Assises du Val-de-Marne - «le papa de l’horreur» n’arrive pas à s’expliquer.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Assises du Val-de-Marne - «le papa de l’horreur» n’arrive pas à s’expliquer.

Message  Alain Vasseur le Mar 4 Juil 2017 - 3:16

03 juillet 2017, 21h00 | MAJ : 03 juillet 2017, 22h03


Un Roumain de 40 ans comparaît jusqu’à vendredi à la cour d’assises du Val-de-Marne à Créteil pour avoir tué sa femme et égorgé ses deux enfants en juillet 2014 au Perreux.

Le monstre était émouvant. Quand il s’avance à la barre de la cour d’assises du Val-de-Marne ce lundi pour parler de l’affaire du «papa de l’horreur», ce policier de la brigade criminelle du « 36 » semble encore traumatisé trois ans après le drame.
 

Il y a bien sûr le souvenir de l’autopsie, avec la vision de Tina, 37 ans, cette femme enceinte de 7 mois tuée de 17 coups de couteau, et celle des deux enfants du couple, Anthoine, 5 ans, et Raphaël, 18 mois, égorgés eux aussi dans le deux-pièces familial du Perreux.
Mais il y aussi « l’audition pénible » du père, Sébastien, 40 ans, incapable de revenir sur le massacre, pleurant toutes les larmes de son corps, et « souffrant de ce qu’il avait fait », selon l’enquêteur. La Cour a jusqu’à vendredi pour tenter de comprendre le mobile du papa de l’horreur, qui encourt la perpétuité pour meurtre aggravé.
 

« Après, tout devient flou »

 
Pour l’heure, l’accusé, tête baissée la majeure partie du temps, comme absent, n’est que très brièvement revenu sur cette matinée où tout a basculé. « Elle [Tina, NDLR] m’a dit : Si tu fais comme lundi, c’est mieux que tu reviennes pas.Après, tout devient flou », a-t-il lâché en sanglotant, sans donner plus de précisions.

Cet électricien sans histoire, apparemment bon père de famille, se lève un matin de juillet 2014, se saisit d’un couteau, tue sa femme et ses enfants. « A 6 h 30, il prend un café, à 7 heures, tout le monde est mort », a résumé l’avocate générale.
 

Pourquoi ? Il y a la version de l’accusé qui a reconnu les faits et qui écrira « Je ne peux pas regarder mes enfants me demander quelque chose que je ne peux pas leur donner ». Certes, le couple avait des soucis d’argent mais « ne s’en tirait pas trop mal non plus », selon un policier. Il y a le « pétage de plomb » du mari excédé par sa femme qui « tenait les rênes du ménage », toujours selon un enquêteur, mais qu’il « aimait ». Il y a la petite fille qui allait naître dans deux mois et qui allait peut-être faire empirer la situation.
 

Que des pistes, aucune explication. C’est pourtant ce que voudraient la sœur et le beau-frère de Tina, en larmes sur le banc des parties civiles en écoutant le récit du massacre.


« Papa, ne fais pas ça »



Après le drame, Sébastien parti pour Francfort (Allemagne) où il ne connaît personne et où il a erré pendant près d’une semaine. Il tente, semble-t-il, de se suicider à plusieurs reprises.

Il décidera de se rendre à la police au moment précis où la voix de son fils résonnera dans sa tête. Sans qu’on sache s’il faisait référence à l’envie de mourir de son père ou au drame lui-même, Anthoine lui disait : « Papa, ne fais pas ça ».


  leparisien.fr


http://www.leparisien.fr/le-perreux-sur-marne-94170/le-perreux-le-papa-de-l-horreur-n-arrive-pas-a-s-expliquer-03-07-2017-7108224.php


http://www.bfmtv.com/police-justice/val-de-marne-juge-pour-avoir-tue-sa-femme-enceinte-et-ses-enfants-1200450.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Val-de-Marne - Le «papa de l’horreur» restera dans les annales de la psychiatrie.

Message  Alain Vasseur le Jeu 6 Juil 2017 - 4:01

05 juillet 2017, 21h02



Deux des meilleurs experts de France ne sont pas parvenus à comprendre ce qui avait pu se passer dans la tête de l’homme qui a massacré sa famille au Perreux (Val-de-Marne) à l’été 2014. Il est jugé à Créteil jusqu’à vendredi. 

Ce n’est pas un psychopathe, ni un schizophrène ou un paranoïaque. C’est un homme d’une «grande normalité» qui a massacré sa femme et ses enfants au Perreux, il y a tout juste trois ans. Ce mercredi matin à la Cour d’Assises du Val-de-Marne, deux des meilleurs experts-psychiatres de France, Michel Dubec et Daniel Zagury, ont reconnu le «gros problème» qu’ils avaient eu en examinant Sébastien, ce Roumain de 40 ans qui comparaît jusqu’à vendredi pour meurtre aggravé. Cet électricien est «vierge de pathologie» ce qui rend son «acte incompréhensible».
«Il n’est pas dans les annales classiques de la psychiatrie», a résumé Michel Dubec. Les experts ont donc estimé qu’il était accessible à une sanction pénale mais que son discernement était altéré au moment du drame. Et encore, cette altération ne se fonde que sur la nature de l’acte. 
 

«La phrase a eu un impact dans son inconscient»

 
Pour autant, les psychiatres ont donné plusieurs pistes sur les raisons qui ont poussé l’accusé à passer à l’acte. D’abord, c’est bien la phrase qu’aurait prononcée Tina («Si tu fais comme lundi [travailler un jour férié, NDLR], c’est mieux que tu ne reviennes pas» [avec plusieurs variantes, NDLR]) quelques secondes avant le drame qui a «déclenché» le massacre. «La phrase a eu un impact dans son inconscient», a analysé l’expert.

 
Sébastien était en effet «écartelé» entre d’un côté son travail qui permettait au couple d’avoir de l’argent et de l’autre le fait de passer plus de temps avec sa famille. Deux sujets qui suscitaient fréquemment des disputes dans le couple. Sébastien vivait ainsi une «double entrave» : «Sois à la maison et gagne de l’argent». Cette situation provoquait chez lui «une tension à l’extrême», ont estimé les psychiatres.
 

Une amnésie qui pourrait bien ne pas être feinte

 
Il va de soi, comme l’a souligné l’avocate générale, que cet écartèlement, «nombre de gens le vivent au quotidien», sans que cela donne lieu à des violences encore moins à des massacres. «Tout le monde a des pulsions mais nous avons tous des freins que nous actionnons», a expliqué le psychiatre. Sauf que le matin du drame, aucun frein n’a fonctionné. Pourquoi ? Aucune idée. Et c’est ce qui fait que ce massacre reste pour l’heure inexplicable.
 
A moins que l’accusé, qui a avoué les faits, se livre enfin. Depuis son interpellation, il ne donne que des bribes d’informations assurant ne pas se souvenir de ce qui s’est passé. Comme le pressentaient les enquêteurs, cette amnésie pourrait bien ne pas être feinte, ont analysé les psychiatres pour qui «un sujet criminel peut être traumatisé par l’acte qu’il commet». D’autant plus dans «une atmosphère passionnelle». Et sur ce point, les psychiatres sont clairs : «S’il n’avait pas aimé sa femme et ses enfants, il serait parti.»


  leparisien.fr



http://www.leparisien.fr/le-perreux-sur-marne-94170/val-de-marne-le-papa-de-l-horreur-restera-dans-les-annales-de-la-psychiatrie-05-07-2017-7113768.php
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Val-de-Marne: 30 ans de prison pour avoir tué sa femme enceinte et ses enfants.

Message  Alain Vasseur le Ven 7 Juil 2017 - 22:14

07/07/2017 à 21h26


Un homme de 40 ans a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle pour avoir tué sa femme enceinte de sept mois et ses deux enfants en juillet 2014. 


Sa femme enceinte poignardée, ses deux enfants égorgés et rien pour expliquer l'horreur: un Roumain de 40 ans, auteur d'un familicide, a été condamné vendredi à 30 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Val-de-Marne. La perpétuité avait été requise par l'avocate générale.
    
L'homme avait tué sa femme enceinte de sept mois de 13 coups de couteau en juillet 2014. Elle avait été retrouvée dans une mare de sang, avec ses deux enfants de cinq ans et 18 mois égorgés, dans la chambre familiale au Perreux-sur-Marne (Val-de-Marne). En l'absence de mobile clair et avec un accusé qui n'a jamais livré que des bribes de souvenirs, c'est la psyché du tueur a dominé les cinq jours de procès.


Une crise psychologique passagère?    

Cet électricien dans le bâtiment, qui semblait aimer ses enfants et passait pour un ouvrier modèle, a-t-il été victime d'une "altération du discernement", une crise psychologique passagère? C'était la thèse des deux psychiatres qui l'ont examiné, intrigués par "l'acte incompréhensible" d'un sujet "vierge de toute pathologie". L'horreur aurait selon eux été déclenchée par une "phrase sentence" de sa femme, ce fameux vendredi matin. Le lundi précédent, un chantier avait conduit le père à rentrer très en retard. Alors avant qu'il parte travailler, sa femme lui dit: "Si tu fais comme lundi, c'est mieux que tu reviennes pas".
    
Cette phrase, vécue "comme un abandon, (...) l'a soudainement écartelé entre deux devoirs impérieux: le travail et l'amour familial", a analysé à la barre l'un des psychiatres. Une tension que chacun peut connaître, mais qui aurait été vécue "de manière extrême" par cet homme qui se disputait régulièrement avec sa femme à cause de leurs problèmes d'argent. Le couple gagnait 2.300 euros par mois et partageait le deux-pièces familial avec la soeur et le beau-frère de la femme.


"Le seul enjeu, c'est de savoir s'il savait ce qu'il faisait"

Contre cette thèse de la folie "rassurante", l'avocate générale a dénoncé la "mémoire à contenu variable" du tueur et sa "fuite organisée". Le meurtrier a fermé à clé derrière lui, enlevé la batterie du téléphone de sa femme, pour disparaître pendant quatre jours à Francfort (Allemagne). Là, il avait tenté de se suicider avant de se rendre au commissariat de Forbach (Moselle). "Refuser l'existence de cette altération (du discernement), c'est nier l'homme bon, généreux et travailleur qu'il a été pendant 20 ans", a plaidé Maude Savey, l'une de ses avocates. Pour elle, "s'il n'avait pas aimé sa femme et ses enfants, il les aurait quittés, tout simplement".
    
"La peine importe peu", a déclaré Valentine Rebérioux, l'avocate de la famille des victimes: "Le seul enjeu, c'était de savoir s'il savait ce qu'il faisait et la cour a répondu 'oui'".

http://www.bfmtv.com/police-justice/val-de-marne-30-ans-de-prison-pour-avoir-tue-sa-femme-enceinte-et-ses-enfants-1212364.html


avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum