Belgique-France - Opération anti-terroriste menée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Belgique-France - Opération anti-terroriste menée.

Message  Alain Vasseur le Mer 5 Juil 2017 - 19:24

Publié le 05 juillet 2017 à 12h02 , mis à jour à 18h48 


La police judiciaire fédérale de Bruxelles a mené six perquisitions à Anderlecht durant la nuit de mardi à mercredi dans le cadre d'un dossier de terrorisme du parquet fédéral. Plusieurs armes ont été trouvées lors d'une de ces perquisitions et quatre personnes ont été emmenées pour audition, a indiqué le parquet fédéral. L'opération a été menée dans le cadre d'une enquête franco-belge dans le cadre de laquelle une ECE (équipe commune d’enquête) a été conclue.

Deux des quatre personnes emmenées pour audition ont été placées en détention préventive par le juge d'instruction, a annoncé le parquet fédéral en fin d'après-midi, ce mercredi. Il s’agit de Akim S., né le 29.05.1977 et Khalid S. né le 10.12.1979, tous les deux de nationalité Belge. Ils ont été inculpés de participation aux activités d’un groupe terroriste. Les deux autres personnes ont été remises en liberté après audition approfondie.

En France, à Wattignies, une personne a également été privée de liberté.

Un arsenal découvert dans un garage


Une des perquisitions a été exécutée dans un box de garage, où ont notamment été trouvés trois kalachnikovs, une quinzaine de chargeurs de kalachnikovs, ainsi qu’un riot gun, trois armes de poing et munitions, des radios, deux gilets par balles, un feu bleu, un uniforme d’une agence de sécurité, deux uniformes de police, un uniforme de la protection civile et quatre détonateurs.


Pas de lien avec les attentats de Paris et Bruxelles


Ce dossier est totalement distinct des dossiers concernant les attentats de Paris du 13 novembre 2015 ou de Bruxelles du 22 mars 2016, de la gare centrale du Bruxelles du 21 juin 2017. Dans l'intérêt de l'enquête, aucun autre renseignement ou précision supplémentaire ne sera donné.
Des armes ont été retrouvés lors d'une des six perquisitions menées à Anderlecht.


Interpellation à Lille

BFMTV a pour sa part précisé sur son site qu'un homme avait été interpellé mercredi lors d'une opération antiterroriste dans le nord de la France dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte conjointement par la justice française et belge.

L'opération, qui aurait été coordonnées avec les perquisitions effectuées à Anderlecht, a été menée au domicile du suspect, à Faches-Thumesnil, dans la banlieue sud de Lille. L'homme interpellé est suspecté d'avoir projeté un "projet d'action violente" en France ou en Belgique et était en relation avec un membre des Kamikaze Riders. Le parquet fédéral n'a pas encore réagi à ces informations.

Les Kamikazes Riders


Les personnes interpellées feraient en outre partie de l'entourage des Kamikaze Riders, un groupe de motards dont deux de ses membres, Saïd Saouti et Mohamed Karay, ont été condamnés en 2016 à trois et six ans de prison pour participation aux activités d'un groupe terroriste.

Pour rappel, Saïd Saouti et Mohamed Karay avaient été interpellés le 27 décembre 2015 à leur domicile d'Anderlecht. Les deux hommes appartenaient au club de moto des Kamikaze Riders, dont plusieurs membres ont des liens avec le groupuscule islamiste Sharia4Belgium via les frères Elouassaki, une famille de combattants en Syrie originaire de Vilvorde.

Abdelouafi Elouassaki, l'aîné des quatre frères de cette famille, était membre des Kamikaze Riders et est décédé en mai 2013 lors d'un accident de la circulation. Saïd Saouti, fondateur des Kamikaze Riders, aurait également connu les frères Elouassaki.

Le parquet fédéral avait estimé à l'époque qu'il existait des indices sérieux que Saouti et Karay planifiaient des attentats "à l'instar de ceux de Paris". Les cibles visées étaient la Grand-Place de Bruxelles, le commissariat central de Bruxelles rue du Marché au Charbon, ainsi que des policiers et militaires en uniforme se trouvant dans l'agglomération bruxelloise.

Au fil de l'enquête, le parquet fédéral n'avait toutefois pas pu étayer ses soupçons concernant la planification d'attentats dont ils étaient soupçonnés.

En octobre 2016, les deux hommes ont été poursuivis devant le tribunal correctionnel pour appartenance à un groupe terroriste uniquement. Saïd Saouiti a été reconnu coupable d'appartenance à un groupe terroriste et Mohamed Karay, de tentative d'appartenance à un groupe terroriste. Ils ont été respectivement condamnés à 6 ans et 3 ans de prison avec sursis partiel.


http://www.rtl.be/info/regions/bruxelles/anti-terrorisme-6-perquisitions-a-anderlecht-la-nuit-derniere-plusieurs-armees-trouvees-932897.aspx


http://www.24heures.ch/monde/europe/homme-arrete-projet-action-violente/story/23580798



http://www.lemonde.fr/societe/article/2017/07/05/belgique-coup-de-filet-parmi-les-motards-des-kamikaze-riders-soupconnes-de-projet-terroriste_5156330_3224.html?xtor=RSS-3208
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Le Français soupçonné d'avoir projeté un attentat avec deux frères belges mis en examen et écroué.

Message  Alain Vasseur le Dim 9 Juil 2017 - 22:16

09/07/2017 à 19h48



Soupçonné d'avoir fomenté un attentat avec deux frères belges, un Français a été mis en examen et écroué ce dimanche, d'après une source judiciaire.


Après avoir été présenté à un juge antiterroriste plus tôt dans la journée, le Français de 42 ans, soupçonné d'avoir projeté un attentat à l'aide d'un important arsenal avec deux frères belges, a été mis en examen et écroué dimanche, a-t-on appris de source judiciaire. 
    
Interpellé près de Lille dans la nuit de mardi à mercredi, Salah Ghemit a été notamment mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "acquisition, détention et transport d'armes", a précisé la source. Il a été placé en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet de Paris.


Les deux frères belges inculpés


Les deux frères belges, Akim Saouti, 40 ans, et Khalid Saouti, 37 ans, ont été inculpés mercredi à Bruxelles pour "participation à un groupe terroriste" et placés en détention. Ils avaient été arrêtés avec deux autres personnes à Anderlecht, commune populaire de l'agglomération bruxelloise, également dans la nuit de mardi à mercredi. Plusieurs suspects sont toujours recherchés en Belgique, selon une source proche du dossier.

Incarcéré à quatre reprises pour des faits de vols et violences, Salah Ghemit, sorti de prison en mai 2015, avait été repéré pour s'être radicalisé pendant sa détention et placé sous surveillance par les services de renseignement français. 



Les enquêteurs de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) avaient alors observé plusieurs allers-retours du suspect entre la France et la Belgique et l'avaient aperçu avec d'autres protagonistes, dont les frères Saouti, eux aussi connus pour leur radicalisation, en train de manipuler des sacs dans un garage d'Anderlecht.


Un arsenal d'armes retrouvé

"La crainte d'un passage à l'acte imminent en France ou en Belgique a conduit à la vague d'interpellations", a relevé une source proche de l'enquête, précisant qu'"aucune cible n'a été à ce jour identifiée".



Le projet semblait toutefois bien avancé: un arsenal constitué de trois kalachnikovs, d'un fusil à pompe, de trois armes de poing, de quatre détonateurs et de munitions a été retrouvé dans un des box du garage ainsi que des uniformes de police, d'agent de sécurité et de secouriste.
    
L'un des sacs repérés à Anderlecht a été retrouvé lors d'une perquisition au domicile de Salah Ghemit. "Il ne contenait pas d'arme, mais plusieurs kilos de bijoux", d'après la source proche de l'enquête. "A-t-il été vidé de son contenu en France ou le Français était-il venu fournir des armes aux Souati? C'est ce que l'enquête devra établir", a-t-elle ajouté.


Négation de tout projet terroriste


En garde à vue, le suspect a reconnu connaître les deux frères, mais nié tout projet terroriste. Des vidéos de propagande jihadiste, d'attaques kamikazes, ou contenant des messages contre l'Occident ont été retrouvées dans son ordinateur. 

La fratrie Saouti a déjà défrayé la chronique judiciaire en Belgique. Khalid avait aidé en 2002 son grand frère Mohamed à s'évader. Ce dernier était finalement retourné en prison et Khalid avait été condamné à un an de prison avec sursis.

Un autre frère, Saïd Saouti, ancien chef d'un gang de motards, les "Kamikaze Riders", adepte de rodéos musclés sur le périphérique de Bruxelles, a été condamné l'an dernier pour "appartenance à un groupe terroriste". Mais le parquet avait demandé un non-lieu concernant les accusations sur la planification d'un attentat, faute d'avoir pu mettre la main sur des armes ou des explosifs pendant l'enquête.

Au cours des dernières années, la France et la Belgique ont été la cible de plusieurs attentats meurtriers commis par des jihadistes se réclamant du groupe Etat islamique.

http://www.bfmtv.com/police-justice/le-francais-soupconne-d-avoir-projete-un-attentat-avec-deux-freres-belges-mis-en-examen-et-ecroue-1213372.html
avatar
Alain Vasseur

Date d'inscription : 18/01/2015
Age : 64

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum