Bouches-du-Rhône - Quand l'armée se fait voler des lance-roquettes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Bouches-du-Rhône - Quand l'armée se fait voler des lance-roquettes.

Message  Alain Vasseur le Sam 1 Juil 2017 - 10:52

01 juillet 2017, 9h30 | MAJ : 01 juillet 2017, 9h43



Un pilleur de train a mis la main sur quatre lance-roquettes antichars dans un convoi de fret. Les armes ont été retrouvées avant d'être vendues.

Incroyable histoire de vol de lance-roquettes et de munitions militaires sur les voies de chemin de fer. Un jeune homme de 23 ans a été mis en examen, ce vendredi, à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), pour vol aggravé, détention et transport d'armes de guerre.
 
L'affaire commence dimanche, lorsqu'un train de marchandise ordinaire part de Miramas (Bouche-du-Rhône), commune connue pour accueillir l'établissement militaire principal des munitions de Provence. Il doit se rendre de Brienne-le-Château (Aube), où se trouvent une base aérienne et un arsenal. Sur le parcours, les agents de la Suge (la surveillance générale de la SNCF) se rendent compte qu'un des wagons contenant de l'armement militaire a été ouvert, car les scellés en plombs ont été brisés. Quatre lance-roquettes antichars et quatre caisses d'obus dits flèches, qui sont conçus pour pénétrer les blindages, ont été volés.
 

Un pilleur de trains qui observait les convois

 
Selon toute vraisemblance, le ou les malfaiteurs ont profité des arrêts fréquents du train de marchandise pour s'emparer de cette cargaison ultrasensible. «L'armée utilise des trains tout à fait ordinaires pour faire circuler ses armes d'un point à un autre, souligne une source proche de l'affaire. C'est d'ailleurs un problème de sécurité majeur que de telles armes soient finalement à la portée de n'importe quel malfaiteur un peu astucieux.» Les gendarmes de la section de recherches de Marseille se chargent d'identifier et de retrouver ce pilleur de fret. Les militaires parviennent vite, grâce à des investigations techniques, à identifier le voleur alors qu'il met en vente son butin.

 
Mercredi, à 3 heures du matin, les enquêteurs, épaulés par le GIGN (groupe d'intervention de la gendarmerie nationale), pénètrent en force dans une maison de Miramas. Ils interpellent un suspect et retrouvent, dans le logement, les armes et les munitions volées. Le jeune suspect est placé en garde à vue à Marseille et passe aux aveux sous le feu des questions des enquêteurs. «Il s'agit d'un pilleur de trains, un peu spécialisé, qui a observé avec attention le rythme des convois de marchandise, précise la même source. Mais, jusqu'à présent, il s'était plutôt concentré sur le vol et la revente de matériel hi-fi.»
 
Cette affaire n'est pas sans rappeler un autre vol d'explosif, survenu, dans la nuit du 6 au 7 juillet 2015, à la base militaire de Miramas. Un ou plusieurs voleurs avaient réussi à s'introduire dans un dépôt de munitions et s'étaient emparé de 150 détonateurs, de grenades et de pains de plastic. Sous pression, l'ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait estimé que cette histoire était un «cocktail de responsabilité individuelle et d'une organisation collective largement perfectible». Un audit avait pointé déjà plusieurs dysfonctionnements. Ce vol n'a toujours pas été élucidé par les gendarmes qui ont réalisé des centaines d'auditions pour tenter d'identifier les auteurs.

  Le Parisien

http://www.leparisien.fr/faits-divers/quand-l-armee-se-fait-voler-des-lance-roquettes-01-07-2017-7102458.php


http://www.opex360.com/2017/07/01/un-homme-arrete-pour-avoir-vole-des-lance-roquettes-et-des-obus-dans-un-train-parti-de-miramas/



Roquettes et obus flèches à la portée des voleurs

http://lemamouth.blogspot.fr/2017/07/roquettes-et-obus-fleches-la-portee-des.html

avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Un homme écroué à Aix-en-Provence pour vol d’armes de guerre.

Message  Alain Vasseur le Dim 2 Juil 2017 - 3:19

samedi 1 juillet 2017 14h20


PARIS (Reuters) - Un homme de 23 ans a été mis en examen et écroué vendredi à Aix-en-Provence pour le vol dans un train de quatre lance-roquettes et quatre caisses d'obus pouvant transpercer des blindages appartenant à l'armée française, a-t-on appris samedi de source judiciaire.


"Il a été mis en examen vendredi et placé en détention", a déclaré à Reuters Achille Kiriakides, procureur de la République d'Aix-en-Provence, confirmant une information du journal Le Parisien.


L'homme a été mis en examen pour "vol aggravé" ainsi que "transport et détention d'armes de guerre" pour avoir pénétré dans un wagon de marchandises lors d'un arrêt et dérobé ce matériel appartenant à l'armée.


Le vol avait eu lieu le 25 juin à Miramas (Bouches-du-Rhône), d'où devait partir le train en direction de la base de Brienne-le-Château (Aube).


D'après les premiers éléments de l'enquête confiée à la gendarmerie, le mis en examen était un habitué des vols dans les trains de marchandises. Il avait été interpellé mercredi par les gendarmes et le GIGN à son domicile de Miramas, où les armes ont été retrouvées.

(Marc Leras, édité par Myriam Rivet)


https://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN19M3FB-OFRTP
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum