« 2 % du PIB pour la défense » : le Sénat demande une loi de programmation militaire dès l’automne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

« 2 % du PIB pour la défense » : le Sénat demande une loi de programmation militaire dès l’automne.

Message  Alain Vasseur le Jeu 22 Juin 2017 - 2:47

Mardi 13 juin 2017


« Le monde est dangereux. Ne perdons pas le temps d’un nouveau livre blanc. Il faut voter une nouvelle loi de programmation militaire dès l’automne. Le Sénat y est prêt.« . C’est le message que Jean Pierre Raffarin (Les Républicains, Vienne), président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat, adresse au nouvel exécutif, dans un rapport d’information rédigé avec le sénateur Daniel Reiner (Socialiste et Républicain, Meurthe-et-Moselle).

Ce rapport sera présenté au Président de la République, chef des armées, comme il l’a été, le 6 juin dernier, à Mme Sylvie Goulard, ministre des armées.
« Le seuil « OTAN » de 2 % du PIB ne veut rien dire en soi, mais il fixe un cap pour la remontée en puissance des moyens de la défense. L’essentiel est de donner aux armées les moyens qui répondent aux besoins que commandent les menaces« , estime Daniel Reiner.

Le rapport dresse un état précis des besoins des armées, entre l’urgence de rattrapages capacitaires pour les forces conventionnelles, sur-engagées en opérations tant extérieures qu’intérieures, et les prochaines échéances majeures de la modernisation de la dissuasion nucléaire. Le calendrier et la méthode proposés par le rapport permettent d’éviter ruptures capacitaires et effets d’éviction.

Le rapport invite à ne pas « tuer dans l’œuf » l’indispensable remontée en puissance des armées, en faisant peser sur elles le financement d’un nouveau service national universel et obligatoire. « C’est un projet de société, pas une nécessité de la défense » juge Jean Pierre Raffarin. Suivant le dispositif qui sera retenu, le coût pourrait aller, en première approximation, jusqu’à 30 milliards d’euros sur 5 ans, dont 12 à 17 milliards d’investissement initial en infrastructures et acquisitions foncières, et 2,5 à 3 milliards par an pour l’encadrement et le fonctionnement. Le rapport recommande un travail approfondi d’expertise préalable définissant la finalité et les modalités de financement du dispositif.

Le rapport est  disponible sur le site du Sénat : www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-562-notice.html

Le billet de l’Espace presse

http://www.senat.fr/espace_presse/actualites/201706/2_du_pib_pour_la_defense.html#c633025


http://www.senat.fr/notice-rapport/2016/r16-562-notice.html


Le service militaire, objet de fantasmes politiques.

http://www.gendxxi.net/t7631-le-service-militaire-objet-de-fantasmes-politiques?highlight=service+militaire


France - Budget des Armées: rêver aux 2% quand il faut d'abord sauver les meubles.

http://www.gendxxi.net/t8766-france-budget-des-armees-rever-aux-2-quand-il-faut-d-abord-sauver-les-meubles?highlight=budget+defense


Budget défense : ce que veut le général Pierre de Villiers.

http://www.gendxxi.net/t7436-budget-defense-ce-que-veut-le-general-pierre-de-villiers?highlight=budget+defense
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Armées: il va falloir parler cochon.

Message  Alain Vasseur le Jeu 22 Juin 2017 - 19:06

22.06.2017





Qui dit "cochon" dit "tirelire", gros sous, pèze, oseille, budgets militaires, coupes claires, bisbille entre Bercy et Brienne. Avec l'arrivée de Mme Parly, une spécialiste des questions budgétaires, qui fait son grand retour en politique, après une longue parenthèse dans le monde de l'entreprise, faut-il craindre comme le dit le député François Cornut-Gentille, que "c'est Bercy qui pilote désormais le ministère de la défense"?
"Les compétences budgétaires de Mme Parly seront un atout précieux dans les négociations toujours musclées entre la Défense et Bercy", écrivait hier soir une consoeur de l'AFP. Atout pour qui? La réponse teintée d'inquiétude est quasi unanime chez les politiques et les militaires ce jeudi: Bercy! 
"Ils vont morfler", dit plus crûment un autre spécialiste "Défense" en parlant des militaires français qui peuvent oublier les 2%, la sanctuarisation du budget et les fameuses rallonges.
Parler "cochon", c'est aussi parler crûment. De "cohérence budgétaire" (!), "compétitivité" ou encore d'"efficacité économique, transparence, performance" (ces derniers mots de janvier 2000 ont été prononcés par la secrétaire d'Etat au Budget d'alors et désormais ministre des Armées. Lire ici).
Le "dirty talk" comptable va-t-il devenir la norme au sein des Armées où l'on rechigne souvent à parler gros sous et à considérer la défense et la sécurité comme des marchés? Finalement, ce ne serait pas un mal. Sauf si c'est au risque de casser l'outil de bataille...
"Le monde du travail n'est pas le monde des bisounours", prévenait la nouvelle "MinArm" en mars, lors du Forum Elle Active. Avis aux amateurs comme on dit, mais surtout aux professionnels de l'Institution!

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/06/21/armees-il-va-falloir-parler-cochon-18269.html

http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/florence-parly-budgetaire-ministere-armees-129428

Budget des Armées : Le président Macron affirme qu’il n’est « pas pour la politique du rabot »

http://www.opex360.com/2017/06/22/budget-des-armees-le-president-macron-affirme-quil-nest-pas-pour-la-politique-du-rabot/


Interrogations sur les visées "gestionnaires" de Parly
http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN19D22R-OFRTP





avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

2% du PIB pour les Armées: Edouard Philippe signe mais persistera-t-il?

Message  Alain Vasseur le Ven 23 Juin 2017 - 16:16

23.06.2017.

Il ne faut pas désespérer Le Bourget.

"Je confirme que la France augmentera de façon significative son effort en faveur de la Défense pour atteindre 2% du PIB en 2025", a déclaré le Premier ministre devant les dirigeants de grands groupes aéronautiques et aérospatiaux, à l'issue d'une visite, ce vendredi, au Salon international de l'aéronautique et de l'espace du Bourget.

Cette promesse figurait dans le programme d'Emmanuel Macron pour l'élection présidentielle.

"C'est un engagement fort du président de la République, il sera évidemment tenu", a ajouté le Premier ministre, sans donner plus de détails sur le calendrier (horizon à 8 ans!) et sur les modalités d'application de cet objectif.

Encore faudra-t-il bien s'entendre sur les fameux 2%! On relira à cet effet la mise en garde de Jean-Pierre Raffarin dans son récent rapport sur le budget des Armées: "La rigueur intellectuelle suppose en premier lieu de préciser, le cas échéant, de quels « 2 % » l'on parle - le référentiel OTAN ou le produit d'un autre calcul".

Et les sénateurs Raffarin et Reiner  de rappeler que "d'après les évaluations de l'état-major des armées, pour atteindre l'objectif de 2 % du PIB, dépenses d'opérations extérieures et intérieures et pensions incluses, en 2022, l'effort à consentir est de l'ordre de deux milliards d'euros supplémentaires par an, le budget de la défense se trouvant ainsi porté à 35,5 milliards d'euros constants en 2018, 37,5 milliards d'euros constants en 2019 et 39,5 milliards d'euros constants en 2020".

A qui la prochaine mission de vérifier que les engagements budgétaires seront bien tenus? Aux membres des commissions de la Défense? Oui, mais surtout à ceux de la commission des Finances et plus particulièrement aux rapporteurs spéciaux.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/06/23/2-du-pib-pour-les-armees-edouard-philippe-persiste-et-signe-18286.html
http://www.europe1.fr/politique/edouard-philippe-maintient-lobjectif-dun-budget-de-la-defense-porte-a-2-du-pib-dici-a-2025-3370115
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Budget des armées: Florence Parly s'efforce de rassurer les militaires.

Message  Alain Vasseur le Dim 25 Juin 2017 - 4:44

24 Juin 2017

La nouvelle ministre des Armées Florence Parly s'est efforcée samedi de rassurer les militaires qui redoutent de faire les frais des prochains arbitrages budgétaires avec l'arrivée de cette ancienne de Bercy à la défense.

"J'aurai à cœur de mettre mes anciens savoir-faire au service du ministère des Armées", a assuré cette spécialiste du budget lors d'une visite aux soldats de l'opération Sentinelle à Paris.


"Je suis heureuse, fière et en même temps consciente de la lourdeur et de la gravité des responsabilités qui me sont confiées", a ajouté Florence Parly, qui a succédé mercredi à Sylvie Goulard, restée un mois en fonction.



La nomination de cette ancienne conseillère budgétaire puis secrétaire d'État au Budget (2000-2002) du socialiste Lionel Jospin, avant une carrière chez Air France et à la SNCF, suscite beaucoup d'interrogations dans les armées qui réclament plus de moyens pour assurer leurs missions, face aux menaces terroristes.


Certains redoutent qu'une ministre plus "techno" que politique ne puisse tenir tête à Bercy qui a souvent considéré les armées comme une variable d'ajustement du budget, et monter au feu pour réclamer les arbitrages nécessaires à l'Élysée.


- 'Pas de perturbateur' -


"Je pense que pour Emmanuel Macron, la priorité est à la manoeuvre économico-budgétaire. Dans cet esprit il ne faut pas que le ministre de la Défense soit un +perturbateur+, notamment au sens budgétaire, en instrumentalisant les actualités militaires sur le plan budgétaire", relève un haut gradé.


Le départ au Quai de Jean-Yves Le Drian qui avait menacé de démissionner sous François Hollande s'il n'obtenait pas gain de cause face à Bercy, a aussi été interprété comme un signal en ce sens.

Le député François Cornut-Gentille (LR), spécialiste des questions de défense, va encore plus loin, estimant qu'avec Florence Parly, "c'est un peu Bercy qui s'installe à Brienne".


L'effort à fournir pour que le budget des armées atteigne 2% du PIB d'ici à 2025, engagement récurrent du président Macron, est de l'ordre de deux milliards d'euros par an, une marche annuelle importante qui pourrait selon le député être "remise en cause".



"Les gens optimistes disent +Florence Parly connaît Bercy de l'intérieur+", c'est une bonne nouvelle, elle saura défendre les intérêts des armées, relève le député LR. Mais de l'autre côté on a une situation budgétaire vraiment explosive", s'alarme-t-il.


Sylvie Goulard avait déjà jeté un froid en avertissant qu'il faudrait nécessairement opérer des "arbitrages" dans un "contexte budgétaire et général très contraint".


- Coût humain -


A peine nommée, elle avait découvert des gels de crédits à hauteur de 2,7 milliards pour son ministère en 2017 sur lesquels la nouvelle majorité va devoir se prononcer à la lumière d'un prochain audit budgétaire.


Les armées sont surengagées sur nombre de théâtres d'opérations, avec des matériels parfois vétustes, comme le VAB (véhicule de l'avant-blindé), vieux de 50 ans, et des besoins capacitaires criants dans certains domaines comme les hélicoptères et le ravitaillement en vol.


Samedi, Florence Parly a aussi pu mesurer ce surengagement auprès des soldats du 152e régiment d'infanterie déployés à Paris depuis début juin après avoir passé quatre mois au Mali.


"Sur 2016/2017, la plupart de nos hommes sont à plus de 250 jours d'absence de leur garnison" et donc d'éloignement de leur famille, un "coût humain" important, a souligné leur chef de corps, le colonel François-Régis Dabas.


La nouvelle ministre avait déjà envoyé de premiers signaux vendredi en direction des armées en s'engageant à leur fournir les "meilleurs équipements" sur les théâtres d'opérations.


Le Premier ministre Édouard Philippe a aussi réaffirmé vendredi l'objectif d'un budget défense à 2% du PIB, sans préciser comment il comptait y parvenir ni selon quel calendrier.

https://www.afp.com/fr/infos/334/budget-des-armees-florence-parly-sefforce-de-rassurer-les-militaires
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Budget des Armées: du sanctuaire au réduit ?

Message  Alain Vasseur le Mer 5 Juil 2017 - 2:05

04.07.2017  Lignes de Défense


Pris à la volée lors de la déclaration de politique générale du Premier ministre, Edouard Philippe: "Aucun ministère, aucun opérateur, aucune niche fiscale ne sera sanctuarisé", puisque, selon le PM, en matière de dette et de déficit public, "nous dansons sur un volcan".

"Si nous voulons financer nos priorités, et ne pas continuer à paupériser l'Etat, nous devrons choisir et remettre en cause certaines missions : faire bien ce que nous devons faire ; arrêter de faire ce que d'autres font mieux que nous (...)", a-t-il ajouté, en ouvrant ainsi la porte à davantage d'externalisations.

Faut-il dire adieu à la sanctuarisation du budget des armées? C'est à craindre, au moins temporairement, pour trouver dès cette année 4 milliards d'économies.

Quant aux fameux 2% du PIB à consacrer à la défense (donc aux Armées?), ils restent au niveau des promesses à tenir mais comme c'est à l'horizon 2025, on peut encore y croire.

http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2017/07/04/budget-des-armees-du-sanctuaire-au-reduit-18334.html
http://forcesoperations.com/les-armees-applaudies/
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

850 millions gelés pour la défense ?

Message  Alain Vasseur le Jeu 6 Juil 2017 - 16:16

06 juillet 2017 à 13h00  L'Opinion  Blog Secret Défense


Les milieux industriels sont inquiets : les crédits du ministère des armées pour 2017 pourraient être gelés à hauteur de 850 millions - selon des « informations » non confirmées officiellement, mais qui circulent dans la communauté de défense. Ce chiffre, considérable, de 850 millions est peut-être un chiffon rouge permettant au final d’afficher un meilleur arbitrage.


Pour tenir le déficit à hauteur de 3% du PIB, Bercy doit en effet geler 4 milliards de crédits - et la défense pourrait donc supporter 20% de cet effort. Le programme 146 (équipements) serait principalement affecté, puisqu’il n’est pas envisageable de réduire les soldes et pensions - et que les opérations ne pourront pas non plus être réduites. En l’absence d’un Délégué général pour l’armement (DGA) toujours pas nommé, les commandes à l’industrie seraient les premières touchées.


Actualisé : De sources budgétaires, on assure que les arbitrages ne sont pas rendus et qu’ils devraient intervenir dans les prochains jours.


http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/850-millions-geles-defense-130483
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum