alain Vasseur le Jeu 22 Juin 2017 - 16:45, édité 1 fois
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Attentat raté sur les Champs-Elysées : l'assaillant voulait faire de son véhicule "un engin explosif", selon François Molins.

Message  Alain Vasseur le Jeu 22 Juin 2017 - 16:43

Par franceinfo – France Télévisions
Mis à jour le 22/06/2017 | 16:28 – publié le 22/06/2017 | 16:03


Adam Djaziri, l'auteur de l'attaque contre des gendarmes sur les Champs-Elysées, voulait faire de son véhicule "un engin explosif", a déclaré le procureur de Paris, François Molins, lors d'une conférence de presse, jeudi 22 juin. Une enquête en flagrance a été ouverte par le parquet antiterroriste, après cette tentative d'attentat. Franceinfo fait le point sur ce qu'il faut retenir de cette conférence de presse.


Sur les armes



Un arsenal impressionnant a été découvert dans la voiture d'Adam Djaziri. Deux bouteilles de gaz, plusieurs cartons avec des cartouches de différents calibres, un grand sac avec 28 chargeurs, une carabine, plusieurs couteaux, dont des couteaux multi-pointes, des briquets, ainsi qu'une besace calcinée comprenant de nombreux projectiles ont été saisis par la police. Ce stock d'armes témoigne de la "préparation indiscutable d'une action violente", a commenté François Molins.

Sur ses intentions



Dans "une lettre-testament" expédiée "à des proches par la Poste le 19 juin", retrouvée par les enquêteurs, l'homme reconnaît avoir voulu rejoindre la Syrie, mais il explique en avoir été empêché "par des apostats contre l'Etat islamique". Dans ce courrier, il prête également allégeance au groupe terroriste.

Sur son parcours



Concernant le profil de l'assaillant, le procureur a livré quelques précisions. "On sait qu'il s'est marié civilement en avril 2009 à une femme de nationalité tunisienne et que deux enfants sont issus de cette union. (...) Il a fait l'objet, le 31 août 2015, d'une fiche S de la DGSI et a fait plusieurs séjours en Turquie", a rappellé François Molins.


http://mobile.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaque-de-gendarmes-sur-les-champs-elysees/tentative-d-attentat-sur-les-champs-elysees-l-assaillant-voulait-faire-de-son-vehicule-un-engin-explosif-selon-le-procureur-francois-molins_2249179.html#xtor=RSS-3-%5Blestitres%5D&xtref=acc_dir


http://www.bfmtv.com/police-justice/attentat-rate-sur-les-champs-elysees-l-assaillant-avait-voulu-rejoindre-la-syrie-1192239.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum