À Lyon, “les policiers n’interviennent plus pour les tapages nocturnes”.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

À Lyon, “les policiers n’interviennent plus pour les tapages nocturnes”.

Message  Alain Vasseur le Mer 5 Juil 2017 - 9:35

05-07-2017 à 09:28


"Vous êtes en relation avec le 17 police secours. Votre numéro de téléphone est identifié et votre communication sera enregistrée. Tout abus sera sanctionné".

En entendant ce message, on s’attend à une intervention dans les minutes qui suivent. Mais il semblerait qu’à Lyon, les choses ne se passent plus exactement comme ça. La faute à un manque cruel de fonctionnaires qui serait actuellement à déplorer, selon de nombreux policiers.
 
L’un d’eux, après 13 années de service, "ne reconnaît même plus la capitale des Gaules". En effet, selon cette source interne qui s’est confiée à notre rédaction, "il manque 150 à 200 policiers dans la ville". Pour lui, les chiffres parlent d’eux-mêmes : "en gros, il y a 3 policiers pour environ 90 000 à 100 000 personnes alors qu’à Paris on compte 8 à 14 policiers pour le même nombre de personnes".
 
Ainsi, et toujours selon cette même source, certaines interventions passent au second plan, voire aux oubliettes. Par exemple, les cas d’alcoolémie au volant, "à cause de troquets qui ne respectent rien du tout", s’envoleraient à Lyon. D’après lui, là aussi des gardiens de la paix doivent fermer les yeux "sinon nous n’aurions pas assez de place en garde à vue ou cellules de dégrisement si on arrêtait tout le monde". Enfin, la police lyonnaise aurait si peu d’effectifs, qu’elle serait obligée de passer tout simplement outre de nombreux tapages nocturnes. "La nuit, il faut prioriser les appels que l’on reçoit puisque l’on n'a plus suffisamment d’hommes. Les voisins trop bruyants, ça passe en dernier. On intervient plus pour les tapages nocturnes".
 
En effet, le constat est le même du côté des syndicats policiers : "nous subissons un manque d’effectif chronique" explique Yann Rouchier, de la Fédération Professionnelle Indépendante de la Police. Concernant les tapages nocturnes, lui évoque une anecdote qui aurait pu tourner au drame, il y a peu sur les Berges du Rhône, non loin du Pont de la Guillotière, là où des milliers de Lyonnais boivent l’apéro jusque tard dans la nuit notamment les jeudis et vendredis. "On nous a demandé d’arrêter un tapage à six fonctionnaires alors qu’il devait y avoir près de 2000 personnes. Pour rappel, l’intervention policière ne doit pas causer de troubles supérieurs. Mais quand on sait que les comptes de la DDSP étaient épuisés en mars ou avril de 2016 alors qu’il fallait terminer l’année avec, certaines interventions deviennent compliquées".
 
Du côté de la Direction Départementale de la Sécurité du Rhône, on préfère ne faire "aucun commentaire sur l'état des effectifs de la DDSP". Néanmoins, on ajoute tout de même que "l’évolution des formes de la délinquance et des enjeux de sécurité conduit la police à s'adapter en permanence aux différents phénomènes, qu'il s'agisse d'incivilités ou, plus généralement de trouble à l'ordre public".
 
Une situation qui semble donc stagner, mais jusqu'à quand ? Pour un dernier policier rencontré lors de cette enquête, "il faudra attendre un attentat pour que ça bouge".


https://www.lyonmag.com/article/89124/a-lyon-les-policiers-n-interviennent-plus-pour-les-tapages-nocturnes
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum