Business France - Que sait-on de l'affaire qui embarrasse la ministre du Travail ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Business France - Que sait-on de l'affaire qui embarrasse la ministre du Travail ?

Message  Alain Vasseur le Mer 28 Juin 2017 - 18:51

18h35, le 28 juin 2017, modifié à 18h39, le 28 juin 2017


La soirée "French Tech Night", le 6 janvier 2016 au CES de Las Vegas, continue de faire des vagues, et pourrait bien éclabousser l'exécutif. À commencer par la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.


L'affaire tombe au plus mauvais moment pour Muriel Pénicaud. Alors qu'elle s'attelle actuellement à défendre le projet de loi d'habilitation à réformer le droit du travail par ordonnances - mesure phare d'Emmanuel Macron pendant sa campagne - l'épineux épisode de la "French Tech Night" lui colle à la peau depuis plusieurs jours. Mais de quoi s'agit-il exactement ? Qui est impliqué, et où en sont les enquêteurs ?

Que s'est-il passé lors de la nuit de la French Tech le 6 janvier 2016 ?


Alors ministre de l'Économie, Emmanuel Macron passe deux jours à Las Vegas pour défendre les couleurs françaises à l'occasion du Salon mondial de l'électronique (le "Consumer Electronics Show", communément appelé "CES"). Le 6 janvier 2016, une grande soirée, la "French Tech Night", doit réunir le ministre et des dirigeants de start-up françaises. Trois semaines avant, l'organisation est confiée, à la hâte, à Havas, géant mondial de la communication et de la publicité, par Business France, l'organisme de promotion des entreprises françaises à l'étranger, rattaché à Bercy.

Or, aucun appel d'offre n'est lancé, affirme Le Canard Enchaîné, qui a révélé l'affaire en mars dernier. Et c'est là que ça coince. Ne pas lancer d'appel d'offre est illégal, selon l'ordonnance n° 2005-649 du 6 juin 2005, à laquelle est soumis Business France en tant qu'établissement public à caractère industriel et commercial. En clair, il pourrait s'agir là d'une violation des règles de mise en concurrence. 

Cette "opération séduction", comme la décrit le journal, aurait été montée "à la demande expresse du cabinet du ministre" de l'Economie. Des éléments d'un audit réalisé par le cabinet d'audit EY (ex-Ernst & Young), que Libération s'est procuré, "ne laissent aucun doute sur l'implication du cabinet du ministre de l'Économie" de l'époque, estime le quotidien.

Par ailleurs, selon Le Canard enchaîné, le coût de l'opération aurait été de 381.759 euros, dont 100.000 euros pour les seuls frais d'hôtel.

Pourquoi le nom de la ministre du Travail est-il cité ?


À l'époque, Muriel Pénicaud dirige l'entreprise Business France, une fonction qu'elle occupe pendant trois années. Interrogée par Le Canard, le 8 mars, elle s'était défendue sans nier formellement les possibles irrégularités légales. "Le cabinet de Macron nous a demandés à la mi-décembre d'organiser en catastrophe la manifestation trois semaines plus tard. Le délai était intenable", explique-t-elle alors.

Selon Libération, mercredi, l'actuelle ministre du Travail aurait en fait "validé" certaines dépenses relatives à l'organisation de cette fameuse soirée. Le quotidien affirme par ailleurs que Muriel Pénicaud aurait ensuite tenté d'étouffer l'affaire.

Mercredi matin, la ministre du Travail réfute, mais reconnaît "une erreur de procédure". Mais comme elle l'avait fait au moment de la révélation de l'affaire, Muriel Pénicaud rappelle que c'était elle qui avait "immédiatement déclenché un audit, interne et externe", au moment où elle avait constaté des "irrégularités" sur les frais engagés par Business France. "Il y a eu ensuite une inspection générale qui a confirmé qu'effectivement il y avait eu erreur et que d'autre part j'avais pris les bonnes mesures. Rien d'autre à dire", a-t-elle balayé. 

Où en est l'enquête ?


Le 13 mars dernier, suite à la publication d'un rapport de l'Inspection générale des finances, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire pour "favoritisme, complicité et recel de favoritisme".
 
Mardi 20 juin, Europe 1 révèle que des perquisitions ont été menées dans les locaux de l'entreprise Havas et de l'agence nationale Business France, le matin même, par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions (OCLCIFF). Depuis, l'enquête préliminaire se poursuit. À ce stade, elle ne vise pas directement Emmanuel Macron. Michel Sapin avait de son côté affirmé au printemps que son prédécesseur était "totalement hors de cause".

Comment réagit la classe politique ?


Au moment où l'affaire sort dans la presse, plusieurs responsables politiques appellent directement Muriel Pénicaud à la démission. Parlant de "Bérézina", le vice-président du FN Florian Philippot estime, le 21 juin, que Muriel Pénicaud "ne pourra pas rester puisqu'elle est elle-même citée dans l'affaire des appels d'offre de Havas". Eric Ciotti aussi monte au créneau, fustigeant le deux poids deux mesures entre cette affaire et l'affaire Fillon. "Pourquoi pour Business France, l'enquête n'a pas été conduite au mois de février, avec les mêmes moyens qui ont été déployés à l'époque contre François Fillon ?", fustige-t-il. Pourtant, Muriel Pénicaud passe sans encombre l'épreuve du remaniement.

Face aux critiques, le 21 juin, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner prend la défense de la ministre sur Europe 1. "Business France a passé un marché, une commande, il y a eu une irrégularité. Muriel Pénicaud, qui était directrice générale, a provoqué immédiatement un audit, puis une inspection générale, puis l'inspection générale a validé un accord, et c'est elle qui a donné cette information, donc je ne suis pas inquiet sur les conséquences de cette information". 

Mercredi, après les révélations de Libération, Christophe Castaner reste sur son axe de défense. Plus étonnant, il demande à la presse de "ne pas chercher à affaiblir" la ministre, "dans un moment important pour la réforme du travail".

http://www.europe1.fr/faits-divers/business-france-que-sait-on-de-laffaire-qui-embarrasse-la-ministre-du-travail-3374555


http://www.europe1.fr/politique/soupcons-de-favoritisme-autour-dun-deplacement-de-macron-a-las-vegas-en-2016-2996957


http://www.europe1.fr/politique/trois-questions-sur-le-deplacement-ministeriel-de-macron-a-las-vegas-3003383



SUR LE MÊME SUJET :

  • Castaner appelle la presse à "ne pas chercher à affaiblir" Pénicaud
  • Business France : Pénicaud assure qu'elle n'a pas essayé d'étouffer l'affaire
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

"""Macron à Las Vegas : révélations sur les arrangements de Muriel Pénicaud."""

Message  Alain Vasseur le Mer 28 Juin 2017 - 19:08

Par Ismaël Halissat — 27 juin 2017 à 19:03 (mis à jour à 20:21)


La ministre du Travail, ex-directrice générale de Business France, est inquiétée par une enquête préliminaire pour favoritisme au sujet de la French Tech Night, une fête chapeautée par le cabinet d'Emmanuel Macron, alors ministre, à Las Vegas, en janvier 2016. «Libération» révèle des dysfonctionnements en cascade dans l'organisation de cette soirée, qui ont été en partie cachés.



Muriel Pénicaud joue gros ce mercredi. Dans la matinée, la ministre du Travail présente en Conseil des ministres son projet de loi d’habilitation pour réformer le code du travail par ordonnances. Et livre, l’après-midi, le résultat des premières concertations avec les partenaires sociaux, des discussions qui avaient été émaillées par plusieurs fuites de documents dans la presse révélant les pistes de l’exécutif.


Quasiment inconnue du grand public avant d’être nommée, Muriel Pénicaud a dirigé pendant trois ans Business France, un établissement public chargé de la promotion des entreprises françaises à l’international. La ministre du Travail a déjà passé un premier remaniement gouvernemental sans encombre alors que quatre de ses collègues ont été contraints de céder leur place, pour cause de possibles démêlés avec la justice. Elle pourrait pourtant rapidement être rattrapée par l’enquête préliminaire ouverte en mars par le parquet de Paris qui vise Business France pour délit de favoritisme, complicité et recel.


L’organisme est suspecté de s’être affranchi de la procédure d’appel d’offres en confiant à l’agence de communi­cation Havas, sans aucun cadre juridique, une grande partie des prestations relatives à ­l’organisation d’une soirée à la gloire des start-up françaises (et du ­ministre de l’Economie, ­Emmanuel Macron), à Las Vegas en janvier 2016. Le tout pour 382 000 euros (avant renégociation). Or plusieurs documents ­exclusifs que s’est procurés Libé­ration mettent à mal la communication de l’exécutif concernant la ­gestion de l’affaire par Muriel Pénicaud et l’implication du cabinet du ministre Macron dans l’organisation de l’événement.


Grand-messe

Las Vegas, 6 janvier 2016. Dans la salle de réception du luxueux hôtel The Linq, Muriel Pénicaud, alors ­directrice générale de Business France, applaudit Emmanuel Macron. Au premier rang, à ses côtés, le patron du Medef, Pierre Gattaz, est tout sourire. Cette soirée baptisée French Tech Night se tient dans le cadre du Consumer Electronics Show (CES), un salon américain consacré à l’innovation technologique.


Plusieurs centaines d’entrepreneurs et de journalistes sont venus écouter le ministre de l’Economie avant d’échanger autour d’un fastueux banquet. Dix collaborateurs d’Havas, chargés par Business France de la quasi-totalité des prestations, sont présents pour assurer le bon déroulement du show. A trois mois du lancement de son parti et à dix mois de sa candidature à l’élection présidentielle, Emmanuel Macron fait vibrer la salle. Barbe de trois jours, chemise ouverte, et pin’s à la veste, le ministre est ovationné par un parterre ravi. Les comptes rendus des journalistes sont dithy­rambiques et les premiers sous-entendus d’une possible ambition présidentielle sont distillés.


L’opération de communication est une parfaite réussite. Et pourtant, tout s’est préparé dans une urgence exceptionnelle pour l’organisation de ce genre de grand-messe, qui a obligé Business France à une sortie de route. ­Consulté par Libération, un rapport confidentiel rendu six mois après la soirée par le cabinet d’audit d’EY (ex-Ernst & Young) conclut que si Business France s’était plié à une procédure d’appel d’offres (obligatoire à partir de 207 000 euros), «il n’aurait pas été possible d’organiser la soirée dans le délai imparti. La procédure formalisée nécessite un délai de 52 à 77 jours. […] La sélection des prestataires n’aurait été effective que début janvier». Soit exactement au moment où la soirée devait se tenir. Bien trop tard. Le rapport d’EY permet d’établir une première ­chronologie des événements. En septembre 2015, une note rédigée à l’issue d’une réunion organisée par Business France évoque le CES. A cette époque, les responsabilités de chacun des ­acteurs ne sont pas encore établies. C’est seulement en novembre que Business France prend directement en charge l’organisation de cet événement, qui avait été organisé l’année précédente par le Medef.


Comment et pourquoi Havas a-t-il récupéré le contrat de la French Tech Night ? Les rapports consultés par Libération ne le disent pas. Les échanges de mails de Fabienne ­Bothy-Chesneau, qui pilote l’organisation en tant que directrice exécutive en charge de la communication et de la promotion à Business France, permettent simplement de trouver la trace d’une première réunion avec Havas le 3 décembre. Puis d’une seconde le 16 décembre, destinée à «présenter le dispositif qui sera mis en place par Havas». Le rapport de l’Inspection générale des finances (IGF), demandé fin 2016 par Michel Sapin sur l’organisation de la French Tech Night et dont plusieurs passages ont déjà été révélés par le Canard enchaîné, relève que «les prestations ont été effectuées sans bon de commande, ni devis validé, ni contrat signé, ni constatation du service fait». Les fonctionnaires insistent : «Les différentes étapes de la commande publique ont été largement ignorées ou contournées.» Dans l’urgence, le rôle d’Havas, au départ limité aux relations presse et à la communication, va ­rapidement s’étendre à la partie événementielle.


Hôtel «trop kitsch»

Quel rôle a joué le cabinet d’Emmanuel Macron dans cette succession de dysfonctionnements ? Dans le protocole transactionnel entre l’agence de communication et Business France, postérieur à l'événement, l’implication de l’entourage du ministre est subtilement reconnue. Ce document justifie le choix de confier des prestations à Havas «en considération de l’ampleur donnée à l’événement notamment par le cabinet du ministre des Finances (environ 500 personnes conviées) et de la date qui approchait». Des échanges de mails retranscrits dans l’audit d’EY ne laissent par ailleurs aucun doute sur l’implication du cabinet du ministre de l’Economie. Une attitude qui agace d’ailleurs Fabienne Bothy-Chesneau qui tente, d’après l’audit d’EY, «d’éviter que les autres parties prenantes dictent au prestataire Havas des choix non arbitrés» par son service. Dans un mail du 16 décembre, la directrice de la communication de Business France essaie de recadrer Christophe Pelletier, qui dirige l’équipe d’Havas missionnée pour organiser l’événement : «C’est Business France qui décide et nous sommes aimables et associons la mission French Tech [rattachée au ministère de l’Economie, ndlr] ainsi que le cab. Pas l’inverse.»


Le cabinet d’Emmanuel Macron s’immisce jusque dans le choix de l’hôtel : dans un mail du 3 décembre, le conseiller économique de l’ambassade de France aux Etats-Unis informe ­Bothy-Chesneau que le cabinet d’Emmanuel Macron préfère l’établissement The Linq, finalement retenu, au détriment d’un autre qu’il juge «trop kitsch»«Nous comprenons que la définition exacte des besoins a pu être en partie déterminée par des personnes extérieures à Business France, en particulier le cabinet du ministre de l’Economie», tranche même l’audit d’EY. Pourtant lorsque l’affaire est rendue publique en mars, en pleine campagne présidentielle, Muriel Pénicaud dégaine un communiqué pour couvrir Macron : «Le ministre et son cabinet n’interviennent pas dans les procédures d’appel d’offres, et donc dans la relation contractuelle entre Business France et Havas.»


Perquisitions

Côté judiciaire, l’enquête débute tout juste et les éventuelles implications pénales ne sont pas encore établies, selon une source ­proche du dossier. L’audit d’EY commandé par Muriel Pénicaud ­retient principalement la responsabilité de Fabienne Bothy-Chesneau, en première ligne à Business France pour l’organisation de l’événement et qui a quitté l’organisme en février 2016. Contactée par Libération, elle n’a pas souhaité livrer sa version des faits. Concernant le prestataire, l’IGF relève «qu’Havas n’a jamais manifesté d’inquiétude ou de réticence liées au non-respect de ces ­règles au long du processus de ­commande».«L’agence était déjà engagée avec Business France dans le cadre d’un autre ­appel d’offres, c’est pour ça que l’on a répondu à cette demande sans s’interroger sur le cadre légal», répond-on chez Havas. Le 20 juin, les policiers de l’office anticorruption (Oclciff) ont mené des perquisitions au siège du groupe Havas et dans les locaux de Business France dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte en mars.


Muriel Pénicaud pourrait-elle être poursuivie en tant que directrice générale de Business France ? Plusieurs cadres de l’établissement public interrogés par Libération estiment que l’actuelle ministre du Travail a difficilement pu passer à côté du pilotage d’un événement aussi important. D’ailleurs, à la lumière des documents consultés par Libération, son implication est manifeste à plusieurs titres. D’abord, elle a validé un premier versement de Business France, pourtant réalisé de façon irrégulière, en décembre 2015. A peine un mois avant la soirée, l’agence doit régler à toute vitesse un acompte de 30 000 euros à l’hôtel où se tient la réception. Mais l’établissement n’accepte pas de virement et les cartes de ­Business France ne peuvent pas dépasser un plafond de paiement de 7 000 euros. La carte bleue personnelle du directeur financier de Business France est alors utilisée pour régler l’acompte. Pénicaud valide ce contournement des règles. Le service achat de l’agence découvrira le contrat avec l’hôtel seulement une semaine après. Un deuxième versement d’un montant équivalent est également approuvé en janvier par la directrice générale, peu de temps après la réception.


«Pas d’autre choix»

Mais le plus compromettant sur le plan politique pour l’actuelle ministre est ailleurs. La semaine dernière, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, usait de beaucoup d’énergie pour la couvrir en affirmant ne pas être «inquiet» des conséquences de cette affaire : «Muriel Pénicaud a provoqué immédiatement un audit, puis une inspection générale.» Les documents consultés par Libération permettent de remettre en cause cette version de l’histoire vendue par l’exécutif. Muriel Pénicaud, qui a refusé de répondre à nos questions en invoquant un agenda trop chargé, a, en réalité, donné l’impression de vouloir enterrer l’affaire.
Début février 2016, la responsable du service des achats reçoit ­une demande de refacturation ­d’Havas de 248 925 dollars (environ 220 000 euros) et alerte la directrice générale. «A ce moment-là, ­Pénicaud n’avait pas vraiment d’autre choix que de déclencher un audit»,commente un haut fonctionnaire de Bercy. Par la suite, la désormais ­ministre du Travail n’informera pas avant la fin de l’année 2016 les instances internes de contrôle et les ministères de tutelle : Bercy et le Quai d’Orsay. Pourtant en juin, le comité d’audit de l’organisme s’était réuni. «La direction de Business France a fait le choix de ne pas l’informer lors de cette réunion de l’audit externe qui avait été demandé à EY, qui à cette date était presque finalisé», note l’IGF.


Daté du 28 juillet, le rapport alarmiste d'EY va dormir dans le placard de Muriel Pénicaud pendant encore quelques mois. Et le 5 décembre 2016, la directrice soumet à un nouveau comité d’audit, qui a la charge de préparer le conseil d’administration qui doit se tenir dix jours plus tard, un simple résumé du rapport d’EY ainsi qu’un protocole transactionnel déjà signé par Havas. Ce qui est contraire aux règles habituelles. Le contrôleur économique et financier de Business France, qui siège au comité d’audit, découvre à cette occasion la situation et refuse alors de signer la transaction, puis alerte les ministères de tutelle. C’est Michel Sapin, succédant au ministère de l’Economie à Emmanuel Macron après sa démission, qui saisit alors l’IGF pour établir un rapport. Et regrette dans sa lettre de mission cette absence d’information de la future ministre.


http://www.liberation.fr/france/2017/06/27/macron-a-las-vegas-revelations-sur-les-arrangements-de-muriel-penicaud_1579908



http://www.liberation.fr/france/2017/06/28/business-france-si-les-journalistes-voulaient-bien-arreter-d-enqueter_1580201



 http://www.rtl.fr/actu/politique/muriel-penicaud-comprendre-l-affaire-las-vegas-revelee-par-liberation-7789145182


L’affaire en dates



Novembre 2015. Business France prend en charge l’organisation de la soirée French Tech Night prévue à Las Vegas en janvier


Décembre 2015. La quasi-totalité des prestations est confiée à Havas, sans procédure d’appel d’offres. Le cabinet de Macron participe activement à l’organisation. Un premier paiement irrégulier est validé dans l’urgence par Muriel Pénicaud.


6 janvier 2016. Malgré ces conditions d’organisation, la soirée a lieu.


Février 2016. Après une alerte interne, Pénicaud commande un audit.


Juillet 2016. L’audit alarmiste est remis à Pénicaud mais elle ne prévient ni les organes internes de contrôle ni ses ministères de tutelle.


5 décembre 2016. Pénicaud tente de faire passer le protocole transactionnel avec Havas lors d’un comité, fournissant une simple synthèse de la situation. Le contrôleur économique et financier avertit alors les ministères de tutelle.


21 décembre 2016. Michel Sapin, nouveau ministre de l’Economie, saisit l’IGF.


28 février 2017. Le rapport de l’IGF reprend largement les observations de l’audit et son auteur fait un signalement au parquet pour une suspicion de délit de favoritisme.


8 mars 2017. Le Canard enchaîné publie des extraits du rapport de l’IGF.


13 mars 2017. Ouverture d’une enquête préliminaire pour favoritisme, complicité et recel.


20 juin 2017. Perquisition au siège d’Havas et de Business France.


Ismaël Halissat
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Business France : le mail qui implique Muriel Pénicaud.

Message  Alain Vasseur le Dim 2 Juil 2017 - 12:04

3h45 , le 1 juillet 2017


EXCLUSIF JDD - Dans l'enquête Business France sur l'organisation d'une soirée en marge d'un déplacement d'Emmanuel Macron à Las Vegas, la justice a saisi des dizaines de mail internes à Business France. Parmi eux, un courriel semble montrer que la ministre du Travail Muriel Pénicaud, ex-directrice de l'agence publique, avait été informée en amont de certains problèmes budgétaires.


"Muriel briefée par nos soins ne fait rien. Donc elle gérera aussi quand la cour des comptes demandera des comptes, ce ne sera pas faute d’avoir dit et redit." Quand elle écrit ce mail, le vendredi 11 décembre 2015 à 15h08, la directrice de la communication de Business France, Françoise Bothy-Chesneau, ne se doute pas qu’il sera un jour entre les mains de la justice. Et qu’à la clé, il pourrait valoir des ennuis judiciaires à "Muriel", Muriel Pénicaud, devenue entre-temps ministre du Travail… A lire aujourd’hui ces deux phrases sur un mail, Muriel Pénicaud, alors directrice générale de Business France, semble avoir été alertée, en amont, de questions financières soulevées par l’organisation de la soirée à Las Vegas pour Emmanuel Macron, le 6 janvier 2016. Cet événement conçu pour celui qui était encore ministre des Finances et déjà en pré-campagne, a coûté en fonds publics 289.000 euros, versés à Havas (après renégociation début 2017), et 45.000 euros de frais d’hôtel. Hors taxes.


Des mails qui révèlent le rôle central du cabinet de Macron



L’enquête judiciaire ouverte en mars dernier par le parquet de Paris pour favoritisme soupçonne l’organisme public Business France d’avoir laissé filer ces coûts sans avoir organisé la moindre mise en concurrence. Muriel Pénicaud sera-t-elle inquiétée? L’actuelle ministre assurait dans le JDD dimanche dernier avoir été informée des problèmes "d’erreur de procédure dans un marché public" qu’en mars 2016 et qu’elle a aussitôt "demandé un audit indépendant"…


Avec le mail du 11 décembre, des dizaines d'autres sont entre les mains de la police depuis les deux perquisitions simultanées du 20 juin dernier, au siège de Business France et d’Havas. Autre révélation à la lecture de ces messages : le rôle apparemment central du cabinet d’Emmanuel Macron à Bercy dans l’organisation de la soirée….


Pour lire cet article en intégralité, retrouvez le JDD en kiosques, sur smartphone et tablette ou sur Internet. Découvrez également nos offres d'abonnement.

http://www.lejdd.fr/politique/business-france-le-mail-qui-implique-muriel-penicaud-3377354
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Affaire Business France : l'enquête confiée à des juges d'instruction.

Message  Alain Vasseur le Ven 7 Juil 2017 - 15:53

11h19, le 07 juillet 2017, modifié à 12h17, le 07 juillet 2017


En 2016, l'organisation d'une soirée autour d'Emmanuel Macron à Las Vegas avait été confiée à Havas par Business France, alors dirigée par l'actuelle ministre du Travail Muriel Pénicaud, sans appel d'offre. 



L'enquête ouverte par le parquet de Paris sur des soupçons de favoritisme dans l'organisation de la soirée de la "French Tech Night", qui s'était tenue à Las Vegas en janvier 2016 et dont Emmanuel Macron était la vedette, a été confiée à des juges d'instruction vendredi. Elle implique notamment Muriel Pénicaud, ministre du Travail et ancienne directrice de Business France.  


Favoritisme et recel de favoritisme. "Au vu des premiers éléments recueillis dans le cadre de l'enquête préliminaire" confiée à l'office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire contre X des chefs de favoritisme et recel de favoritisme, a appris Europe 1. 


Au centre de l'affaire: une soirée le 6 janvier 2016 à Las Vegas, en plein Consumer Electronics Show (CES), grand-messe mondiale de l'innovation technologique, au cours de laquelle Emmanuel Macron avait rencontré des dirigeants de start-up françaises. Business France, agence publique dont la ministre du Travail Muriel Pénicaud était à l'époque directrice générale, est soupçonnée d'avoir enfreint la réglementation sur les marchés publics en ne faisant pas d'appel d'offres pour l'organisation de cet événement, confiée au géant de la communication Havas en décembre 2015.


Muriel Pénicaud bientôt entendue ? "La mise en concurrence n'a pas eu lieu concomitamment entre les trois prestataires contactés", Havas, Apco et Publicis, écrit le cabinet E&Y dans un audit rendu en juillet 2016, d'après une source proche du dossier. Révélé par Libération, cet audit relève aussi le fait qu'il n'y a eu "aucun bon de commande, aucun devis réalisé, aucun contrat signé, aucune facture", une situation susceptible "d'engager la responsabilité pénale des auteurs".


Muriel Pénicaud est soupçonnée d'avoir été informée en amont de dysfonctionnements. Les enquêteurs de l'office anti-corruption de la police judiciaire ont notamment saisi le 20 juin, lors d'une perquisition chez Havas et Business France, un courriel du 11 décembre 2015 de Fabienne Bothy-Chesneau, à l'époque directrice de la communication de l'organisme, qui peut suggérer que sa patronne a été "briefée" des difficultés rencontrées. La ministre est aussi soupçonnée d'avoir tardé à informer son conseil d'administration du rapport rendu par E&Y et d'en avoir présenté une synthèse tronquée, d'après Libération.


Macron "hors de cause" selon Bercy. L'ouverture de cette information judiciaire rend désormais envisageable l'option d'une mise en examen de Muriel Pénicaud sous condition que les juges d'instruction réunissent des "indices graves ou concordants" à son encontre. L'enquête porte aussi sur le rôle qu'auraient pu jouer certains membres du cabinet d'Emmanuel Macron à Bercy. Emmanuel Macron et son cabinet "sont totalement hors de cause", avait assuré le 8 mars le ministre des Finances Michel Sapin après les premières révélations du Canard enchaîné sur la soirée.


http://www.europe1.fr/societe/soiree-de-la-french-tech-night-a-vegas-lenquete-confiee-a-des-juges-dinstruction-3382745


http://www.bfmtv.com/police-justice/affaire-business-france-l-enquete-confiee-a-des-juges-d-instruction-1211915.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum